Connectez-vous S'inscrire






Archives

Georges Bush rencontre Nouri al-Maliki

| Jeudi 30 Novembre 2006

George W. Bush et Nouri al-Maliki ont débuté ce matin des entretiens placés sous le signe de la détérioration de la situation en Irak et de tensions apparentes entre les deux hommes suite à une note de service confidentielle de la Maison-Blanche qui émet de sérieux doutes quant à la capacité du Premier ministre irakien à être l'homme de la situation.



Nouri al-Maliki, Premier ministre irakien
Nouri al-Maliki, Premier ministre irakien

Une note met en doute la capacité du Premier ministre irakien

Le président américain George W. Bush et le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki ont débuté ce matin des entretiens par un petit-déjeuner commun, a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche Tony Snow. Ils devaient avoir environ deux heures de discussions consacrées principalement au rétablissement de la sécurité en Irak, puis tenir une conférence de presse.

La rencontre a été plus qu'assombrie par la publication d'une note confidentielle de l'administration mettant en doute que M. Maliki soit l'homme de la situation en Irak.

La note indique que le dirigeant irakien semble être bien intentionné mais que "la réalité dans les rues de Bagdad donne à penser soit que Maliki ignore ce qui se passe, soit qu'il dit le contraire de ses intentions, soit qu'il n'a pas la capacité de transformer ses bonnes intentions en actions".

Une rencontre trilatérale annulée

Une rencontre trilatérale en présence du roi Abdallah II de Jordanie, prévue mercredi, a été annulée.

La Maison Blanche a assuré que les deux événements n'avaient aucun lien et qu'il n'y avait aucun "affront" ni pour M. Bush ni pour M. Maliki. Elle a invoqué le souci de préserver le temps compté de M. Bush en lui épargnant une rencontre qui risquait d'être peu productive.

Moqtada Sadr proteste

Le gouvernement de M. Maliki, dont l'installation cette année était présentée par M. Bush comme un événement majeur dans la transition vers un nouvel Irak, semble miné par les divisions. Le chef chiite et antiaméricain Moqtada Sadr a décidé de suspendre la participation des siens au gouvernement pour protester contre la rencontre entre MM. Maliki et Bush.

La Maison blanche a déclaré que Bush maintenait sa confiance en Maliki, à qui il devrait tenter de donner un coup de pouce pour qu'il soit à même d'améliorer la situation en matière de sécurité, préalable, selon Washington, à un retrait progressif des forces américaines d'Irak.

Mais aucune annonce majeure n'est attendue jeudi, ont précisé des responsables américains.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu