Connectez-vous S'inscrire






Archives

CPE, la résistance sera Contre la Précarité et l’Exclusion

| Lundi 13 Février 2006

Le contrat première embauche a été adopté par un coup de force du premier ministre Dominique De Villepin. De l’autre côté de l’échiquier politique, la gauche française s’organise en un collectif anti CPE qui prévoit une semaine forte en mobilisation.



Controverse

Selon Dominique De Villepin, le CPE a été adopté, certes avec l'article 49-3 (qui permet d'adopter un projet de loi sans vote par l'Assemblée nationale), mais avec un vrai débat démocratique. Seulement, quelque soit l'issu de ce débat, le Premier ministre avait prévu depuis le premier février d'user de ce fameux article. Il aurait, selon Libération, demander l'autorisation au Conseil des ministres si le besoin s'en faisait sentir. Il a ainsi pu sans problème interrompre le fameux débat démocratique à coup de 49-3 !

CPE, la résistance sera Contre la Précarité et l’Exclusion

Précarité

L'adaptation au contexte économique et sociale est le principal argument apporté par le Premier Ministre. Dominique De Villepin a soutenu l'idée que le CPE permettrait aux jeunes de moins de 26 ans d'entrer dans la vie active avec un « vrai contrat, une vrai rémunération ». Faciliter l'accès au logement pour qu'enfin le jeune puisse avoir sa place dans la société, semble aussi au goût du jour avec le CPE. « Il faut montrer qu'il permettra à chacun de trouver plus vite un vrai emploi, un logement et donc sa place dans la société, » a déclaré Dominique De Villepin dans une interview accordée au journal Le Figaro.

Seulement la réalité sociale est tout autre, sans CDI (contrat à durée indéterminé), pas de logement. Et pour cause, les propriétaires veulent louer ou vendre à des travailleurs ayant une assurance dans la continuité de leur revenu. Qui voudrait louer ou vendre à quelqu'un qui pourrait se trouver à la porte du jour au lendemain, sans motif ?
Car le contrat premier embauche, c'est avant tout un contrat qui garantit à l'entreprise un droit de licenciement sans motif d'un salarié de moins de 26 ans, et ceci pendant deux ans.

C'est dans ce sens que Gérard Filoche, inspecteur du travail s'est exprimé sur les ondes de France Inter. « Depuis quand un banquier est un philanthrope ? Le jeune qui a un CPE et qui risque d'être licencié ne pourra plus payer son loyer ou son prêt ! Un banquier vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le retire quand il pleut ! Il ne s'occupe pas des recommandations d'un gouvernement! »

Pour lui, il s'agit un véritable retour en arriére. « Depuis Germinal de Zola on voit dans son livre que chaque jour l'ouvrier a peur de se retrouver licencié sans motif, c'est ce que Villepin veut restaurer ».

CPE, la résistance sera Contre la Précarité et l’Exclusion

Résistance

Selon un sondage Ifop-JDD, pour 57% des français le CPE est une mauvaise chose. Le collectif anti CPE, constitué de la gauche, des syndicats et des organisations étudiantes et lycéennes ont appelé à une semaine de mobilisation et d'information. Le 7 mars est d'ores et déjà choisi pour une manifestation de grande envergure sur l'ensemble de la France.

A Paris, la manifestation de mardi 7 février a rassemblée 13.000 personnes selon la police, 45.000 selon la CGT et les syndicats de lycéens et d'étudiants. Les deux tiers du cortège étaient composés de jeunes.

La mobilisation du 7 mars marquera à coup du sûr un tournant du CPE qui devra être adopté définitivement courant mars... ou peut être pas.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu