Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Des liens resserrés entre le CFCM, l'UOIF et l'UMP de Nicolas Sarkozy

Rédigé par La Rédaction | Mercredi 4 Mars 2015



En janvier 2015, Nicolas Sarkozy a rencontré à Paris les membres du CFCM. Le 4 mars, le président de l'UMP est allé à la rencontre de l'instance musulmane à la Grande Mosquée de Paris. ©V.ISORE-IP3
En janvier 2015, Nicolas Sarkozy a rencontré à Paris les membres du CFCM. Le 4 mars, le président de l'UMP est allé à la rencontre de l'instance musulmane à la Grande Mosquée de Paris. ©V.ISORE-IP3
Le président de l’UMP Nicolas Sarkozy était reçu à la Grande Mosquée de Paris mardi 3 mars, où il a rencontré les responsables du Conseil français du culte musulman (CFCM), des Grandes Mosquées de Lyon et d’Evry, et de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF). Une réunion élargie qui s'est tenue près de deux mois après une première rencontre le 15 janvier au siège de l'UMP.

Dans un communiqué paru au lendemain de la rencontre, le CFCM précise que les responsables musulmans ont eu avec Nicolas Sarkozy « des échanges francs et constructifs sur toutes les questions touchant le culte musulman et les Français de confession musulmane ». Ils ont aussi rappelé que « le CFCM est d’abord une instance élue de représentation cultuelle qu’il faut se garder de mettre sur le même plan qu’une représentation des composantes cooptées au sein de la société civile ».

Le président de l’UMP a « invité le CFCM et l’UOIF à participer à la journée de travail que va organiser l’UMP en avril prochain sur le thème de "La République et l'Islam" », indique le CFCM, qui précise aussi qu’elle apportera « toute sa contribution au débat national que le gouvernement a lancé » sur l’islam de France. « Ce débat doit être mené avec sérénité avec l’ensemble de la classe politique en évitant tout amalgame et toute instrumentalisation », conclut-on.

Le communiqué ne fait en revanche pas mention du « texte commun » entre l’UMP et le CFCM sur les sujets touchant à l’islam de France, annoncé par Nicolas Sarkozy à l’issue de la rencontre. « Nous nous retrouverons pour une journée de travail et nous essayerons de sortir un texte commun pour régler cette question dans l'apaisement », a déclaré le président de l’UMP aux médias qui l’attendaient, aux côtés de Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris et président du CFCM.

« Des pratiques sociétales que nous ne voulions pas changer »

Le président de l’UMP a salué l'instance dont il est à l’origine et « qui a joué un rôle très important et dont les dirigeants ont pris des positions très courageuses et qui doit être conforté ».

« Nous avons dit également que nous ne voulons pas d’amalgames, ni d’exploitation politique d’une question grave et sensible. Nous sommes tous conscients de la fragilité de la société française, des passions qui sont extrêmement fortes. Nous avons dit aussi qu’il y avait un mode de vie et des pratiques sociétales que nous ne voulions pas changer et que les musulmans de France, quand ils définissaient l’islam de France, devaient en tenir compte - sur le voile, les prières dans la rue, la formation des imams, les discours de ces imams, les financements des mosquées », a affirmé l’ancien président de la République, sans rien changer de ses propos polémiques prononcés en février dernier sur le voile.

Nicolas Sarkozy était accompagné de la vice-présidente déléguée de l’UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, et des députés Gérald Darmanin et Henri Guaino, tous deux chargés de préparer la journée de travail du parti sur l’islam qui se tiendra au mois d’avril.

Lire aussi :
Près de Lunel, Dalil Boubakeur prône un islam en phase avec la modernité
Un nouvel élan insufflé à l’islam de France, pour quelle place du CFCM ?
Les femmes voilées en France, Nicolas Sarkozy dit oui en 2009, non en 2015
Municipales : Dalil Boubakeur préfère Anne Hidalgo à NKM
Débat sur l’islam : le CFCM, inquiet des dérives, tourne le dos à l'UMP





Loading












Recevez le meilleur de l'actu