Connectez-vous S'inscrire






Archives

Dr Salim Arab : 'L'aide internationale arrive au compte-gouttes'

Rédigé par Propos reccueillis par Assmaâ Rakho Mom | Lundi 11 Février 2008

L'association franco-palestinienne d'aide et de formation médicale a été créée en 2003 à l'initiative de médecins franco-palestiniens. En plus de l'aide aux soins d'enfants Palestiniens victimes de pathologies lourdes, l'association contribue aussi à la formation des médecins Palestiniens. Rencontre avec le président de l'association, pneumologue de son état, le Dr Salim Arab.



Dr Salim Arab : 'L'aide internationale arrive au compte-gouttes'

Saphirnews : Pouvez-vous présenter votre association ?

Dr Salim Arab : L'Association franco-palestinienne d'aide et de formation médicale, que nous appelons Amani, l'espérance en arabe, est une association créée en 2003 par des médecins franco-palestiniens. Rapidement, pas mal de gens ont eu envie de nous rejoindre : des médecins, infirmières, aides-soignants. Aujourd'hui nous comptons autour de 40 membres actifs, et beaucoup de volontaires. J'en suis le président et le siège de l'association se situe à Lannion, dans les Côtes-d'Armor en Bretagne.

Disposez-vous de partenaires (médicaux, sociaux) ?

Dr S. A. : Nos partenaires sont principalement les laboratoires avec qui nous travaillons, les prestataires de services médicaux. Nous sommes également en contact avec les mairies, le Conseil général et des institutions sociales un peu partout.

En plus du soutien financier, ces partenariats nous apportent un soutien dans la location de matériels, de locaux, toutes ces petites choses pratiques dont n'importe quelle association a besoin pour mener à bien ses activités.

Comment financez-vous vos activités ?

Dr S. A. : Une bonne partie de notre financement vient des membres de l'association, des côtisations et autres dons. Les laboratoires et les prestataires médicaux nous font également des dons. Et puis nous dépendons aussi des aides de l'Etat, qu'elles viennent de la commune, de la région ou du Conseil général.

Pourquoi avoir créé une telle association ?

Dr S. A. : Vu les conditions dans lesquelles les enfants Palestiniens vivent actuellement, avec l'aide internationale qui arrive au compte-gouttes, nous avons décidé, en tant que médecins franco-palestiniens mais avec l'aide aussi de médecins français, de fonder cette association afin d'apporter une aide médicale non seulement aux enfants palestiniens, mais aussi au corps médical sur place. Car nous nous rendons également sur place pour former des médecins spécialistes ou généralistes et leur apporter des mises à jour.

Actuellement, deux enfants Palestiniens lourdement malades sont présents en France. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Dr S. A. : Depuis le 8 janvier, nous accueillons à Paris deux enfants Palestiniens originaires du camp d'Askar à Naplouse. Ces deux enfants sont deux frères qui ont des maladies chromosomales dont le handicap a commencé à apparaître à l'âge de 7 ou 8 ans. Un handicap mental initialement, qui finit par un handicap moteur, avec une contraction musculaire très importante, un trouble de la croissance.

Ils devaient être hospitalisés à l'hôpital Robert Debré, à Paris dans le 19ème arrondissement, mais les frais se sont avérés trop importants. Nous avons donc choisi d'organiser leurs examens en externe, en accord avec le neuropédiatre qui les prend en charge actuellement. Nous avons équipé ces deux enfants de fauteuils roulants motorisés afin qu'ils puissent se déplacer correctement dès leur retour à la maison.

Comment s'organise l'accueil des enfants (hébergement, frais) ?

Dr S. A. : Nous avons fait des appels aux dons par le biais de radios comme Radio Orient ou Radio France Maghreb, à l'aide spots qui passent tous les jours. L'association a également envoyé par mail des brochures sensibilisant à l'accueil de ces patients. Et puis le bouche à oreille fonctionne bien également.

S'agissant de l'hébergement des deux enfants, nous n'avons pas trouvé de maison à louer, donc une des membres volontaires de l'association s'est portée volontaire pour nous prêter sa maison sur Paris. Cette expérience est une première pour nous dans l'accueil des enfants, et il y en aura d'autres certainement.

Quel message souhaitez-vous faire passer à ceux qui, éventuellement, voudraient vous venir en aide ?

Dr S. A. : Toute aide, qu'elle soit financière, matérielle ou en terme d'engagement auprès des enfants quand ils sont ici, est la bienvenue. Nous pouvons nous fournir tous renseignements concernant nos initiatives à venir avec des enfants Palestiniens à toute personne qui le souhaite. Le site Internet de notre association est actuellement en cours de construction.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu