Connectez-vous
Islam | Musulman | Toute l’actu sur Saphirnews.com
Facebook
Twitter
Google+
Dailymotion
YouTube
Rss

Société

Docteur Philippe Grenier

Premier député musulman de France

Rédigé par Amara Bamba | Mardi 6 Décembre 2005

           

Avant le 20 décembre 1896, aucun musulman de la France métropolitaine n’avait été élu député de la République. Les députés français étaient chrétiens, juifs, athées, mais aucun d’entre eux n’était musulman. A l’époque, les convictions religieuses d’un député n’étaient pas un critère secondaire. Philippe Grenier le savait, il n’a pas reculé pour autant.



A l’Assemblée Nationale, le député Grenier fustige à juste titre « un luxe inouï, effréné, s’étalant sans pitié en face des pires misères sociales, des dépenses formidables  et souvent inutiles, une dette croissante tous les jours ».
A l’Assemblée Nationale, le député Grenier fustige à juste titre « un luxe inouï, effréné, s’étalant sans pitié en face des pires misères sociales, des dépenses formidables et souvent inutiles, une dette croissante tous les jours ».
Au mois de décembre de l’année 1896, il y a donc 109 ans, le Dr Philippe Grenier fut élu dans le Jura comme député à l’Assemblée nationale française. Il avait 31 ans et il était musulman.

Par son exemple, le Dr Grenier fait partie de ces personnalités musulmanes de France dont l’on parle peu malgré leur célébrité. En dehors du Collectif Hamidullah, lancé seulement depuis deux ans, cet aspect du patrimoine musulman de France est mal connu. Le 17 décembre 2005, à Paris, ce collectif rend hommage à trois d’entre eux (Malek Bennabi, Eva de Vitray-Meyerovitch et Muhammad Hamidullah). Dans son ouvrage au titre explicite, L’Islam et les musulmans en France, Sadek Sellam en décrit quatorze parmi les plus célèbres, dont le Dr Grenier.

Le Dr Grenier et son épouse
Le Dr Grenier et son épouse

Un jeune médecin humaniste

Dans sa ville de Pontarlier, Philippe Grenier était connu comme un musulman intègre, un homme honnête, socialement et professionnellement engagé aux côtés des plus démunis. Médecin, installé dans la ville depuis 1890, converti à l’islam depuis 1894, il parle aisément de Dieu, soigne gratuitement les pauvres et dénonce ouvertement les injustices sociales.

Le père du Dr Grenier était capitaine de cavalerie, membre de l’Etat major de Napoléon III. Et il avait servi dans les chasseurs d’Afrique à Mostaganem (Algérie). Mais il meurt en 1872, alors que son fils Philippe n’a que 7 ans.

Après son baccalauréat à Besançon, Philippe Grenier fréquente la faculté de médecine de 1883 à 1890 avant de s’installer à Pontarlier, où il ouvre un cabinet. Cette année-là, il rend visite à son frère cadet à Blida, en Algérie. C’est alors son premier contact direct avec les musulmans de l'empire colonial français.

Le jeune médecin humaniste est choqué par la manière dont la France maintient les Algériens musulmans dans la misère, en leur refusant le droit à la citoyenneté. A l’époque, les Juifs d’Algérie avaient le droit à la citoyenneté. Pas les musulmans. Durant ce premier séjour algérien, le Dr Grenier est fasciné par le style de vie des musulmans, mais il est aussi scandalisé par le dénuement dans lequel ils se trouvent.

De retour en métropole, il se met à étudier le Coran. Quatre ans plus tard, en 1894, lorsqu’il effectue un deuxième voyage en Algérie, il se rend à Blida, où il se convertit à l’islam. Il fait sa profession de foi et se rend à La Mecque pour accomplir son pèlerinage à l’âge de 29 ans. Il adopte la tenue traditionnelle des musulmans algériens. Il se fait élire conseiller municipal de sa ville et s’intéresse aux questions d’hygiène publique et d’aide aux nécessiteux. Son engagement auprès des démunis et son engagement politique en font un homme connu dans la région et apprécié sans considération de sa foi musulmane, qu’il ne dissimule point.

L’aventure parlementaire

A la mort du député de Pontarlier, le Dr Grenier se présente à sa succession. Il n’a ni les moyens ni le temps de mener une campagne électorale convenable. Il est alors la risée de la grande presse de l’époque, dont les propos sont déjà assez islamophobes. Mais le Dr Grenier est serein et explique que Dieu Seul peut donner le pouvoir et qu’Il le donne à qui Il veut.

La campagne électorale est menée sans affichages. Le candidat s’adresse directement aux électeurs lors de quelques meetings. Son discours est convaincant. Il s’appuie sur un programme social, qui, placé dans le contexte de l’époque, apparaît ambitieux tant au niveau local qu’au niveau national. Par endroits, son programme se démarque du discours politique habituel, en insistant sur « la fraternité ». Il ouvre ses discours par formule coranique « Toute la louange est à Dieu ». Une phrase qui est machinale en milieu musulman, mais dont la presse française se saisit pour lui coller le surnom ironique de « Prophète de Dieu ».

Contre toute attente, le 20 décembre 1896, le Dr Grenier est élu au second tour face à un brillant avocat. Le résultat déjoue tous les pronostics. Le lendemain, le « premier député musulman » fait la une de tous les journaux. Les grands reporters de la presse nationale se précipitent dans la petite ville de Pontarlier. Mais certains journaux ont du mal à avaler la pilule. Ils s’en prennent aux électeurs de Pontarlier, qu’ils accusent d’avoir pris la responsabilité de « voter pour un fou ». Néanmoins, chaque fois qu’un reporter a l’occasion d’approcher et de parler directement au nouvel élu, ce journaliste change d’avis.

Ainsi, trois semaines après son élection, le 12 janvier 1897, le Dr Grenier est encore à la une des journaux qui annoncent la rentrée parlementaire. Pour certains d’entre eux, il est « le député des musulmans ». Pour d’autres , il est « le député des Arabes ». Dans son édition du 14 janvier 1897, Le Figaro compare le Dr Grenier à Victor Hugo et à Louis Pasteur.

Une fois au Parlement, Dr Grenier va effectivement se comporter comme « le député des Arabes ». Il se rendra régulièrement en Algérie. Il compilera les données, les informations et se battra pour défendre la cause de ceux qu’on appelle alors les « indigènes ». Ses collègues l’écoutent attentivement, ils approuvent son argumentation, mais, au moment du vote, ils sont peu nombreux à le suivre.

Avec ses enquêtes en Algérie, ses combats à Paris, ses prises de positions éthiques mais peu politiques, le Dr Grenier en a oublié ses électeurs de Pontarlier. En mai 1898, son adversaire fut élu et le Dr Grenier s'en retourna à son cabinet. Il s’éteint le 25 mars 1944, à l’âge de 79 ans. Mais, depuis la fin de son mandat en 1898, aucun Français métropolitain musulman n’a été élu au Parlement de son pays.

Pour en savoir plus sur ces musulmans célèbres de France, une excellente référence est L’Islam est les musulmans en France, par Sadek Sallem, aux éditions Tougui (1987). Le présent texte s’est inspiré du chapitre de ce livre consacré au Dr Philippe Grenier.

Bibliographie
• Sadek Sellam, L’Islam et les musulmans en France, Éd. Tougui, 1987.
• R. Fernier, Docteur Philippe Grenier, ancien député de Pontarlier, Éd. Faivre-Verney, Pontarlier, 1955.
• R. Bichet, Un Comtois musulman, le docteur Philippe Grenier : prophète de Dieu, député de Pontarlier, édité par l’ancien député UDR de Paris, Besançon, 1976.




Réagissez ! A vous la parole.

1.Posté par AL le 03/01/2006 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Sa femme n\'est pas voilée ?

2.Posté par Samira le 25/05/2006 09:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Non. Mais l'article dit qu'il s'est converti. Peut être que sa femme n'était pas musulmane

3.Posté par Docteur Grenier un grand humaniste le 05/08/2006 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



Sujet: L'Afrique du Nord et la période coloniale. Conversion à l'Islam. Députation.
Série : Histoire





Prélude.

Biographie.

Théodore-Philippe Grenier est né à Pontarlier le 14 août 1865, d’une famille originaire de Baume-les-Dames. Les habitants de Baume se connaissent tous, ils sont solidaires, ils s'estiment. Ils ont un point commun : l'amour de leur ville. Ses aïeux paternels et maternels étaient comtois depuis longtemps.

1883. Il a dix-huit ans et passe son baccalauréat à Besançon puis s’inscrit à la Faculté de médecine de Paris. Après avoir terminé ses études, il s’installe comme médecin à Pontarlier en 1890.

Voyages en terre d’Afrique. Sa conversion.

1890. Cette année-là, il passe des vacances chez son frère militaire en Algérie, à Blida.
Philippe était parti en Algérie pour chaperonner son frère et ce voyage décida de son destin.
Il est frappé par la beauté des paysages qu'il avait déjà admiré autrefois ; il est séduit par les mœurs des musulmans, par l'appel languissant à la prière, par la lecture psalmodiée du Coran[1] lancée du haut des minarets, par l'austérité du Ramadan[2].
Il est frappé aussi par la pauvreté des populations, par leur résignation. « Les biens de ce monde ne sont pas pour nous, nous sommes à Dieu, nous retournerons à Dieu[3] ! » est la phrase qu'il entend maintes et maintes fois. Philippe Grenier est bon, il a été élevé chrétiennement dans l'amour du bien et le respect du prochain[4]. Il s'interroge sur la force du sentiment religieux de ces hommes...  

4.Posté par IK le 12/02/2007 23:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
reponse à al : quel stupiditer intellectuelle,parle moi de ta femme?

5.Posté par Michèle le 25/08/2007 23:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Magnifique, merci!

6.Posté par moi le 08/09/2007 15:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Robert Bichet ne fut pas député UDR de paris mais député MRP de Seine-et-Oise jusqu'à Nov. 1958

7.Posté par niyyat le 30/08/2008 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Assalamou 'alaykoum,

MashâAllah, à quand un "philippe grenier" du 21 è siècle ?


Loading



Inscription à la newsletter




En direct de Gaza. Suivez les principaux événements et réactions du jour

Depuis lundi 7 juillet, la bande de Gaza vit sous la peur constante des bombes israéliennes. En plein mois du Ramadan, l'heure est à l'urgence aussi bien humanitaire que politique. Les bilans humain et matériel s’alourdissent d'heure en heure à Gaza. Suivez ici l'évolution des événements à Gaza en temps réel. Retour sur les principaux faits de la semaine.





L'actu vue par Yace