Connectez-vous S'inscrire






Société

Cité U d'Antony : le Conseil d'Etat rejette le recours des étudiants

Rédigé par Assmaâ Rakho Mom | Mercredi 7 Mai 2008

Le Conseil d'Etat a rendu mardi 6 mai sa décision concernant la fermeture de la salle de prière de la cité universitaire Jean Zay, à Antony dans les Hauts-de-Seine. Le recours, déposé vendredi 2 mai par le collectif d'étudiants musulmans de la résidence universitaire d'Antony, a été rejeté par le Conseil d'Etat, qui reconnaît cependant "le droit de chaque étudiant à pratiquer la religion de son choix, de manière individuelle ou collective et dans le respect de la liberté d'autrui".



Cité universitaire Jean Zay, à Antony (Hauts-de-Seine)
Cité universitaire Jean Zay, à Antony (Hauts-de-Seine)
Le Conseil d'Etat a rejeté, mardi 6 mai, le recours formulé par le collectif d'étudiants musulmans de la résidence universitaire Jean Zay, à Antony dans les Hauts-de-Seine, ces derniers souhaitant ainsi obtenir la réouverture de la salle de prière de la cité universitaire, fermée par les forces de l'ordre le 2 janvier dernier.

Dans son communiqué, le Conseil d'Etat estime que "les CROUS doivent trouver un équilibre entre, d'une part, les impératifs d'ordre public, de neutralité du service public et de bonne gestion des locaux et, d'autre part, le droit de chaque étudiant à pratiquer la religion de son choix, de manière individuelle ou collective et dans le respect de la liberté d'autrui."

Mais dans le cas de la salle de prière du bâtiment G de la résidence universitaire d' Antony, le Conseil d'Etat a considéré "que les conditions dans lesquelles la salle polyvalente de la résidence universitaire d'Antony était utilisée n'étaient pas satisfaisantes : d'une part, elles ne permettaient pas de s'assurer que seuls des étudiants de cette cité universitaire en avaient régulièrement l'usage ; d'autre part, elles ne garantissaient pas davantage à l'administration les moyens de veiller à sa sécurité."

En outre, le juge des référés a observé que "le CROUS s'était dit prêt à examiner avec les représentants de l'association culturelle musulmane René Guénon, les conditions dans lesquelles cette association pourrait disposer à l'avenir de locaux lui permettant de réunir des étudiants de la résidence universitaire d'Antony dans le respect des exigences de sécurité, afin qu'ils exercent les activités que cette association a pour objet d'organiser, au nombre desquelles figure la pratique de prières en commun."

Selon l'avocat des étudiants, Me Hosni Maâti, ces derniers pourraient rencontrer le Crous la semaine prochaine, espérant ainsi pouvoir, sur la base des conclusions du Conseil d'Etat, obtenir la mise à disposition d'une salle de prière.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu