Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Devant le Congrès, Donald Trump prône une immigration « basée sur le mérite »

Rédigé par Imane Youssfi | Mercredi 1 Mars 2017



Donald Trump lors de son premier discours de politique générale au Congrès américain mardi 28 février
Donald Trump lors de son premier discours de politique générale au Congrès américain mardi 28 février
Difficile à croire. Un mois et demi après son investiture, Donald Trump s’exprimait pour la première fois devant le Congrès mardi 28 février.

Lors de son discours adressé sur un ton inhabituel, le président s’est dit favorable à un système d'immigration choisie qui serait calquée sur les modèles canadien et australien. « Ceux qui veulent entrer dans un pays doivent être capables de subvenir financièrement à leurs besoins par eux-mêmes », a-t-il déclaré. Convaincu de pouvoir réaliser des économies avec ce système, Donald Trump a affirmé son souhait d’« abandonner le système actuel d’une immigration peu qualifiée et adopter à la place un système basé sur le mérite ».

Face aux 535 élus du Congrès, Donald Trump a réitéré son souhait d’établir un mur le long de la frontière du Mexique, sans préciser qui devrait le payer : « Nous devons restaurer l’intégrité et l’Etat de droit à nos frontières. C’est pourquoi nous allons entamer la construction d’un grand mur tout au long de nos frontières au Sud ».

Trump veut maintenir son décret

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump ne cesse de faire l’objet de manifestations, de critiques. Il n'entend d'ailleurs pas laisser tomber son idée de décret, en contradiction avec l'idée d'« immigration choisie ». Selon la presse américaine, le président devrait garder la liste des pays dont les ressortissants seraient interdits de séjour aux Etats-Unis, à l'exception de l'Irak.

La dernière critique en date vient celle d’un de ses prédécesseurs, l’ancien président George W. Bush. « Je suis pour une politique d’immigration accueillante, et qui soit conforme à la loi », a-t-il déclaré, interrogé le 27 février dans l'émission Today sur NBC. George W. Bush, qui s’est aussi dit contre le décret anti-immigration, prône la liberté de croyance : « C’est très important pour nous de reconnaître qu’une de nos forces, c’est de laisser les gens prier comme ils veulent, ou ne pas prier du tout. Le fondement de notre liberté, c’est le droit de croire librement. »

Lire aussi :
Investiture de Trump : la riposte des musulmans américains
Fichage des musulmans : Amnesty et 16 ONG montent au créneau
Etats-Unis : le bras de fer autour du décret anti-immigration engagé
Quand Donald Trump amalgame immigration et terrorisme




Loading














Recevez le meilleur de l'actu