Connectez-vous S'inscrire






Archives

CPE : Face à l’annonce d’une forte mobilisation, Dominique de Villepin persiste

| Lundi 6 Mars 2006

Avant la journée nationale de protestation contre le contrat première embauche (CPE), qui s'annonce plus massive que la première, Dominique de Villepin affiche sa détermination. Et ce, en dépit, de sa chute de popularité.



"Il est temps de faire des choix et de les assumer"

Alors que la journée de mardi s’annonce forte en mobilisation contre le contrat première embauche, Dominique de Villepin persiste et fait front avec son projet. Le Premier ministre n'a aucune intention, et il l'a fait entendre clairement, de reculer sur la mesure-phare du projet de loi sur l'égalité des chances, adopté lundi à l'aube par le Sénat.

"Il est temps de faire des choix et de les assumer", a-t-il affirmé dimanche dans Le Parisien, tout en disant comprendre les "inquiétudes" et les "réticences" face à "des changements importants".

Le Premier ministre souhaite convaincre les Français du bien-fondé et de la nécessité de ce contrat décrit comme un remède pour réduire le chômage des jeunes.

"Je souhaite convaincre chacun pour que le pays puisse franchir sereinement un nouveau cap. Il faut du temps, il faut de la persévérance, le gouvernement n'en manque pas", a-t-il prévenu.

Le Premier ministre a été conforté lundi par l'adoption dans la nuit par le Sénat grâce au voix de l'UMP du projet de loi sur l'égalité des chances, qui crée le CPE. Le texte a été adopté par les députés après recours du gouvernement à l'article 49-3 de la Constitution. Pour être définitivement adopté, le projet de loi doit encore examiné, mercredi, par les sénateurs et députés réunis en commission mixte paritaire (CMP).

Quant à l’opposition, tous réclament le retrait pur et simple du CPE.


Une journée-test pour Dominique de Villepin

La journée de mardi s’annonce comme une journée-test pour Dominique de Villepin. Les syndicats et les organisations de jeunesse espèrent mobiliser un demi-million de personnes dans toute la France contre son contrat première embauche. Trois organisations syndicales, Force ouvrière, Solidaires et la FSU, ont lancé des appels interprofessionnels à la grève. Des préavis ont été déposés, notamment à l'Education nationale et dans les transports publics.

Au total, 160 manifestations sont prévues, à l'appel de toutes les organisations syndicales et des principales organisations étudiantes et lycéennes.

Dans la fonction publique, des préavis de grève ont été déposés, notamment dans les secteurs de la poste et des télécommunications, des services sanitaires et sociaux, des Finances et des collectivités locales.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu