Connectez-vous S'inscrire






Communiqués officiels

France : les quotas sur l'immigration

Rédigé par Republicains Enjeux socialistes et | Samedi 22 Janvier 2005

La politique suscitée récemment par le président de l'UMP M. Nicolas Sarkozy, concernant des quotas d'immigrés, doit prendre en compte les aspects national et européen, ainsi que les paramètres relatifs aux pays d'immigration.
Le fait de choisir ses immigrés ne suffira sans doute pas pour mettre un terme à l'immigration clandestine. Celle-ci ne sera maîtrisée que le jour où les pays pauvres seront en mesure d'offrir à leurs peuples des emplois stables, des salaires corrects et des débouchées scolaires et universitaires idoines. Ainsi la France a-t-elle intérêt à oeuvrer, avec l'aide de l'Union européenne, en faveur de l'autonomie économique et technologique desdits pays.



La politique suscitée récemment par le président de l'UMP M. Nicolas Sarkozy, concernant des quotas d'immigrés, doit prendre en compte les aspects national et européen, ainsi que les paramètres relatifs aux pays d'immigration.
Le fait de choisir ses immigrés ne suffira sans doute pas pour mettre un terme à l'immigration clandestine. Celle-ci ne sera maîtrisée que le jour où les pays pauvres seront en mesure d'offrir à leurs peuples des emplois stables, des salaires corrects et des débouchées scolaires et universitaires idoines. Ainsi la France a-t-elle intérêt à oeuvrer, avec l'aide de l'Union européenne, en faveur de l'autonomie économique et technologique desdits pays.
Il est certain qu'un pays a le droit de choisir l'immigration qui correspond à ses besoins immédiats et à ses intérêts à long terme. Ce choix ne peut se faire que selon l'ethnie, les compétences professionnelles ou les valeurs culturelles. Dans un cas ou dans un autre, la France finira soit par fragiliser encore plus les pays d'immigration en cautionnant la fuite des cerveaux, soit par légitimer une certaine discrimination en privilégiant une catégorie d'immigrés au détriment d'une autre.
La France ferait mieux tout d'abord de réfléchir à la situation administrative des 'sans-papiers' qui, correspondant d'ailleurs aux critères évoqués ci-dessus, se trouvent déjà sur son territoire. Ensuite, elle pourrait passer des accords multilatéraux avec l'Union européenne et les pays d'immigration.

La Direction




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu