Connectez-vous S'inscrire






Archives

Dominique de Villepin consolide le pouvoir des maires

| Mercredi 23 Novembre 2005

Le 88ème Congrès des Maires de France s’est tenu hier à Paris. Le premier ministre Dominique de Villepin, intervenant devant les élus à l’ouverture de l’assemblée, a tenu à les féliciter pour leur comportement exemplaire, leur « courage » et leur « sang-froid » durant les événements qui ont secoué la France et les banlieues durant plus de deux semaines. Par ailleurs, le premier ministre a promis aux maires une extension de leur pouvoir ainsi que des moyens supplémentaires.



Dominique de Villepin
Dominique de Villepin
« Vous êtes bien la pierre angulaire de la République partout dans nos territoires [...] Votre légitimité démocratique a permis le rétablissement du calme », a clamé Dominique de Villepin devant les 4000 maires de France réunis à Paris pour leur 88ème congrès annuel, avant de poursuivre : « Vous êtes au plus proche des préoccupations des Français, vous connaissez parfaitement leurs besoins en matière de sécurité. Dès le début des événements, vous avez été présents dans vos quartiers, au pied des immeubles, au côté des victimes. Vous avez su proposer des solutions concrètes pour répondre aux difficultés ». Longuement applaudi par les élus locaux, Dominique de Villepin était pourtant arrivé dans un climat circonspect, étant perçu par les maires de France comme celui n’ayant jamais mené campagne ni n’ayant été élu.

Néanmoins, le premier ministre ne s’est pas présenté les mains vides devant les élus. « Aujourd'hui, je veux renforcer vos prérogatives dans plusieurs domaines. En matière d'équipements de sécurité, notamment de vidéo-surveillance, le gouvernement vous donnera des moyens juridiques et financiers nouveaux » leur a-t-il annoncé, insistant sur le « respect » qu’ils lui inspiraient du fait de leur « courage et [de leur] sang-froid [face] aux agressions verbales et physiques ».

Ainsi, Dominique de Villepin a affirmé que les « pouvoirs de la police municipale » seraient étendus, afin de pouvoir lutter contre « les infractions qui ne nécessitent pas d'enquêtes mais qui irritent profondément les citoyens comme les tapages et les agressions verbales ». De plus, les maires pourront « s'appuyer sur un conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance rénové », aidés dans cette tâche du préfet et du procureur de la République.

« Si l'Etat attend du maire qu'il recouse le tissu social, il faut lui donner des fils et une aiguille. Il faut lui donner les moyens juridiques et financiers pour qu'il puisse assumer ce rôle essentiel pour notre démocratie » a pourtant martelé Jacques Pélissard, président de l’Association des maires de France. Ce dernier a présenté à ses pairs « trois défis à relever » : d’abord la « cohésion sociale » face à laquelle les maires sont « en première ligne », ensuite M. Pélissard a poussé ses interlocuteurs « à marcher ensemble avec les associations, les acteurs locaux et l'Etat pour reconstruire une République fraternelle, ambitieuse, protectrice ». Enfin, le député-maire de Lons-le-Saunier (UMP) a poussé les maires à relever le défi de « l'amélioration des services publics ».




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu