Connectez-vous S'inscrire






Société

Discrimination: une responsable d'un salon de coiffure condamnée

| Mardi 18 Juillet 2006

La responsable d'un salon de coiffure de Loire-Atlantique a été condamnée lundi à Nantes à 3.000 euros d'amende, dont 1.500 avec sursis, pour discrimination à l'embauche. Elle avait refusé d’embaucher une coiffeuse d'origine haïtienne. Un nouveau succès du "testing" salué par SOS Racisme.



Ne cherche personne

En recherche d'un emploi, Clairmise Valton, une Française d'origine haïtienne de 27 ans, s'était présentée en novembre 2005 à Châteaubriant (Loire-Atlantique) au salon de coiffure de Huguette Rivaud, 55 ans. Cette dernière lui avait alors assuré ne pas chercher d'employé.

Le lendemain, l'ANPE contacte la plaignante, titulaire d'un CAP de coiffure, lui signalant une offre d'emploi dans ce même salon pour la période des fêtes en remplacement d'un congé maladie.

Clairmise Valton appelle alors la patronne et signale qu'elle est passée la veille au salon. Mme Rivaud lui répète qu'elle "ne cherche personne".

Recourant à la méthode du "testing" ou "test de discrimination", la jeune femme fait intervenir une amie qui appelle à son tour, se fait passer pour une coiffeuse ayant le même curriculum vitae qu'elle. Mme Rivaud lui propose de venir déposer son CV.

1.500 euros pour préjudice moral

"Je cherche une employée de couleur blanche parce que cela correspond mieux au type de ma clientèle", avait affirmé Mme Rivaud aux enquêteurs, le 14 février. "Je me sens mieux avec des gens de ma couleur", avait-elle précisé.

Lors de l'audience du 21 juin, son avocat, Me Stéphane Fouéré, avait assuré que sa cliente n'était "pas une personne raciste" mais que, "à CV égal, elle portera plus facilement son choix vers une personne du cru" pour une question de "lien social" et de "contexte rural".

Huguette Rivaud a été également condamnée à verser 1.500 euros pour préjudice moral envers la plaignante, partie civile, ainsi que 500 euros de dommages et intérêts pour chacune des deux autres parties civiles, SOS racisme national et sa branche de Loire-Atlantique.

Le ministère public avait requis 3.000 euros d'amende, dont 1.000 avec sursis, et un stage de citoyenneté.

Ce jugement est un encouragement

Clairmise Valton "est très satisfaite qu'il y ait une déclaration de culpabilité", a déclaré son avocate, Me Marie-Emmanuelle Beloncle.

Ce jugement est "un encouragement pour multiplier les opérations de testing à l'embauche", a estimé le vice-président de SOS Racisme, Samuel Thomas, qui avait salué lors de l'audience le "comportement exemplaire dans tous les service de l'Etat" dans ce dossier traité en six mois.

"Je ne pense pas que l'on puisse faire reposer sur ma cliente les problèmes d'embauche et d'emploi des personnes d'origine étrangère", a affirmé pour sa part Me Fouéré, dont la cliente pourrait faire appel.


Légalisation du testing

C’est à la fin de l’année 2005 que le Premier ministre Dominique de Villepin annoncé la légalisation du testing.

Cette pratique expérimentée en France depuis 1999 par SOS Racisme permet de prouver une sélection opérée sur des critères discriminatoires, liés aussi bien à l’origine ethnique qu’au sexe ou au handicap.

Une pratique qui a déjà entraîné plusieurs condamnations pour discrimination à l'embauche.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu