Connectez-vous S'inscrire






Communiqués officiels

Campagne de haine raciste contre Christiane Taubira, l’UMP assure la sous-traitance du Front national

Rédigé par MRAP | Jeudi 24 Mai 2012



En ciblant Christiane Taubira, les députés UMP de la droite populaire se font les petits factotums de l’extrëme-droite . Cette dernière n’a en effet jamais admis la loi française qui reconnaît la traite négrière comme crime contre l’humanité.

Christiane Taubira étant à l’origine de cette loi, elle est donc la cible politique depuis 1999, de tous ceux qui s’inscrivent dans l’héritage politique des théoriciens du racisme, de l’apartheid, de l’inégalité des races supposées et de la négation du crime commis contre l’humanité à l’encontre des populations noires déportées et réduites à l’esclavage.

Front National, identitaires, riposte laïque tous ont lancé une offensive sans précédent contre la ministre. Même RTL donne tribune à Zeric Zemmour, Céline sans la plume, haineux et misogyne, pour déverser sa haine contre la ministre.

En affirmant que la désignation de Christiane Taubira, lui faisait « mal à la France », le député de l’UMP Jean-Paul Garraud, doute de l’attachement de la Ministre à la république. Quand il ajoute que cette attaque ne s’explique pas par la « couleur de peau » de C.Taubira, la négation sonne alors comme un aveu.

Son acolyte de l’extrême « droite populaire » de l’UMP, Lionel Lucas, a quant à lui été fouiller dans le Web des poubelles de l‘extrême droite pour agiter des rumeurs totalement infondées concernant la ministre. L’art de la délation est aussi patrimoine commun a toutes les droites extrêmes.

Dans cette campagne odieuse contre la ministre, l’UMP apparaît comme la gestionnaire de la régie publicitaire raciste du Front National.

L’attachement de Christiane Taubira à la Guyanne n’est à l’évidence pas étranger à ces attaques concertées.

Le MRAP dénonce cette campagne de haine que le syndicat de la magistrature relève fort justement comme un ensemble de « sous-entendus racistes et sexistes ».

Au-delà de cette condamnation, Le MRAP retient des premières propositions de la ministre l’excellente initiative qui entend supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs. et sa défense réaffirmée des principes d’une justice des mineurs.

Le MRAP espère une politique judiciaire qui redonne toute sa force et son efficacité à la législation française contre le racisme et les discriminations dont le dernier rapport d’Amnesty International donne un bilan accablant.


Paris, le 24 mai 2012.
Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu