Connectez-vous S'inscrire






Religions

Don d’organes : que disent les trois monothéismes ?

Rédigé par Imane Youssfi et Huê Trinh Nguyên | Vendredi 10 Février 2017

Depuis le 1er janvier 2017 en France, chacun d’entre nous demeure un donneur d’organes par défaut après sa mort (sauf si un refus a été clairement exprimé). Le gouvernement a légiféré dans le but d’augmenter le nombre de dons en France. Ce sujet est souvent méconnu des fidèles. Pourtant, les instances religieuses des trois monothéismes ont largement communiqué sur la question du don et des transplantations. Que disent-elles réellement ?



Don d’organes : que disent les trois monothéismes ?
Au nom de la sacralité du corps, valeur clé dans les trois monothéismes, la question du don d’organe est un sujet délicat.

Dans le judaïsme, avant la mort, le don d’un organe (non vital) permettant de soulager un malade est autorisé. « Il est même considéré comme un devoir religieux par la quasi-totalité des décisionnaires, en vertus des versets bibliques “Tu aimeras ton prochain comme toi-même !” (Lévitique, 19, 18) et “Ne reste pas indifférent devant le sang (le risque de mort) de ton prochain !” (Lévitique, 19, 16) », cite Michaël Azoulay, rabbin et ancien membre du Comité consultatif national d’éthique.

Post mortem, c’est différent. Selon les textes, trois grands principes doivent s’appliquer : interdiction de porter atteinte au cadavre, de tirer profit de tout ce qui appartient au mort et enterrer le mort le plus tôt possible. Toutefois, selon Michel Gugenheim, grand rabbin de Paris, « dans certains cas, ces trois obstacles majeurs peuvent être repoussés. Parce qu’il y a un principe essentiel dans toute la tradition judaïque, c’est la force de la vie ». « Le sauvetage d’une vie est tellement important qu’il repousse tous les interdits de la Torah », déclarait-il dans une vidéo publiée, en 2010, par l’Agence de la biomédecine.

Chez les religieux, il demeure cependant une controverse quant à la détermination exacte de la mort, relève Michaël Azoulay, expliquant qu’« avec la ventilation artificielle, le cœur continue de battre tandis que le cerveau n’a plus d’activité. L’arrêt cardiaque et la mort cérébrale ne sont plus concomitants ».

Un geste d’amour

« Le pape m'a autorisé à dire qu'à ses yeux le don d'organes par générosité doit être encouragé, mais que l'usage commercial des organes est immoral » racontait l’ancien maire de Rome Ignazio Marino., après une audience avec le pape François en 2014. C’est en ce sens que la religion chrétienne encourage le don d’organes. Il symbolise un geste d’amour, celui de sauver une vie. Selon Ignazio Marino, c’est ainsi que l’exprimait le pape lors de leur entrevue : « Nous devons expliquer que le don d’organes est un geste d’amour. Chacun de nous, par exemple, a deux reins, et donner l’un d’eux à un proche ou à une personne que nous aimons est un beau geste. Entrer dans la spirale du commerce est un crime. »

Don d’organes : que disent les trois monothéismes ?
Après la mort, les familles du défunt se retrouvent fréquemment face à une décision : choisir ou non de donner les organes du mort. En 2015, près de 32,5 % des proches des défunts refusaient ce don, parfois sans même avoir connaissance du véritable choix de leur proche décédé.

Depuis le 1er janvier 2017, l’on est un donneur d’organes par défaut après sa mort, sauf si un refus a été clairement exprimé. Parfois, par méconnaissance, certains expriment des réticences, bien souvent parce qu’ils ont « l’impression qu’on va toucher à quelque chose qui n’est pas permis par le bon Dieu », explique le Père Olivier Dinnechin, ancien membre du Conseil consultatif national d’éthique. Or « la foi chrétienne en la résurrection n’est pas de type matérialiste. Comme le dit saint Paul, ce qui ressuscite, c’est un corps tout à fait nouveau. Et donc peu importe qu’il ait eu, dans une première vie, dans sa vie terrestre et visible, des morceaux qui soient partis ailleurs… »

Face aux réticences, toutes les instances religieuses incitent leurs fidèles à avoir cette discussion avec leurs familles pour les tenir au courant de leur choix s’agissant du don d’organes.

Sauver une vie, c’est sauver l’humanité

En islam, la vie est sacrée, considérée comme une propriété divine. Les différents avis émanant de théologiens autorisent dans leur majorité le don d’organes avant ou après la mort.

En France, c’est le cas, par exemple, d’[Ahmed Jaballah,] doyen de l’Institut européen des sciences humaines (IESH) de Paris et membre du Conseil européen de la fatwa et de la recherche (CEFR) : « Celui qui porte atteinte à une vie humaine, c'est comme s'il portait atteinte à toute l'humanité. Et celui qui sauve une vie humaine c'est comme s'il avait sauvé toute l'humanité », rappelle-t-il, en citant le Coran. « Le don d’organes, selon le principe général, est autorisé ; il est même recommandé ! », insiste-t-il. En fondant son discours sur l’avis de jurisconsultes contemporains, de savants, de conseils et d’académies, il argumente les raisons pour lesquelles sa religion y est favorable : l’acte de donner est « toujours un acte récompensé, au même titre que lorsque l’on donne de ses biens, que l’on verse l’aumône (sadaqa), l’impôt social obligatoire (zakât), de son temps ou de sa force pour aider les autres », explique-t-il dans une vidéo.

Pour Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris mais également médecin, « l’islam, au fond, n’est pas hostile à un don d’organes, attendu que c’est un geste qui va dans le sens de donner la vie, et que la vie, Dieu l’a rendue sacrée. A condition
naturellement que ce prélèvement d’organes se fasse dans des conditions de dignité et en considérant le corps humain décédé avec le même respect que le corps vivant »
.

Respecter les volontés

Depuis la nouvelle législation applicable au 1er janvier, de nombreux fidèles se sont tournés vers les instances religieuses pour connaitre précisément la position adoptée par la religion musulmane. Azzedine Gaci, recteur de la mosquée de Lyon, a publié une tribune qui répond à toutes ces interrogations. Azzedine Gaci insiste sur le consentement du défunt et de ses héritiers pour un don après la mort. Si un testament a été établi avant la mort, ce sera les volontés exprimées dans ce document qui primeront sur toute autre décision. Il en va de l’obligation de respecter les volontés du mort.

Seulement, il existe bien une greffe interdite en Islam, souligne Azzedine Gaci, celle des glandes génitales qui « renferment des cellules germinales souches qui donnent naissance aux ovules et aux spermatozoïdes et sont, de ce fait, porteuses de caractères héréditaires qui se transmettent de père en fils. Aussi leur transplantation entraine-t-elle inéluctablement le mélange de filiations que l’islam ne cesse de combattre ».

En islam comme dans les autres religions monothéistes, le don d’organes doit être effectué seulement s’il est à but non lucratif. Mohamed Bajrafil, imam et membre du Conseil théologique musulman de France, enchérit en ce sens : « Est encouragé tout ce qui peut concourir à sauver une vie, quelle que soit la confession de la personne à qui l’on va faire ce don et si elle ne met pas en jeu la vie du donateur. Nous ne sommes pas propriétaires de la vie et il nous a été demandé de l’entretenir. »






Loading












Recevez le meilleur de l'actu