Connectez-vous S'inscrire






Hadj

Hajj : des 'anecdotes aussi croustillantes qu'écoeurantes'

Rédigé par Propos reccueillis par Assmaâ Rakho Mom | Jeudi 20 Décembre 2007

Au moment où le pèlerinage à La Mecque s'achève, Saphirnews a choisi de revenir avec Zakaria Nana, président et fondateur de l'association SOS Pèlerin, sur les évolutions, minimes il est vrai, liées à l'organisation de ce voyage, sans oublier les énormes difficultés et autres opacités auxquelles sont confrontées chaque année des milliers de pèlerins Français. Entretien.



Zakaria Nana
Zakaria Nana

Saphirnews : Votre équipe et vous-même vous êtes-vous rendus à l'aéroport Charles de Gaulle au moment des départs pour le hajj ?

Zakaria Nana : D’abord, j’aimerais vous remercier personnellement pour votre travail de suivi, d’analyse et de critique que vous assumez au regard de l’organisation du hajj pour les pèlerins de France. Comme chaque année, SOS Pèlerin se rend effectivement aux aéroports de Paris et en particulier au T3, pour mener nos enquêtes sur la qualité des prestations des voyagistes et des compagnies aériennes.

Pour ce qui me concerne j’y suis allé une seule journée (dimanche 2 décembre de 4h30 à 10h00) pour observer les départs à CDG aux T1 & T3.

Avez-vous constaté des améliorations par rapport aux années précédentes ? Si oui, lesquelles ?

Z. N. : Nous avons noté quelques améliorations, en particulier la gestion des départs a été très nettement améliorée, d’abord par le travail des services des aéroports de Paris, qu'il me parait important de souligner. Ensuite, le travail des affréteurs de vol qui ont annulé et reporté des vols tout en informant au préalable les pèlerins.

En résumé, nous n’avons pas observé les déviances du dernier hajj, en l’occurrence des pèlerins dormant ou manifestant leur mécontentement aux aéroports.

Enfin, nous avons été agréablement surpris de constater que certaines agences de voyages ont fourni un contrat de vente en bonne et due forme, voire même un pack information incluant toutes les informations nécessaires pour le bon déroulement d’un voyage comme celui du hajj (information sanitaire, conseils pratiques, adresses des hôtels en Arabie, badges d’identification, carte de visite du chef de groupe, etc.). Voilà des indications plutôt rassurantes pour les pèlerins de France, que nous réclamons à tous les acteurs du marché depuis 3 ans.

Malheureusement, il existe encore de trop nombreux opérateurs escrocs, à l’image de Madina Voyages ou Amis Voyages à Paris, et bien d’autres en province. Nous estimons qu’environ 3 500 pèlerins ayant réservé et payé un forfait pèlerinage, ne sont pas partis… Parmi eux, nombreux sont à la recherche de leur passeport et essayent de se faire rembourser (en moyenne 3200 €/ pèlerin).

Les agences de voyages recommandées par SOS Pèlerin ont-elles été à la hauteur à ce stade du voyage ?

Z. N. : En septembre dernier, SOS Pèlerin a mis à jour la liste des agences de voyage recommandables, au nombre de 13 agences. Deux d’entre elles figuraient sur une « liste noire » du ministère du Hajj en Arabie, d’après des rumeurs. Le ministère du Hajj comme l’ambassade d’Arabie Saoudite à Paris n’ont pas répondu à notre demande d’accès à cette liste noire comme d’ailleurs la liste des opérateurs de voyages accrédités. L’accueil téléphonique du consulat d’Arabie Saoudite à Neuilly nous a confirmé que ces deux agences étaient bien accréditées par le ministère du Hajj. Quelques jours plus tard, nous apprenions que l’une d’entre elles avait reçu l’agrément nécessaire à l’instruction des demandes de visa hajj (donc accréditée officiellement par le ministère du Hajj), l’autre était « blacklistée » par le ministère. SOS Pèlerin a donc radié cette agence (Dogan Voyages à Lyon) de sa liste.

Dans l’ensemble, la préparation du Hajj s’est correctement passée pour les agences de voyages recommandées par SOS Pèlerin. Néanmoins, nous constatons qu’elles ont un effort important à mener sur deux points : la clarté de l’offre et la qualité des prestations de services, et la contractualisation des forfaits de pèlerinage au moment de la réservation (devis en bonne et due forme), suivie d’un contrat de vente au moment de la confirmation.

Enfin, nous espérons qu’un tour opérator digne de ce nom investira ce marché. Nous savons que de nombreuses agences discutent pour constituer un tour operator spécialiste du hajj. Il n’en existe pas à l’heure actuelle et ce manque explique partiellement les difficultés d’organisation du Hajj pour les pèlerins Français.

Assistons-nous encore à des attentes sans fin à l'aéroport pour les pèlerins ?

Z. N. : Non, j’ai déjà répondu à cette question. Cependant, cette année a vu apparaître les manifestations de pèlerins en colère devant la devanture de fausses agences (Madina Voyages – Paris 10ème) et l’ambassade d’Arabie Saoudite.

Nous considérons qu’il serait plus symbolique pour l’opinion publique autant que pour la résolution des difficultés du hajj que ces manifestations se déroulent place Beauvau pour inviter Madame la Ministre à sa responsabilité en tant que ministre des Cultes.


Avez-vous été marqué par quelque chose en particulier (une anecdote, une situation, etc.) ?

Z. N. : Nombreuses anecdotes me viennent à l’esprit. Le hajj est un véritable laboratoire d’observation des comportements de la communauté musulmane et de ses représentants officiels ou officieux.

Deux observations. S'agissant de la première : le CFCM, qui est convaincu que SOS Pèlerin a été créé par le ministère de l’Intérieur, a préparé un reportage sur les difficultés du hajj dans le cadre de l’émission « Vivre l’Islam » sur France 2 (diffusée en octobre dernier). Pour la préparation de ce reportage, la production de l’émission a contacté SOS Pèlerin afin d’interviewer des pèlerins victimes des arnaques. Sans pour autant inviter SOS Pèlerin sur le plateau de l’émission. Sans autre commentaire !
Dans le cadre même de cette émission, M. Benamara – président de la commission Pèlerinage du CFCM et membre du Bureau de la Mosquée de Paris (responsabilité administrative et curieusement de la gestion du pèlerinage des fidèles de la mosquée), explique la volonté du CFCM d’assainir le marché du hajj et de labelliser les agences de voyages, etc..
Résultat : ce même M. Benamara choisit l’agence Tapis Volant (non agréée par le ministère du Hajj et figurant sur la liste noire de ce ministère selon les propos rapportés à Saphirnews par M. Godard du service des Cultes du Ministère de l’Intérieur) comme partenaire de la Mosquée de Paris pour l’organisation du Hajj !

Seconde observation. Le Groupe de Travail Interministériel créé à la demande du président Chirac et piloté par Dominique de Villepin (alors ministre de l’Intérieur), a vu le jour suite à la création de SOS Pèlerin en mars 2005. Ce groupe, constitué des représentants du ministère de l’Intérieur, du ministère délégué au Tourisme et du ministère des Affaires étrangères, a publié une brochure intitulée « Conseils pratiques – Pèlerinage de la Mecque ». Une brochure de grande qualité et surtout de grande clarté pour nous aider à une meilleure transparence du hajj en France. SOS Pèlerin a applaudit des deux mains lors de sa première diffusion (12 décembre 2005 sur le site du MAE – Rubrique Conseils aux Voyageurs). SOS Pèlerin a émis également des critiques, plutôt constructives à notre habitude, n’est-ce pas (rires) sur la distribution de cette brochure.

Lors du hajj 2005-2006, la brochure était distribuée aux aéroports de Paris, au moment de l’enregistrement des pèlerins. C’est bien…mais c’était trop tard puisque les pèlerins étaient déjà arnaqués !

Lors du Hajj 2006-2007, en réponse à notre critique, le groupe interministériel fait une conférence de presse en septembre 2006 lors du salon du tourisme, et le ministère de l’Intérieur demande aux préfectures de France et de Navarre d’imprimer et de distribuer la brochure auprès des communautés musulmanes locales. C’est mieux…mais sont invités aux réunions d’information des quelques préfectures qui jouent le jeu (très peu), les rabatteurs du hajj « déguisés » en représentants de culte musulman (CRCM, Responsables de lieux de cultes, responsables d’associations musulmanes, etc.).

En préparation du hajj 2007, SOS Pèlerin indique aux trois ministères (Intérieur, Secrétariat au Tourisme, et Affaires Etrangères) qu’un réseau de distribution est fiable et disponible pour diffuser la brochure en question. Il s’agit du réseau des Centres de vaccinations internationaux (environ 100 CVI en France). Puisque chaque pèlerin désirant se rendre à la Mecque doit se faire vacciner avec un vaccin (ménomune) qui est exclusivement disponible dans les CVI, nous avons trouvé une bonne solution, s’écrient les représentants de SOS Pèlerin face à chaque responsable des ministères qui trouvent également la solution fort à propos mais paraissent désappointés du fait qu’ils n’aient pas trouvé cette solution sans SOS Pèlerin !). Pour des raisons inexpliquées, le ministère de l’Intérieur nous explique qu’il n’y a pas de budget disponible et que de toute façon les directives de la ministre de l’Intérieur et des Cultes sont claires : "Service minimum pour le hajj cette année".

J’ai encore bien d’autres anecdotes aussi croustillantes qu’écoeurantes, à l’image du CRCM d’Alsace qui publie en partenariat avec Amen Voyages International (l’agence qui crée le plus de difficultés aux pèlerins Français – cf les reportages de TF1), une brochure très intéressante « Hajj sans soucis » et se présente face aux journalistes pour expliquer le malheur des pèlerins. C’est l’histoire de l’arroseur arrosé !





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu