Connectez-vous S'inscrire






Archives

Fin de massacre à Rafah

Rédigé par Ammar B. | Vendredi 21 Mai 2004

L’armée israélienne a décidé de réduire ses positions autour de Rafah. Probablement le début de la fin de l’offensive sanglante lancée depuis mercredi sur les populations palestiniennes de Rafah. Selon le quotidien français Libération, l’ampleur de cette attaque de l’armée israélienne, la plus grande depuis des l’années, pourrait s’expliquer par « une image humiliante » publiée par les journaux israéliens Yédiot Aharonot et Ma'ariv montrant leurs soldats « à quatre pattes dans le sable de la route Philadelphie, pris sous le feu de snipers palestiniens ».



L’armée israélienne a décidé de réduire ses positions autour de Rafah. Probablement le début de la fin de l’offensive sanglante lancée depuis mercredi sur les populations palestiniennes de Rafah. Selon le quotidien français Libération, l’ampleur de cette attaque de l’armée israélienne, la plus grande depuis des l’années, pourrait s’expliquer par ' une image humiliante ' publiée par les journaux israéliens Yédiot Aharonot et Ma'ariv montrant leurs soldats ' à quatre pattes dans le sable de la route Philadelphie, pris sous le feu de snipers palestiniens '.

Sanglante fut la nuit de l’arc-en-ciel
L’image évoquée par Libération est liée à l’explosion de vieux blindés le 12 mai dernier. La destruction de ces appareils de transport de troupes, de modèles largement dépassés, a entraîné la mort de 13 soldats israéliens. Des pertes rendues certainement possibles en raison d’une erreur d’appréciation du commandement israélien qui transportait dans ces appareils mal protégés et qui datent de 1973, de grandes quantités d’explosifs devant servir à la destruction des maisons de Rafah.
Cette perte de leurs camarades de combat aurait plongé les soldats israéliens dans une rage aveugle. Faisant fi des protestations de la communauté internationale, l'opération baptisée ' arc-en-ciel ' fut lancée dans la nuit de mercredi à jeudi.
Ce mercredi, dans le quartier de Tal Al-Sultan, à proximité de Rafah, des milliers de Palestiniens ont manifesté pacifiquement contre la destruction de leurs maisons. L’armée israélienne a tiré sur la foule faisant 10 morts dont 6 mineurs. Une cinquantaine de civils Palestiniens fut blessée.

Dans la nuit, une quinzaine de maisons furent détruites sous la protection de chars de combats et d’hélicoptères décrochant des tirs de missiles. Trois civils Palestiniens furent tués. Un obus tiré par un blindé tua deux autres Palestiniens près de la frontière égyptienne. Un autre civil aurait été tué par des soldats à qui il demandait de l’eau.
Depuis le début de la seconde Intifada en septembre 2000, 3084 civils Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne.
De son côté, Human Rights Watch, organisation de défense des droits de l’Homme, qualifie d’' illégal ' et de ' scandaleux ', l’usage de chars et d’hélicoptères par l'armée contre une manifestation civile.

Se retirer de Gaza sans perdre la face
L’objectif annoncé de Tel-Aviv, au cours de cette opération, est de ' détruire des tunnels de contrebande creusés par les Palestiniens sous la frontière égyptienne '. Selon Leila Shahid, déléguée générale de la Palestine en France, ' il s’agit pour Sharon de créer le chaos avant son retrait unilatéral. Car pour se retirer de Gaza il n’a pas besoin de tuer. ' Puis Madame Shahid de demander la protection des Nations Unies par l’envoi de ' casques bleus pour protéger les populations palestiniennes contre ce qui est un véritable massacre '.

Il demeure que, pour les responsables de l’armée israélienne, soucieux de préserver le moral de leurs jeunes troupes, il s’agit d’éviter que le retrait de la bande de Gaza ne soit assimilable à une défaite. Le spectre du retrait du Liban intervenu en 2000 hante encore les nuits des commandants de l’armée israélienne. Etendre la destruction pour espérer la désolation la plus vaste possible semble être la méthode choisie pour éviter le sentiment d'échec. Mais l’opinion publique israélienne ne suit pas le Likoud de M. Sharon. Le retrait de Gaza a été réclamé par des milliers de manifestants israéliens le samedi 15 mai. Ces manifestants ont aussi demandé la reprise du dialogue entre Israéliens et Palestiniens. Toutes les négociations officielles ont été interrompues depuis l’arrivée au pouvoir d’Ariel Sharon.

Washington veut soigner son image
Ce mercredi le Conseil de sécurité des Nations unis a adopté une résolution dénonçant Israël dans l’opération ' Arc-en-ciel '. La résolution fut adoptée avec l’abstention des Etats-Unis qui, contrairement à leur habitude, n’ont pas fait usage de leur droit de veto. Le Conseil a invité ' Israël à respecter les obligations que lui impose le droit humanitaire international '. Il ne fait de doute que cette abstention américaine rapproche la lecture américaine du conflit israélo-palestinien de la lecture des autres pays du monde. Enfoncé dans le bourbier irakien d’où il cherche à se tirer honorablement, l’Exécutif américain tente de préserver le peu de son image bien entamée dans le monde arabe. Une image noircie par la gestion calamiteuse de la guerre en Irak où certaines photos ont pris l’armée américaine en flagrant délit de barbarie.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu