Connectez-vous S'inscrire






Archives

Des soldats anglais accusés d’avoir 'tabassé' des Irakiens

Rédigé par Elbialy Shaima | Vendredi 17 Février 2006

Le journal britannique News of the world a publié récemment près de neuf pages d'images montrant des soldats britanniques frappant sauvagement des enfants irakiens. Une nouvelle affaire de torture enfonce la réputation des troupes étrangères qui occupent l'Irak.



Une vidéo accablante

Après le scandale des tortures infligées par les soldats américains aux prisonniers d'Abou Ghraib, voilà que l'armée britannique se voit pointer du doigt. C'est le quotidien News of the world qui a fait éclater l'affaire. Dans l'édition du dimanche 12 février 2006, on pouvait lire en gros titre: "British soldiers beat Iraqis and shame their country" ("des soldats britanniques frappent des irakiens et font honte à leur pays") ou encore "BRUTAL!". Les images choquantes de ces lynchages sont en fait extraites d'une vidéo tournée en 2004 semble-t-il par un soldat anglais.

Dans cette vidéo, décrite comme "une vidéo secrète", on voit des irakiens s'insurger juste avant que les soldats britanniques ne débarquent pour la répression. Plus loin, sur la vidéo, on voit ces mêmes soldats traîner des enfants brutalement par les pieds pour les faire entrer dans la base militaire. Et c'est là, à l'abri de tous, que les militaires s'en sont donnés à coeur joie. Selon le journal, un des soldats aurait même frappé un des enfants jusqu'à ce que mort s'en suive. On peut entendre dans cette vidéo une voix off (celle d'un cameraman non identifié) en train de rire et d'encourager ses collègues de l'armée à lyncher les petits irakiens en les tabassant à coup de bâtons et à coup de pompes. Cette vidéo aurait apparemment été filmée par un caporal…juste « pour rire ».

L'authenticité des images mise en doute

Le journal qui a diffusé ces images scandaleuses a clairement affirmé qu'il s'agissait de soldats britanniques mais il n'a souhaité préciser ni leur l'unité ni leur régiment. Le journal a également affirmé avoir vérifié longuement l'authenticité de la vidéo sans révéler l'identité de celui qui la leur a remise.

Le rédacteur en chef de News of World, Stuart Kuttner, a simplement déclaré: «  Nous avons fait des vérifications sur la source, sur les gens proches de cette source, auprès des experts militaires, auprès du Ministère de la Défense et même au-delà ». Cette précision semble écarter tous soupçons sur la fiabilité des images publiées. Ce n'est pas la première fois que des scandales de ce genre éclatent par la presse. Et les autorités se méfient de ce genre d'allégations. L'image de l'armée britannique avait été ternie l'année dernière déjà par le journal Daily Mirror qui avait publié des images montrant des soldats du régiment de Queen Lancashire entrain d'abuser de détenus irakiens. Ces trois soldats avaient été emprisonnés après le scandale alors que les images se sont révélées être par la suite fausses.

Réaction du gouvernement britannique

Immédiatement, Tony Blair a réagi en condamnant ces actes et il ajouta que les abus des soldats britanniques « donneraient lieu à une enquête ». Mr Blair a également souligné que « la plus grande majorité » de ses troupes en Irak « agissaient proprement » et qu'elles accomplissaient « un important travail pour le pays et pour le monde en général ». Le premier ministre, qui se trouve actuellement en Afrique du sud pour un sommet sur la pauvreté et le développement, a déclaré que la présence des troupes en Irak était « d'une importance fondamentale » et qu'elle aidait l'Irak à se constituer en démocratie. Le chancelier Gordon Brown a, quant à lui, déclaré à la BBC que les « troupes loyales, décentes et qui travaillent dur » en Irak considéreraient ces allégations comme une « atteinte à leur travail ».
Le porte-parole britannique de l'armée, le lieutenant Chris Thomas, qui se trouve à Basra a déclaré : «  nous espérons que les bonnes relations que les forces mutil-nationales ont difficilement établies ne seront pas affectées par cette affaire ». Il a également condamné « tous les actes d'abus et de brutalité » perpétrés par les troupes britanniques ajoutant qu'ils ne concernaient qu'une infime partie des soldats. Le Ministère de la Défense a affirmé prendre très au sérieux cette affaire. Une procédure d'investigation concernant les images vidéo accablantes a été lancée et les enquêtes ont donné lieu dimanche soir à l'arrestation d'un suspect dont l'identité reste inconnue. Une arrestation qui se veut sans doute exemplaire.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu