Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Christelle : « La seule idée qu’il puisse me toucher me révulse »

Rédigé par Lalla Chams en Nour | Mercredi 24 Juin 2015



Christelle : « La seule idée qu’il puisse me toucher me révulse »
Je m’appelle Christelle, je suis convertie depuis près d’un an et je suis avec mon mari depuis huit ans. Nous avons un bébé de 17 mois, masha Allah.

En septembre dernier, nous avons ouvert un commerce avec mon époux. À partir de là, mon mari a arrêté la prière. S’est mis à fumer du cannabis... Il m’a brutalisée trois fois et m’a insultée de tous les noms à plusieurs reprises... (et regrettait à chaque fois)...

Il est devenu exécrable, nerveux, colérique...Il l’a toujours un peu été, mais le fait d’être constamment avec lui me montre sa vraie personnalité... Nous nous disputons très souvent... Il m’a tellement déçue, dégoûtée et fait du mal que je ne crois même plus en notre couple. Je n’arrive plus à l’aimer...

La semaine dernière, je lui ai fait part de mon désir de divorcer... Au départ, il est devenu fou, il a même pris un couteau en menaçant de se tailler les veines... J’ai même cru qu’il allait me menacer moi-même. Alors je me suis enfermée dans la chambre avec le petit... 


Une fois que sa colère est passée, il a traversé une autre phase : il était anéanti... M’a suppliée de ne pas mettre fin à notre couple. Que ça allait briser sa vie et celle du petit... 
Alors que je n’y crois plus, j’ai accepté de lui donner une énième chance...

Ce matin, il s’est remis à la prière, masha Allah. Et m’a dit que nous devions multiplier les demandes de pardon auprès d’Allah et lui demander de remettre l’amour dans notre couple...


Je sais que si on demande sincèrement à Dieu de nous aider, il le fera... Mon problème, c’est que cette seule idée m’étouffe, je n’y arrive plus.
Je ne ressens plus l’envie que ça s’arrange... La seule idée qu’il puisse me toucher me révulse... J’ai vraiment besoin de conseils sages et d’une opinion religieuse.

Avant-hier, j’ai fait une prière de consultation afin de demander à Dieu si je devais ou non divorcer, ce qui serait le mieux pour moi et pour mon fils.

J’attends votre réponse. Merci par avance.
Christelle, maman d’un bébé de 17 mois

Lalla Chams en Nour, psychanalyste

Peut-être avez-vous remarqué que c’est souvent au moment où l’on en a le plus besoin que l’on s’arrête de prier. C’est le signal d’un dérèglement intérieur, d’un tourment qui n’arrive pas à s’exprimer. Alors, dans son aveuglement, on s’en prend à Dieu.

Je veux vous dire que si le malaise de votre mari correspond à l’ouverture du commerce, on peut imaginer qu’il s’est enfermé dans une solitude néfaste face à des problèmes professionnels.

Je pense que Dieu, qui répond toujours lorsqu’on le sollicite avec sincérité, vous répondra… Mieux que je ne peux le faire car je ne puis vous répondre sur le plan de la religion. La réponse, c’est en vous qu’elle réside. Certes, Dieu vous l’inspirera, vous mettant à même, à travers votre volonté, de regarder les choses en face.

Vous demandez conseil, mais vous donnez bien peu de précisions sur les raisons profondes de votre dégoût. C’est à prendre en considération, le dégoût. Cela viendrait-il d’un manque de dialogue entre vous ? d’un manque de respect ? d’une grosse déception ? Votre mari semble tenir à vous, mais vous parlez de « énième » menace de le quitter. Cela ne date donc pas de votre activité commune ? Vous a-t-il déçue intimement ? Parvenez-vous à vous exprimer en confiance avec lui ou bien son impulsivité vous a-t-elle lassée ? Le dialogue est-il totalement coupé ? La disparition du désir est un signe à prendre en considération. N’y aurait-il donc plus d’amour ? S’il y en a eu…

Vous êtes-vous parlé assez, avec votre mari, de ce qui n’allait pas ? Sachez peser le pour et le contre avec le plus de recul possible. Vous dites que vous vivez ensemble depuis huit ans, cela représente déjà un engagement, non ?

Voyez, c’est en vous qu’il s’agit de sonder vos motifs inconscients, vos raisons profondes. Car c’est ainsi que vous pourrez trouver de vrais arguments pour parler divorce, si c’est finalement la voie que vous choisirez.

Toutefois, dès lors qu’il y a eu actes de violences verbales ou physiques et chantage, il vaut mieux vous faire aider et verbaliser auprès de personnes tierces, en allant les rencontrer soit en couple, soit vous-même, soit votre époux seulement.

Huit ans de vie commune et un enfant de 17 mois, est-ce que cela ne compte pas dans la balance ?

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com




Loading














Recevez le meilleur de l'actu