Connectez-vous S'inscrire






Archives

François Bayrou lance la campagne législative du MoDem

| Vendredi 25 Mai 2007

François Bayrou a lancé hier jeudi soir au Zénith de Paris la campagne de son nouveau parti, le Mouvement démocratique, plus simplement appelé MoDem, devant plus de 4000 militants survoltés. C’est « une longue marche » qu’a entamé le président du MoDem vers un parti « fort et indépendant ». Ce « premier combat », Bayrou a promis qu’il serait « suivi de bien d'autres, plus faciles, plus encourageants », pensant aux municipales de 2008 ou aux élections régionales et européennes.



François Bayrou et l'ex-judoka Djamel Bouras hier au Zénith de Paris
François Bayrou et l'ex-judoka Djamel Bouras hier au Zénith de Paris
Sur les 29 députés qui constituaient le groupe UDF à l’Assemblée nationale, seulement quatre sont restés fidèles à François Bayrou. Pourtant, s’adressant à l’ « immense armée » de près de 7 millions d’électeurs qui ont voté pour lui, le président du MoDem a lancé : « Nous avons commencé une longue marche, mais cette marche, pour moi, elle est enthousiasmante, elle est prometteuse », précisant que son nouveau parti engrangeait «  75 000 volontaires pour l’adhésion ». Les t-shirts et autres drapeaux oranges étaient de retour hier, ressortis par une assemblée en majorité assez jeune et survolté.

L’arrivée vers 19 heures de François Bayrou devant les militants et sympathisants a fait se mettre debout pour de longues minutes la salle comble. L’ex-président de l’UDF était accompagné de ses fidèles et alliés de toujours tels Marielle de Sarnez, député européenne, Jacqueline Gourault et Michel Mercier, sénateurs, Anne-Marie Comparini et Gilles Artigues, députés, qui sont tour à tour montés à la tribune.

Revenant sur la nomination à la vice-présidence de TF1 de l’ex-directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, Laurent Solly, François Bayrou a estimé que cette nomination, « annoncée par l'Elysée, et non pas par l'entreprise, de l'un des plus proches collaborateurs de Nicolas Sarkozy, sans aucune expérience préalable dans l'audiovisuel, est une illustration de plus de ce mouvement qui est en cours, au vu et au su de tout le monde ». « Nous voulons une presse, des radios et des télévisions libres, non inféodées ! Nous en avons besoin pour nous et nos familles ! Nous ne voulons pas que nos organes d'information soient soumis à ces influences ! » a ajouté le dirigeant centriste. « C'est un drame pour une société démocratique quand la confiance envers les médias est atteinte. »
« Et je pense aussi aux journalistes, à leur vie de tous les jours : comment exercer le dur métier de journaliste avec au dessus de la tête ce type de craintes, ce type de contraintes, et même seulement avec le soupçon de ce genre d'influences ? » a lancé François Bayrou.

Revendiquant près de 75 000 adhérents, le dirigeant du MoDem a par ailleurs annoncé que « les grandes assises de la démocratie » se tiendront « la dernière semaine d’août ». « Le but principal du Mouvement démocrate sera la naissance d'une génération politique nouvelle. Les gens en place, les notabilités sont chez les autres. Nous, nous avons la force de votre jeunesse » a-t-il déclaré.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu