Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Etat de siège à Nairobi

| Jeudi 3 Janvier 2008



Jeudi matin, la police kényane tentait à Nairobi de disperser des centaines de partisans de l'opposition qui cherchaient à se rendre à un rassemblement interdit convoqué par le candidat malheureux à la présidentielle du 27 décembre, Raila Odinga.

Le leader de l'opposition entend rassembler "un million" de personnes lors d'une manifestation dans la journée à dans la capitale contre la réélection du président Mwai Kibaki, qu'il juge entachée d'illégalité.

Sur un des axes principaux de la capitale kenyane, la police a lancé des gaz lacrymogènes et utilisé les canons à eau pour repousser quelque 200 personnes arrivant du bidonville de Kibera, qui brandissaient des branches et des drapeaux blanc. L'un d'entre eux, Edward Muli, 22 ans, a lancé: "Sans Raila, il n'y aura pas de paix".

Alors que l'ensemble de la communauté internationale se mobilisait pour tenter de mettre fin à la crise, le prix Nobel de la Paix, le Sud-Africain Desmond Tutu est parti jeudi matin pour Nairobi et devait rencontrer Odingo, a annoncé le porte-parole du chef de l'opposition Salim Lone.

La secrétaire d'Etat Condoleezza Rice s'est entretenue par téléphone mercredi avec Raila Odinga et devait également parler avec Mwai Kibaki pour les exhorter à résoudre leurs différences pacifiquement, a indiqué le département d'Etat. Le porte-parole de la diplomatie américaine Sean McCormack a refusé de dire si Washington avait reconnu la victoire de Kibaki mais a fait part de ses "préoccupations" quant aux accusations de fraude électorale.

Près de 300 personnes ont déjà été tuées et 100.000 déplacées depuis le début de la crise liée à l'élection présidentielle.




Loading














Recevez le meilleur de l'actu