Connectez-vous S'inscrire






Ramadan

Diabète et jeûne du Ramadan

Ramadan 2009

Rédigé par Aziz Chaib | Mercredi 9 Septembre 2009

Selon la jurisprudence islamique, toute personne est autorisée à s’abstenir du jeûne si ce dernier lui est nuisible. Cela est particulièrement vrai pour les personnes atteintes du diabète. Pourtant, un certain nombre d’entre elles s’efforcent de jeûner. Ce qui n’est pas sans risques.



Le diabète de type 2 concerne près de 1 million de personnes en France.
Le diabète de type 2 concerne près de 1 million de personnes en France.
Le jeûne du mois de Ramadan est obligatoire pour tout musulman dès la puberté. Il existe cependant des dérogations pour certaines personnes, en particulier pour les malades. En effet, lorsque le jeûne peut avoir des conséquences néfastes sur son état de santé, le musulman est autorisé à ne pas jeûner.

Malheureusement, de plus en plus de personnes exemptées de jeûne insistent pour le faire et refusent la dispense qui leur accordée sur le plan religieux. Elles commettent alors un acte répréhensible puisque le jeûne nuit à leur santé. Cette situation se retrouve notamment chez des patients atteints de maladie chronique comme le diabète.

Des critères précis d’interdiction du jeûne

La Conférence de consensus médico-religieuse de Casablanca de 1995, regroupant la Fondation Hassan-II pour la recherche scientifique et médicale sur le Ramadan ainsi que les principales institutions islamiques, islamo-culturelles et islamo-médicales du monde musulman, a retenu des critères interdisant le jeûne chez les patients diabétiques.

Ces critères sont les suivants : le diabète de type 1, le diabète de type 2 non équilibré, la présence de complications dégénératives (rétinopathie diabétique, neuropathie diabétique, néphropathie diabétique), l’état d’acido-cétose et la femme enceinte ou allaitante diabétique.

Cependant, une étude a montré que de nombreux patients musulmans répondant à un ou à plusieurs de ces critères d’interdiction jeûnent malgré les risques qu’ils encourent.

« Pendant la période du Ramadan, le week-end, quand je ne travaille pas, je me réveille tard. Comme il n’y a personne pour déjeuner, j’en profite pour ne pas déjeuner, voire ne pas manger du tout et me dire : “ Si jamais je suis en hypoglycémie, je mange.” », raconte Saloy, 31 ans.

« Des soucis, des fois quand j’essaye de faire comme mes enfants, faire le jeûne. C’est ça, le problème. Quand j’essaye des fois, je me retrouve avec soit des hyperglycémies, soit des hypo », se souvient Abdelkader, 52 ans.

Pour Mimount, 43 ans, cela se traduit de la façon suivante : « Ben, on en a déjà parlé depuis des années, et puis ils m’ont dit : “Non, tu ne dois pas le faire, tu ne dois pas le faire, tu ne dois pas le faire.” Oui, mais moi, à côté, je vais essayer quand même. Je vais essayer. Si j’y arrive, j’y arrive comme cette année. Je me dis que je vais essayer. Si je n’y arrive pas, si je suis en hypo ou en hyper, je suis obligé de manger. Enfin, en hyper, d’habitude je ne mange pas en hyper parce que je me dis : je vais essayer encore demain. […] La rapide [insuline d’action rapide], si on a bien dosé la dose, on peut faire le Ramadan parce qu’on la fait que au repas. »

Une envie de jeûner, malgré des conséquences qui peuvent être graves

Or ces essais aléatoires de jeûne peuvent avoir de graves conséquences sur l’état de santé à court ou à long terme.

Comment s’expliquent ces attitudes ? Plusieurs éléments peuvent être avancés. Tout d’abord, la pression sociale peut être telle que si une personne ne jeûne pas, elle peut se sentir jugée et exclue du reste de la communauté musulmane. Voici un dialogue que nous avons eu avec Saloy.

« Par rapport au jeûne du mois de Ramadan, vous vivez les choses comment ?
Saloy : C’est le mois de l’année où je me sens complètement exclue.
− Exclue… ?

Saloy : bNon, c’est juste que c’est… je ne sais pas comment. J’en fais toujours trop à cette période là, parce que j’ai l’impression que je ne fais pas partie de l’ensemble. C’est en fait là où je me rends plus compte que je suis diabétique, que je suis différente. »

La peur de mourir non musulman peut aussi être un élément d’explication. Pour Nadia, 26 ans, ce sentiment s’exprime de façon très forte : « Ça me fait mal au cœur. Je suis, comment dire… Moi, pendant la période du Ramadan, j’ai l’impression qu’il me manque quelque chose. J’ai l’impression… Je vais peut-être aller très loin, mais j’ai l’impression de ne pas être musulmane comme les autres. »

Enfin, la part culturelle du jeûne semble aussi avoir sa part de responsabilité comme nous l’explique Nadia :
« Est-ce que vous jeûnez ?
Nadia : Non, je le faisais il y a quelque temps, le week-end, quand je ne sortais pas, parce que s’il y a quelque chose, au moins, je suis à la maison. Mais là, non, je ne peux pas, je ne peux plus.
− Et vous le vivez comment ?

Nadia : Ben, c’est dommage. J’aimerais bien le faire parce que tout le monde, à la maison, le fait. »

Nous nous rendons donc compte qu’un certain nombre de patients jeûnent, alors qu’ils ne le devraient pas.

Éduquer les patients

Un travail commun entre les médecins et les imams des différentes mosquées de France peut être une solution pour éduquer ces patients et leur faire accepter le fait qu’ils ne doivent pas jeûner.

Pour ceux qui, malgré cela, veulent absolument jeûner, il est plus que nécessaire de consulter leur médecin traitant ou leur médecin diabétologue dans le mois qui précède le jeûne du mois de Ramadan. Des essais de jeûne peuvent alors être réalisés, afin d’évaluer si une éventuelle adaptation posologique, voire un changement de schéma thérapeutique, serait nécessaire. Dans tous les cas, il est impératif de parler de son intention de jeûner à son médecin.



QU’EST-CE QUE LE DIABÈTE ?

Le diabète est une maladie chronique touchant le mécanisme de régulation du sucre. Il y a un taux de sucre trop élevé dans le sang.
Il existe deux sous-types principaux de diabète.

Le diabète de type 1 touche 150 000 personnes en France, soit 15 % de la population diabétique. Il est fréquemment révélé lors du jeune âge ou vers l’adolescence. Il se caractérise par un défaut de sécrétion de l’insuline par le pancréas. Dans ce cas, l’insulinothérapie est indispensable.

Le diabète de type 2 touche davantage les adultes. Il concerne près de 1 million de personnes en France. Dans ce cas, le mécanisme principal est l’insulino-résistance, c’est-à-dire que les cellules graisseuses du corps ne répondent pas à l’insuline qui leur ordonne de faire rentrer le sucre à l’intérieur d’elles. Ce sucre reste alors dans le sang circulant en trop grande quantité.
Cela peut avoir des conséquences néfastes sur les yeux, les reins, les nerfs, toutes les artères du corps, y compris celles qui irriguent le cœur et le cerveau.

Des mesures simples de surveillance de son alimentation, de pratique sportive régulière sont des moyens de prévention. Si, malheureusement, cela ne suffisait pas, il faudrait alors recourir à des antidiabétiques oraux, voire à de l’insuline.

Une surveillance régulière de son taux de glycémie capillaire et/ ou sanguine et des consultations régulières chez le médecin traitant sont des éléments indispensables de la bonne prise en charge.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu