Connectez-vous S'inscrire






Archives

Condamné pour avoir vendu du porc sous le label Halal

Rédigé par Nadia Sweeny | Samedi 17 Février 2007

Début février, le fabricant de charcuterie « Aux collines de l’Artois » a été condamné par le tribunal d’Arras pour avoir commercialisé du porc sous le label Halal entre 2003 et 2006. En effet, les merguez étiquetées « halal » contenaient de 0,5 à 5% de porc. Le mélange utilisé était de La Mélona, contenant habituellement de la viande porcine. L’entreprise devra payer une amende de 8 200 euros. Ce scandale fait resurgir les problèmes d’étiquetage et de contrôle des viandes.



La charcuterie 'Aux collines de l'Artois' basée dans le Nord de la France a été finalement condamnée par le Tribunal Correctionnel d'Arras pour avoir [vendu de la viande porcine sous le label halal, et ce pendant 3 ans]article:1856 . En effet, de 2003 à 2006, des merguez portant la mention halal était commercialisées alors qu'elles contenaient de 0,5 à 5% de porc.

Certains musulmans ont été avertis par l'odeur et la taille des saucisses. En 2005, la fédération régionale de Grande mosquée de Paris du Nord Pas de Calais décide de faire, à ses frais, une demande d'analyse auprès d'un laboratoire de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) à Maisons-Alfort dans le Val-de-Marne. Le verdict est tombé : la viande labellisée halal contenait du porc.

La fédération a alors porté plainte, appuyée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Le verdict, la semaine dernière, exige 8 200 euros d'amende.

Le gérant de la société « Aux collines de l'Artois », Yves Splingard, s'est défendu d'avoir effectué ce mélange intentionnellement et a montré du doigt un mauvais nettoyage des machines entre l'abattage des porcs et des ovins. Cependant, les analyses avaient révélé la présence de porc en grande quantité, de 0.5 à 5% soit l'équivalent de deux kilos et demi de porc dans une préparation de 50 kg, selon les calculs du journal la Voix du Nord.

« Nous avons fait entendre notre voix, et c'est une bonne chose », déclare Aoussedj Abdelkader, le président de la fédération régionale de la Grande mosquée de Paris du Nord-pas-de-Calais. « Ce produit n'était agréé par personne, aucune mosquée, rien. Par cette condamnation nous les mettons en garde que les musulmans ne dorment pas sur leurs deux oreilles. » Ajoute-t-il. « Le problème majeur, est qu'il y a beaucoup de sociétés qui ne sont pas sérieuses sur cette question du Halal. En plus, le CRCM (ndr, Conseil régional du culte musulman) Nord Pas de Calais est totalement absent de cette question. » Insiste M. Assouedj.

La question de la labellisation halal est plus que jamais à l'ordre du jour. Il devrait être le fait d'un contrôle accru des services régionaux ou nationaux du Culte musulman qui semblent tous deux démissionnaires.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu