Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

Entretien avec Safaa Arapiyat, rappeuse palestinienne

Musique

Rédigé par lila13@hotmail.co.uk | Jeudi 9 Juillet 2009

Elle est jeune, Palestinienne, musulmane et elle rappe. Il s'agit de Safaa Arapiyat et elle sera présente sur la scène du Festival Euskal Herria Zuzenean ce soir [au pays basque, le 3 juillet]. Elle revient sur son parcours, son combat et les difficultés d'une artiste palestinienne dans la Bande de Gaza.



Entretien avec Safaa Arapiyat, rappeuse palestinienne

Vous êtes une jeune rappeuse. Depuis quand vous êtes-vous mis à la musique et comment ?

J'ai commencé à rapper à l'âge de 15 ans. Avec une amie Nahwa, nous avons créé un groupe, une équipe, dénommé Arapyat, « rappeuses féminines » en arabe. A l'époque, le rap en langue arabe était quelque chose de nouveau. Il n'existait que deux groupes, Dam et MWR et les deux étaient des groupes masculins.

Par ailleurs, j'écoute du rap et du hip-hop depuis petite alors quand j'ai entendu parler du rap et en arabe, j'ai pensé que ce serait une très bonne idée de faire le nôtre puisque nous sommes des filles et des Arabes, nous pouvons parler de choses différentes et notamment de choses dont les gars justement ne peuvent pas parler, comme le sentiment d'être une femme dans le monde et spécialement dans le monde arabe.

Lorsque nous avons démarré, nous avons reçu l'aide du groupe MWR. Ils avaient leur studio d'enregistrement donc ils nous ont aidés pour le rythme et nous avons écrit les paroles ensemble. Et notre premier titre a été What Happened to the World, qu'est-ce qu'il se passe dans le monde, qui parle de comment notre vie a changé, comment les gens, partout dans le monde, ont changé par rapport à la drogue et à la mort. Et dans cette chanson, nous parlons tout spécialement de notre ville, Akko, parce que justement nous avons des problèmes de drogues. Nous voulions que les gens entendent cela, qu'ils comprennent qu'ils ne peuvent pas gâcher leur vie comme cela.

Ensuite, nous avons écrit la deuxième chanson, The Arabian Girl, les filles arabes. Elle parle de la vie des filles arabes et nous interrogeons, les gens, et spécialement notre communauté, pour qu'elle nous donne nos droits de vivre comme des personnes, de pouvoir faire nos propres choix pour nos vies et non pas d'attendre d'eux qu'ils décident du chemin à prendre, de notre existence, ou de la manière dont nous devons la vivre.

Quel message souhaitez-vous faire passer à travers votre musique ?

Notre musique a beaucoup de significations et de messages. Chaque chanson a son propre message. Nous parlons de tout ce que nous ressentons, les choses que l'on voit, celles que nous voulons ou que nous ne voulons pas.

Nous parlons de nous en tant que filles arabes, mais aussi en tant que femmes. Nous parlons de la vie et des problèmes que nous rencontrons. Nous parlons de la rue palestinienne et nous la décrivons de la manière dont nous la vivons tous les jours. Donc les gens peuvent avoir une image de leur propre vie. Nous parlons de Gaza et de la guerre qu'il y avait avant et qu'il y a encore. Enfin, nous parlons de choses personnelles. Donc il est très important pour nous de donner un vrai message.

Eprouvez-vous des difficultés à rapper en langue arabe ?

Il n'est pas difficile de rapper en arabe et finalement c'est mieux que dans une autre langue parce qu'on s'exprime mieux et cela paraît plus réel.

Vous participez au documentaire Checkpoint rock qui permet de montrer la musique et la culture palestinienne. Est-il difficile aujourd'hui d'être une artiste femme et dans la Bande de Gaza ?

Nous éprouvons des difficultés parce que nous ne sommes pas comme les autres rappeurs hommes ou tout autre artiste. Nous devons faire face à deux choses : être une femme dans notre communauté et être palestinienne vivant en Israël. Au départ, lorsque nous avons débuté, beaucoup de personnes nous disaient d'arrêter de faire ce rap « de merde », que ce n'était pas pour nous parce que nous sommes des filles, des Arabes et des musulmanes. Mais ces critiques nous rendent plus fortes et nous encouragent à résister et à continuer à faire notre musique afin de prouver au monde que personne ne peut nous empêcher de faire ce que nous voulons, ce que nous rêvons, ce vers quoi nous aspirons.

Donc, je suis à la fois une artiste et un modèle pour les filles de notre communauté pour qu'elles restent debout.

Vous serez présente vendredi sur la scène du festival EHZ qui véhicule certaines valeurs. Quel message souhaitez-vous transmettre au public basque ?

Eh bien, nous savons qu'ils souffrent comme nous pour la même raison. Ce sont les mêmes difficultés. Vous savez il y a des similitudes entre les problèmes entre la Palestine et Israël et entre le Pays basque et l'Espagne. Donc nous espérons pouvoir leur transmettre notre message : d'être forts comme nous, de continuer à croire, de garder la foi que les choses peuvent changer, que nous pouvons avoir ce que nous voulons et résister pour leurs droits, quels qu'ils soient et de ne jamais abandonner !



Auteur : Fabienne OCAFRAIN - 3 juillet 2009
Source : LeJPB.com





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu