Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

Faits religieux : les scolaires s'y intéressent

Rédigé par lila13@hotmail.co.uk | Samedi 31 Octobre 2009

Histoire, arts, dogmes, mode de vie... Une enquête européenne auprès des élèves de 14 à 16 ans, souvent éloignés de la foi, révèle qu'ils approuvent un enseignement sur les religions.



Faits religieux : les scolaires s'y intéressent

La religion compte aujourd'hui pour des jeunes ?

Ce n'est pas une chose importante dans leur vie personnelle. Mais ils ont, très majoritairement, un rapport décomplexé au fait religieux. Ils reconnaissent que c'est un fait social et culturel que l'on ne peut pas passer sous silence. Ils veulent qu'on leur explique, à l'école, les caractéristiques des faits religieux. Je vois là un changement générationnel important.

Y a-t-il des différences entre les pays européens ?

Il y a des pays où on trouve des enseignements religieux confessionnels. Des pays comme la Norvège ou la Grande-Bretagne, où les religions sont une discipline en soi. Des pays, comme la France, où cet enseignement est dispensé pendant les cours d'histoire, de français, de langues... Les jeunes demandent qu'on leur parle des différentes options religieuses, que ce soit dans un pays à dominante protestante, comme la Norvège, ou catholique, comme la France.

Est-ce bien enseigné dans les écoles françaises ?

Il y a eu une évolution considérable avec l'intégration officielle de l'enseignement du fait religieux dans les objectifs éducatifs de l'école publique laïque. Mais de la théorie à la pratique, il y a évidemment des écarts. Cela dépend beaucoup de l'intérêt plus ou moins marqué du professeur (1). Mais je constate chez beaucoup d'entre eux un souci de formation.

L'islam n'est-il pas devenu le principal marqueur religieux ?

L'islam ne pose pas un problème aux élèves qui, très majoritairement, respectent les autres personnes qui croient. Ce qui nous a frappés dans l'enquête, c'est une relative islamisation de la représentation de la religion, étant donné le poids du fait musulman dans l'actualité nationale et internationale. C'est aussi une religion qui a beaucoup de visibilité : port du foulard, interdiction de consommer du porc... Autre constat : les élèves catholiques craignent plus que les élèves musulmans qu'on se moque d'eux à cause de leur appartenance religieuse.

Il est arrivé que des élèves musulmans contestent certains cours...

On a effectivement constaté des manifestations d'antisémitisme, des frottements entre élèves juifs et musulmans. Mais ce qui est encourageant, c'est l'importance que les jeunes accordent globalement à la spécificité du lieu scolaire. Ils savent qu'on ne va pas les endoctriner, ce qu'ils ont en horreur. Ils sont preneurs d'un enseignement objectif et distancié.

Et dans le privé ?

Les profs font la distinction entre l'enseignement du fait religieux et ce qui se passe au niveau de l'aumônerie catholique ou de la pastorale. C'est conforté par le fait que seuls 20 % des élèves de l'école catholique sont pratiquants. Ils ont un rapport au religieux très semblable à ceux du public.

Recueilli par Pierre TANGUY - 30/10/2009
Source : Ouest-france.fr




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu