Connectez-vous S'inscrire






Archives

Coalition entre le Congrès National Irakien et la Liste Unifiée Irakienne

Rédigé par Moussaoui, porte parole de l'i Entretien avec le dr haider a | Samedi 29 Janvier 2005

Le parti du Congrès National Irakien, dirigé par le Dr Ahmed Chalabi a intégré la Liste Unifiée Irakienne dirigée par Abdel Aziz Al Hakim. Cette coalition a reçu la bénédiction de l'ayatollah Ali Al Sistani qui est la plus haute autorité religieuse chiite du pays. La Liste Unifiée Irakienne devrait recueillir la majeure partie des voix de la communauté chiite lors des élections législatives du 30 janvier. Elle devrait pouvoir ainsi obtenir une centaine de sièges au sein de la future assemblée nationale irakienne. Les principaux représentants de cette liste devraient également accéder à certains postes de haut rang au sein du gouvernement.



Le parti du Congrès National Irakien, dirigé par le Dr Ahmed Chalabi a intégré la Liste Unifiée Irakienne dirigée par Abdel Aziz Al Hakim. Cette coalition a reçu la bénédiction de l'ayatollah Ali Al Sistani qui est la plus haute autorité religieuse chiite du pays. La Liste Unifiée Irakienne devrait recueillir la majeure partie des voix de la communauté chiite lors des élections législatives du 30 janvier. Elle devrait pouvoir ainsi obtenir une centaine de sièges au sein de la future assemblée nationale irakienne. Les principaux représentants de cette liste devraient également accéder à certains postes de haut rang au sein du gouvernement.

Le Dr Ahmed Chalabi est un opposant de longue date au régime de Saddam Hussein. Considéré comme l'homme du Pentagone, les américains lui préfèrent désormais le premier ministre actuel Iyad Alloui. Le Dr Ahmed Chalabi souffre également d'une image entachée par le scandale de la banque Jordanienne Petra. Il est accusé d'avoir détourné plusieurs millions de dollars lors de la faillite de cette banque.

Le Dr Chalabi a également choisi de renouer récemment des liens avec les représentants de l'Iran ce qui a fortement irrité Washington. Le Dr Chalabi est cependant en bonne position sur la Liste d'Alliance Unifiée est devrait donc obtenir un poste à responsabilité au sein du futur gouvernement Irakien.

Dr Haider Al Moussaoui, pourquoi l'INC a-t-il rejoint une liste de coalition avec des partis politiques religieux ?

La Liste Unifiée Irakienne n'est pas une coalition de partis religieux. Il y a actuellement une vingtaine de partis politiques et organisations différents dans cette liste dont de nombreux indépendants. Sur le plan ethnique, elle comporte des chiites, sunnites, turcomans, kurdes, etc.

Mais surtout, le programme politique de cette liste est libéral. Il n'aspire pas a la formation d'un gouvernement religieux, mais il appelle à des élections libres, la paix et la démocratie en Irak et la formation d'un système fédéral. Les différents partis de cette coalition souhaitent également que l'Islam soit une source d'inspiration pour la future constitution irakienne.

Les partis politiques qui composent cette liste ont sacrifié des milliers de partisans dans leur combat contre le régime de Saddam Hussein et tout le monde connaît leur histoire.

Le Congrès National Irakien a donc plus de points communs avec ces partis religieux que de différences.

Quel est le programme politique de l'INC ?

La première tache de la future assemblée nationale irakienne sera de rédiger une nouvelle constitution pour le pays. Cette constitution devra être basée sur les principes démocratiques et les droits de l'homme. Le Congrès National Irakien défend la construction d'un système fédéral. La future constitution ne devra pas servir un parti unique comme dans le passé. Elle devra assurer le respect des individus.

Il faudra également indemniser les victimes du régime de Saddam Hussein. Il est plus que nécessaire enfin de mettre l'accent sur les services publics, les services de santé, etc.

Le Dr Chalabi s'est récemment rapproché de l'Iran. Quel est le point de vue des Etats Unis sur ce rapprochement et quelles sont vos relations avec les USA actuellement ?

Le Dr Chalabi n'a jamais changé sa position. Ce sont les autres qui ont changé de point de vue. Le Dr Chalabi a toujours maintenu de bonnes relations avec les Etats Unis et l'Iran. Mais au cours de la campagne qui a précédé les élections américaines en 2004, un des partis a propagé de fausses informations concernant le Dr Chalabi et ses relations avec l'Iran afin de jeter le discrédit sur l'autre parti de la scène politique américaine. Mais le Dr Chalabi n'a jamais changé de point de vue. Lorsque l'on écoute ses déclarations aujourd'hui et que l'on compare avec ses déclarations lors de la conférence de Londres avant la guerre, ou lors de la conférence de Salahedine, on ne voit aucune différence.

L'Irak a une frontière commune avec l'Iran. Aussi la seule chose que l'on puisse faire est d'entretenir de bonnes relations avec ce pays. Nous avons déjà connu 8 années de guerre avec l'Iran et des centaines de milliers de morts et nous ne voulons plus cela.

Quelle est la position de votre parti en ce qui concerne le retrait des forces d'occupation ?

Le Congrès National Irakien ne parle pas de retrait des forces d'occupation à l'issue des élections. Mais il s'agit d'organiser la présence et le désengagement progressif des forces de la coalition multinationale. Cela devra être négocié avec nos forces de sécurité intérieures en fonction de la situation à ce moment là. Il est donc peut être nécessaire d'établir un calendrier pour fixer les échéances de ce désengagement. Actuellement nous savons que la présence de ces troupes est nécessaire car les terroristes sèment le désordre. Nous devons au préalable construire des forces armées et de sécurité efficaces.

Mais nous ne souhaitons pas la présence de troupes d'occupation dans nos rues et dans nos villes. Nous ne voulons plus de confrontation entre ces forces d'occupation et la population. Les américains peuvent se retirer dans des bases à l'extérieur des villes. Nous souhaitons que la présence des forces américaines soit dans l'intérêt des deux pays. Nous souhaitons avant tout retrouver notre souveraineté nationale, chose que nous n'avons pas encore.

Les Etats Unis ont proposé il y a quelques semaines de nommer des représentants sunnites pour équilibrer la future assemblée nationale en raison de l'absence probable de représentants élus de cette communauté. Que propose votre parti face à ce problème ?

La future assemblée nationale irakienne sera un ensemble élu. Aussi, personne ne peut être «désigné» pour faire partie d'un corps élu par le peuple. Cela serait de plus une véritable insulte pour la communauté sunnite.

D'un autre côté, sur les 7200 candidats qui se présentent à ces élections, environ 4000 sont des candidats sunnites. On ne peut donc pas réellement parler de boycott.

Cependant, certaines régions de l'Irak ne voteront pas dans des conditions de sécurité satisfaisantes. Cela aura des conséquences sur le taux de participation dans certaines régions majoritairement sunnites. Ce problème est donc celui des forces multinationales qui doivent assurer la sécurité de ces régions de façon plus efficace pour permettre aux électeurs de voter librement. La plupart des irakiens veulent voter, aussi bien chez les chiites que chez les sunnites.

En fait, il ne peut y avoir aujourd'hui de porte-parole qui prétende parler au nom d'une communauté. Ceux qui prétendent cela n'ont pas encore été élus. Ils n'ont donc aucune légitimité. Personne ne peut appeler une partie de la population a s'abstenir de voter. Lorsqu'un parti politique appelle au boycott, ses représentants n'ont aucune légitimité pour le faire, car ils n'ont pas encore été choisis par le peuple.

En fait, la principale préoccupation de ces élections doit être la sécurité pour permettre aux électeurs de voter librement. Le problème ne se situe pas sur le plan politique mais sur le plan sécuritaire. Le gouvernement actuel doit donc focaliser son attention sur ce fait.

Quels ministères envisagez vous d'obtenir a l'issue des élections? Y a-t-il eu des négociations préalables entre les partis à ce sujet ?

Il est encore trop tôt pour penser à obtenir certaines positions au sein du futur gouvernement. Pour l'instant, on se prépare uniquement à réussir les élections et a obtenir un bon résultat. Il y a eu déjà beaucoup de négociations pour établir une position commune entre les différents partis de la coalition. Il y aura également d'autres négociations à l'issue des élections pour s'accorder sur les différents ministères.

Quelles seront les relations entre le nouveau gouvernement Irakien et la France et quelles places auront les entreprises françaises dans la reconstruction du pays ?

Nous avons été très heureux que la France soutienne le processus électoral. Nous souhaitons avoir de bonnes relations avec tous les pays européens et spécialement la France. Mais pour avoir des bonnes relations, cela dépend des deux partis en présence. Nous avions été un peu déçu que la France ne participe pas à la guerre pour renverser Saddam Hussein. Mais le peuple irakien a aujourd'hui besoin d'assistance. Seules les conditions de sécurité insuffisantes ont empêché pour l'instant des entreprises françaises de participer à la reconstruction du pays.

Propos recueillis par Jean Claude RENET, notre correspondant à Bagdad





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu