Connectez-vous S'inscrire






Archives

Hollande : Nicolas Sarkozy 'n'est plus dans son rôle'

| Lundi 25 Février 2008

En visite hier dimanche 24 février au Salon de l'agriculture porte de Versailles à Paris, le président de la République Nicolas Sarkozy s'en est pris verbalement à un visiteur qui refusait de lui serrer la main en l'insultant de "pauvre con". A gauche, l'opposition l'accuse depuis d'affaiblir la fonction présidentielle.



Nicolas Sarkozy au Salon de l'agriculture hier
Nicolas Sarkozy au Salon de l'agriculture hier
La vidéo de l'altercation entre Nicolas Sarkozy et un visiteur du Salon de l'agriculture hier à Paris circule sur Internet et fait un tabac avec plus de 700 000 personnes l'ayant visionnée. C'est un journaliste du quotidien Le Parisien qui l'a diffusée, cette dernière montrant le chef de l'état insultant de "pauvre con" un visiteur qui refuse de lui serrer la main.

Pour le premier secrétaire du Parti socialiste François Hollande, Nicolas Sarkozy "n'est plus dans son rôle". "Il fait des manquements à ce qui devrait être sa charge. Il ne doit pas se comporter comme n'importe quel citoyen, on ne tombe pas dans le pugilat", a-t-il déclaré sur Canal +, ajoutant : "C'est à force de manquer à tous ses devoirs que Nicolas Sarkozy connaît finalement la désaffection populaire."

Le président de la République allant "vers une foule anonyme, s'exposera inévitablement à des provocations, il le sait et il doit prévoir ce que sera son attitude", a pour sa part souligné Robert Badinter, l'ancien ministre de la Justice de François Mitterrand.

Sur Radio J, le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë a déclaré lui : "Je ne soupçonne absolument pas Nicolas Sarkozy de pensée factieuse, je dis simplement : 'il exagère et il faut qu'il revienne à un état d'esprit qui doit être plus rassembleur."

A droite, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Valérie Pécresse a déclaré ce matin sur Canal + que le geste de Nicolas Sarkozy n'était qu'un "geste d'agacement dans une bousculade et il ne faut pas en faire une polémique", alors que sur RMC, le ministre du Travail lançait : "J'en ai marre de ce sytème qui est complètement insensé, où on ne retient que cinq secondes de cette visite au Salon de l'agriculture."

"J'aime bien son courage, son dynamisme, son non-conformisme aussi. Ça change ! C'est une autre conception de la présidence de la République, plus adaptée sans doute à notre époque", a pour sa part estimé l'ancien Premier ministre Edouard Balladur.

L'opposition de gauche est "de mauvaise foi", pour le secrétaire général de l'UMP Patrick Devédjian selon lequel "le président ne s'abrite pas derrière une soi-disant fonction présidentielle au-dessus des partis", il est "toujours en première ligne" et "donc, prend les coups en première ligne".





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu