Connectez-vous S'inscrire






Archives

Démission du directeur de cabinet de Christine Boutin

| Jeudi 20 Décembre 2007

Révélée dans sa livraison de ce mercredi 19 décembre par le Canard Enchaîné, l'information selon laquelle le directeur de cabinet de la ministre du Logement Christine Boutin, louait depuis 1981 un logement à loyer modéré à Paris dans le Vème arrondissement, a entraîné la présentation de la démission de ce dernier ce matin.



De gauche à droite, Jean-Paul Bolufer et Christine Boutin
De gauche à droite, Jean-Paul Bolufer et Christine Boutin
La démission de Jean-Paul Bolufer, le directeur de cabinet de Christine Boutin, la ministre du Logement, a été acceptée par cette dernière. Cette démission est la conséquence directe des révélations faites par le Canard Enchaîné de mercredi 19 décembre, faisant état de la location par M. Bolufer d'un logement de standing au prix d'un logement à loyer modéré, soit quatre à cinq fois moins cher que les prix pratiqués sur le marché. Le logement, situé boulevard de Port-Royal à Paris dans le Vème arrondissement était un appartement de 190 m2 loué pour seulement 6,30 euros le m2.

Interpellé hier mercredi à l'Assemblé nationale par les députés de l'opposition socialiste, Mme Boutin avait lancé : "Vous me permettrez de régler le problème entre lui et moi !"

Quant au premier concerné, Jean-Paul Bolufer, il se défend dans une interview qu'il accorde ce jeudi 20 décembre au quotidien Le Parisien d'avoir "jamais" rien "dissimulé" et se dit victime d'une "chasse à l'homme".

"J'ai loué cet appartement en 1981 aux prix normal à l'époque. [...] Mon loyer a augmenté selon les indices classiques. Mon bail n'a jamais été résilié et n'a donc pas été renégocié alors que dans le même temps l'immobilier flambait", a ainsi déclaré M. Bolufer, qui se dit "près à rediscuter les conditions" de sa location. "Peut-être faut-il vérifier les loyers par rapport aux revenus. Mais c'est un débat de société qui ne doit pas prendre la forme d'une chasse à l'homme dont je suis aujourd'hui victime. Je ne suis pas une exception. Mon cas ressemble à celui de milliers de personnes qui vivent à Paris".





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu