Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Hamas/Fatah: un accord sur un gouvernement d'union nationale

| Vendredi 9 Février 2007



Jeudi soir, le Fatah et Hamas, ont signé à La Mecque, en Arabie saoudite, un accord sur un gouvernement d'union nationale et sur son programme politique, visant à mettre aux violences entre les deux camps.

Après deux jours d'intenses discussions, le président palestinien Mahmoud Abbas du Fatah et le dirigeant en exil du Hamas, Khaled Mechaal, ont paraphé le document lors d'une cérémonie officielle en présence du roi Abdallah d'Arabie Saoudite, à l'initiative de la rencontre.

L'accord interdit l'effusion "du sang palestinien", "affirme l'unité nationale et adopte le dialogue comme seul moyen pour le règlement des conflits", selon la lecture du document faite par Nabil Amr, conseiller de M. Abbas.

Le président palestinien a chargé le Premier ministre sortant Ismaël Haniyeh, de prendre la tête du gouvernement d'union, a ajouté M. Amr en lisant un deuxième document, faisant état de cette nomination.

Dans ce document, M. Abbas appelle le futur gouvernement à "respecter la légalité internationale et les accords conclus par l'Organisation de libération de la Palestine (OLP)", selon Nabil Amr.

Il s'agit de l'unique référence à la question de la reconnaissance d'Israël et des accords passés par le Hamas, point d'achoppement des discussions précédentes.

"J'espère que nous mettrons fin aux actes dont nous avons honte (...) et que nous nous engageons dans une action sérieuse pour la libération de notre patrie", a ensuite déclaré M. Abbas, en référence aux affrontements interpalestiniens qui ont fait 67 morts depuis le 25 janvier.

Khaled Mechaal s'est pour sa part engagé "devant Dieu et devant la nation islamique (...) à respecter cet accord". "Notre engagement est total", a-t-il répété.

Lors de la cérémonie de signature, le roi Abdallah s'est félicité de l'accord, qualifié d'"honorable", saluant les signataires pour "s'être hissé à la hauteur de leur responsabilité (...) en arrêtant l'effusion du sang et en réalisant l'unité nationale".

Réunis à La Mecque depuis mercredi, les deux délégations avaient mis en place la nuit dernière trois groupes de travail chargés de trouver des solutions aux problèmes à résoudre pour parvenir à un accord.

Le premier groupe de travail, chargé de la composition du gouvernement d'union nationale, avait convenu de confier la direction du futur gouvernement à Ismaïl Haniyeh, et de lui adjoindre un vice-Premier ministre choisi au sein du Fatah et nommé par Mahmoud Abbas.

Le groupe de travail a attribué neuf ministères au Hamas, six au Fatah, quatre à des représentants des quatre autres blocs parlementaires Conseil législatif palestinien (CLP, Parlement) et trois à des indépendants.

Le ministère des Affaires étrangères devrait ainsi revenir à Ziad Abou Amr, un indépendant, proche à la fois de M. Abbas et du Hamas, et le ministère des Finances à Salam Fayadh, qui n'appartient à aucun des deux mouvements.

Le ministre de l'Intérieur, également un indépendant, sera nommé par le Hamas à condition qu'il ait l'aval de Mahmoud Abbas.

Les deux autres groupes de travail portaient sur le programme politique du gouvernement et sur l'OLP (Organisation de Libération de la Palestine).

A l'ouverture de la rencontre, MM. Abbas et Mechaal avaient tous deux affirmé qu'ils ne quitteraient pas la Mecque avant d'avoir conclu un accord.




Loading












Recevez le meilleur de l'actu