Connectez-vous S'inscrire






Monde

Deux musulmans au gouvernement néerlandais

| Jeudi 22 Février 2007

La semaine dernière le Premier ministre néerlandais, Jan Peter Balkenende, a nommé deux ministres issus de l'immigration au sein du nouveau cabinet, Ahmed Aboutaleb est le fils de Marocains et Nebahat Albayrak née en Turquie. Les nouveaux secrétaires d'Etat vont prêter serment jeudi aux Pays-Bas.



Ahmed Aboutaleb et Nebahat Albayrak
Ahmed Aboutaleb et Nebahat Albayrak

Les Nouveaux Néerlandais

Conseiller municipal, Ahmed Aboutaleb, 45 ans, sera secrétaire d'Etat aux affaires sociales. Quant à Nebahat Albayrak, parlementaire âgée de 38 ans, occupera le secrétariat d'Etat à la Justice.

Pour la première fois de leur histoire, les Pays-Bas vont ainsi se doter de ministres musulmans. M. Aboutaleb et Mme Albayrak font partie de ces immigrants bien intégrés, qui s'appellent les "Nouveaux Néerlandais". Beaucoup d'entre eux ont grimpé en politique ou dans les affaires à un moment de crise ethnique et de doute sur la capacité de la nation à absorber sa minorité musulmane.

Tous deux membres sont membres du Parti travailliste. La jeune femme est originaire de Turquie. Elle est arrivée aux Pays-Bas avec ses six frères et soeurs alors qu'elle avait 18 mois. Ses parents étaient arrivés trois ans plus tôt pour travailler, avec l'intention de retourner au pays quand leurs enfants auraient reçu une éducation. Ils sont restés.

Elle a rejoint le parti alors qu'elle était étudiante, a obtenu un diplôme en droit international, avant d'être élue au Parlement en 1998. Lors des élections de novembre dernier, elle était numéro deux sur la liste des candidats, derrière le chef du mouvement, Wouter Bos.

Ahmed Aboutaleb a quitté son pays à 15 ans

Ahmed Aboutaleb a quitté son pays à 15 ans avec sa mère et ses frères pour rejoindre leur père, venu aux Pays-Bas quelques années plus tôt. Il a étudié les télécommunications et a travaillé pour la télévision.

Après la mort de Theo Van Gogh, il avait prononcé un discours dans une mosquée d'Amsterdam, appelant à la tolérance mutuelle et insistant sur la nécessité d'accepter les valeurs de la société néerlandaise. "Quiconque ne partage pas ces valeurs devrait en tirer les conclusions et partir", avait-il lancé. Lui-même menacé de mort, il fait désormais l'objet d'une protection policière permanente.

Ceci est la nouvelle Europe

"Ceci est la nouvelle Europe, et les Pays-Bas montrent l'exemple", estime Sadik Harchaoui, un Marocain qui dirige l'Institut national du développement multiculturel à Utrecht. "C'est le moment pour les citoyens néerlandais issus de l'immigration de prendre ce type d'emploi, pas seulement au sein du gouvernement, mais dans les affaires", note-t-il. "Dans 15 à 20 ans, ce sera une chose normale".

L'an dernier, lors des élections municipales, le nombre de conseillers municipaux originaires de la Turquie ou du Maroc a progressé de 62%, passant de 139 à 223. Au Parlement, leur nombre a grimpé de cinq à sept, sur 150 sièges.





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu