Connectez-vous S'inscrire






Culture & Médias

Coup de Soleil sur la culture franco-maghrébine

Rédigé par Rachida Douadi | Samedi 7 Février 2009

L'association Coup de Soleil, pour la promotion de la culture maghrébine en France, organise samedi 7 et dimanche 8 février son 15ème "Maghreb des livres". Ce salon qui réunit environ 6000 personnes depuis 2001, se tiendra à la mairie du 13ème arrondissement de Paris. En plus de cet évènement fédérateur, où se retrouvent les signatures prestigieuses de la littérature franco-maghrébine, Coup de Soleil lance cette année le festival "Maghreb des films". Retour sur l'histoire d'une association qui œuvre depuis plus de 20 ans à renforcer les liens entre les populations des deux rives de la Méditerranée.



Coup de Soleil sur la culture franco-maghrébine
L’initiative ne date pas d’hier. Elle a près d’un quart de siècle. En 1985, une quinzaine d’amis, juifs, pieds-noirs, immigrés venus d’Algérie, du Maroc et de Tunisie, partageant le même horizon bleu de la Méditerranée se retrouvent en France autour d’une volonté commune. Celle de renforcer les liens entre ces populations. Pour cela un moyen et deux objectifs : lutter contre le rejet et l‘ignorance par la promotion de la culture. L’association Coup de Soleil voit le jour. Neuf ans plus tard, en 1994, le CNCL (Centre national du livre) accueille la première édition du "Maghreb des livres". Un évènement organisé « sur les conseils de mon ami Rachid Mimouni, ce grand écrivain algérien qui allait disparaitre un an plus tard ! » se souvient Georges Morin, Président de l’association. « Il avait réussi à amener au CNCL un autre « grand » : le Marocain Mohamed Choukri, croisé par hasard dans une rue de Paris ! » avait-il ajouté dans un entretien accordé, en 2008, au journal Le Soir d’Algérie.


Dès la fin des années 80, Coup de Soleil met en place une action culturelle inédite. En 1986, un an après le lancement de l’association, un premier rassemblement est organisé au Musée de la Porte Dorée. En 1989, l’Unesco accueille une Sacrée Veillée de Ramadan : « Façon de montrer à l’opinion française qu’elle a beaucoup gagné à nous avoir, un jour, accueillis sur son sol. »* Quelques années plus tard, pendant la guerre du Golfe, les trois humoristes et parrains de l’association, Bedos, Boujenah et Smaïn sont réunis sur la scène de l’Olympia : « ça a été l’illustration de notre première orientation : multiplier les occasions de convivialité. Notre deuxième orientation, c’est de donner la plus belle image possible du Maghreb en France. Car beaucoup de réactions racistes viennent de l’ignorance »** rappelait Georges Morin.

Un coup d'essai très encourageant

Le premier Maghreb des livres coïncide avec une période dynamique de la production littéraire maghrébine. Dès son lancement, le succès est au rendez-vous. « Un coup d’essai », « très encourageant » se souvient le président de l’association. Entre 1995 et 2000, les mairies du 11è et du 20è arrondissements de Paris accueillent l’évènement dont la fréquentation augmente à chaque édition. En 2001, un membre prestigieux de l’association donne un coup de pouce remarquable : Bertrand Delanoë, devenu maire de la capitale abrite la 8ème édition dans les salons de l’Hôtel de ville. Organisée un mois seulement après les attentats du 11 septembre, l’évènement avait été menacé d’annulation par la préfecture de police, « mais le maire a tenu bon et la manifestation a eu un succès monstre ! » selon Georges Morin. Ainsi, les activités de l’association ont été multipliés par trois, confie son président : « et, de 3 200 visiteurs en 2000, nous sommes passés à 6 300 en 2001. Un chiffre qui est resté constant depuis puisqu’en 2005, nous avons accueilli 6 200 personnes. Le public est complètement mélangé au niveau des origines et du profil social, il y a des intellectuels, des familles et de plus en plus de provinciaux. On est très contents ! » ***


Cette année, le Maroc est à l’honneur. Le roulement entre les trois pays est régulier depuis 2001, date à laquelle les lettres Tunisienne ont été programmées en guise de remerciement à Bertrand Delanoë. « Nous avions en effet décidé, dès 2000, de mettre le projecteur sur l’Algérie en 2003 (année de l’Algérie en France). Dès lors, pourquoi ne pas commencer par la Tunisie en 2001, façon de remercier Bertrand Delanoë de nous accueillir à l’Hôtel de Ville. Le Maroc trouvait donc naturellement sa place en 2002 » expliquait Georges Morin au Soir d’Algérie.


Avec cette 15ème édition, l’association Coup de Soleil enrichit sa palette d’évènements. Du 11 au 17 février 2009 se tiendront à Paris et en banlieue, des rencontres cinématographiques. Pendant deux semaines, plusieurs salles à Paris, Bobigny, Gennevilliers et Gonesse projetteront une vingtaine de films dans le cadre du « Maghreb des films ». Cette avant -première, très algérienne, préfigure un festival d’une plus grande envergure à l’automne prochain. Au programme : hommage au réalisateur franco-algérien Nadir Moknèche (Le Harem de Madame Osmane, Viva Laldjerie, Délice Paloma) et à son actrice égérie Biyouna, coup de projecteur sur le cinéma berbère et séance spéciale consacrée, notamment, au film Harkis d’Alain Tasma . Ainsi, Coup de Soleil entend faire connaitre à un plus large public, la richesse et la vitalité du cinéma maghrébin, hors « du petit cercle de cinéphiles parisiens, mais surtout à tout ceux qui ont des attaches avec le Maghreb, dont le plus grand nombre vit en banlieue. »
****

Renseignements et informations pratiques sur le site de l'association Coup de Soleil



*www.coupdesoleil.net
**&*** Afrik.com, Coup de soleil sur le Maghreb

**** Georges Morin, Dossier de Presse "Maghreb des Films"




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu