Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

En pleine paranoïa, Brigitte Bardot s'inquiète d’une « France algérienne »

Rédigé par | Jeudi 16 Mars 2017



En pleine paranoïa, Brigitte Bardot s'inquiète d’une « France algérienne »
En attendant sa campagne de communication annuelle concernant les fêtes de l’Aïd, Brigitte Bardot est sortie de sa réserve pour nous gratifier de nouvelles saillies à l’occasion de la publication de son livre Repliques et piques.

L’ancienne icône du cinéma français a choisi de se confier en longueur à l’hebdomadaire Valeurs actuelles avec lequel elle partage une passion commune pour la détestation de l'islam. Elle a exprimé son ras-le-bol : « Je ne peux plus les voir, les islamistes. Que pratiquement partout en France on voit des burqas, c’est inadmissible. Qu’ils se conduisent comme ils veulent dans leur pays d’origine, mais qu’ils ne nous imposent pas des coutumes, des pratiques, des discriminations d’un autre âge : la France, ce n’est pas ça. »

« BB » se dit attachée aux coutumes françaises et refuse une « algérianisation » de son pays. « Je ne me suis pas battue contre l’Algérie française pour accepter une France algérienne. Je ne touche pas à la culture, à l’identité et aux coutumes des autres. Qu’on ne touche pas aux miennes », a-t-elle déclaré.

Elle ne semble pas non plus apprécier la nouvelle génération d’acteurs, notamment pour des motifs de pilosité et de convictions politiques. « Il n’y a plus que des barbus et des actrices aux cheveux gras, qui se font violer dans les coins et qui trouvent des excuses à leurs agresseurs », fustige celle qui a 82 ans, de façon incompréhensible. Elle éprouve aussi du mépris pour la cérémonie des Césars « où de gentils zombies remercient papa-maman, leur concierge et leur chauffeur de taxi, tout en lançant l’incontournable appel à la fraternité humaine et à l’antiracisme ».

A 40 jours du premier tour de l’élection présidentielle, Brigitte Bardot a fait part de sa sympathie pour Marine Le Pen, qu'elle aime « beaucoup et depuis longtemps ». Elle a également une bonne opinion de François Fillon : « Je trouve que c’est un type bien ; j’ai été horrifiée par ce lynchage judiciaire et médiatique. Ce type a du courage et j’ai, comme vous le savez, beaucoup de respect pour cette vertu. » Sa couleur politique est à nouveau marquée en 2017.

Lire aussi :
Phobie de l’Aïd : Brigitte Bardot sort sa fatwa
Brigitte Bardot veut devenir Russe pour échapper à l'Aïd el-Kébir
Moutons de l’Aïd : Brigitte Bardot dénonce « un génocide »
Brigitte Bardot condamnée pour incitation à la haine raciale





Loading












Recevez le meilleur de l'actu