Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Célia : « J’ai pris l’habitude de dire oui à tout »

Rédigé par Lalla Chams En Nour | Mercredi 7 Juin 2017



Célia : « J’ai pris l’habitude de dire oui à tout »
Je suis fille de parents divorcés. Une mère qui fait tout pour s’en sortir et un père inexistant. Un jour ma mère a réussi à nous avoir les papiers pour nous emmener en France, j’avais alors presque 12 ans. Tout se passait bien jusqu’à mes 16 ans, le jour où j’ai reçu un appel qui a bouleversé toute ma vie.

Un jeune homme du quartier, très gentil, de caractère imposant et qui sait très bien parler, c’était mon voisin âgé de 18 ans à cette époque qui m’appelle pour sympathiser. Très vite on s’est rapprochés, notre relation a été cachée durant deux ans, puis un jour je découvre qu’il avait déjà demandé une femme en mariage, qu’il s’était fiancé et qu’il préparait son mariage ! Tout s’effondre autour de moi. J’ai pris la décision d’arrêter.

C’est là que je reçois des dizaines d’appels et de messages me suppliant de se voir juste pour s’expliquer... J’ai cédé, accepté les excuses et demandé une seule chose : s’il voulait continuer, il fallait se marier. Ce qu’il accepta. Ma mère n’a jamais vraiment accepté cette relation. J’ai fini par prendre mon appartement et il est venu vivre avec moi quelque temps.

Après je tombe enceinte, ce qui était encore un drame pour ma mère qui décide de ne plus me parler. Je me retrouve seule, mon ami assume tout à fait et je me suis sentie en sécurité auprès de lui. Je me suis repentie, moi et mon ami on a décidé de se marier religieusement. Ma mère a accepté de me voir à condition de me marier civilement, j’ai donc accepté.

J’ai accepté beaucoup de choses. Toute ma vie tournait autour de lui, je me sentais tellement en sécurité auprès de lui. Je n’ai plus d’amis, plus d’entourage, plus rien.

Je me suis mise à tout accepter, sans dire non. J’ai mis le voile, mon mari ne voulait plus que je sorte sans lui, que j’aille faire les courses, que je descende mes enfants au parc...

J’ai demandé plusieurs fois le divorce car je sentais que j’étais étouffée dans cette relation, mais il m’a toujours retenue et essayé de changer et chaque fois j’ai regretté de ne pas être allée au bout.

Aujourd’hui, je me retrouve complètement perdue, aucune confiance en moi, moche, je ne prends pas soin de moi, je n’arrive même plus à m’occuper de mes enfants, j’ai l’impression de ne pas gérer ma vie, je ne prends aucune décision, même mes courses je n’arrive pas à me décider dessus. Je suis perdue.

Ce qui m’inquiète, c’est cette foi qui n’arrête pas de baisser. J’ai besoin de respirer, de promener mes enfants, de faire mes courses seule... Si simple pourtant, si dur !

Je me retrouve avec un mari aimant, gentil, sérieux, mais qui dirige tout ; et moi moche, aucune confiance en moi, dépourvue de toute décision.

Je me demande si je l’aime ou si je reste par désespoir et peur de l’instabilité et pour mes enfants et, en même temps, je regrette tellement d’être encore dans cette relation.

Je précise juste que je vis à l’étranger et pas dans mon pays natal mais celui de mon mari, donc pour les enfants en cas de séparation cela ne sera pas facile et je me dis que en France le choix aurait été rapide je serai partie même si j’aurais ressenti un grand vide.

Je me pose une question aussi : je trouve mon mari très gentil ; en même temps je me dis c’est normal, je dis oui à tout et je ne suis vraiment pas contrariante. Alors est ce qu’il aurait été aussi gentil si j’imposais mes choix ?

Mon silence s’explique par le fait que mon mari avait un caractère très dur, impulsif, durant des années. C’est vrai, il a changé mais j’avais pris l’habitude de suivre son avis par peur d’un grand discours auquel, par dépit, je dirai « Oui, d’accord », alors que je pense tout le contraire.

Maintenant avec ces années de maîtrise de soi, je n’arrive plus à rien maitriser : la parole ne sort pas, mais mon corps réagit en mal-être. Que dites-vous de tout cela ?
Célia

Lalla Chams en Nour, psychanalyste

Chère Célia,

Ce que j’en dis, c’est que vous avez-vous même trouvé un début de réponse en posant sur le papier (électronique) le fil de votre histoire : vous avez si longtemps dit oui à tout que vous auriez pu contribuer, avec l’aide de votre mari, à tuer en vous ce que nous avons de plus précieux : la force de notre désir.

Je ne parle pas de l’envie de consommation, je parle du désir profond de l’âme de progresser, de se réaliser, de se transformer, de se transmuter. De créer, en quelque sorte.

Et vous semblez totalement coupée de cette force vitale qui doit animer chacun-e de nous. Exister, être reconnu-e par l’autre, avoir une place, s’exprimer, donner son avis, apprendre à écouter l’autre. Choisir, écouter le vivant en soi.

Franchement, vous avez donné de très mauvaises habitudes à votre mari en ayant tout accepté. Mais c’est à vous de changer. De faire naitre en vous l’envie d’exister par vous-même. Et si votre mari est intelligent, bienveillant et aimant, s’il a tant besoin de vous, il se réjouira d’avoir à ses côtés une femme qui se sente bien.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com





Loading














Recevez le meilleur de l'actu