Connectez-vous S'inscrire






Archives

Budget 2005 : les grandes résolutions !

Rédigé par El abed Fatima | Jeudi 29 Juillet 2004

C'est «une grande année de réformes pour la France», a assuré M. Raffarin. «Nous avons un gouvernement de mission. Selon lui la réforme de progrès est la mission de ce gouvernement». «Nous avons mené cette mission avec détermination pour le gouvernement, telle une force qui va et qui sait où elle va ».



Budget 2005 : les grandes résolutions !

C'est 'une grande année de réformes pour la France', a assuré M. Raffarin. 'Nous avons un gouvernement de mission. Selon lui la réforme de progrès est la mission de ce gouvernement'. 'Nous avons mené cette mission avec détermination pour le gouvernement, telle une force qui va et qui sait où elle va '.

Les résolutions classiques

Annonçant que le projet de budget 2005 avait été finalisé le matin même, le chef du gouvernement à tenu à 'remercier Nicolas Sarkozy', avec qui il a travaillé 'depuis de nombreux mois en excellant intelligence', 'la main dans la main et de manière déterminée.

Dans le domaine de l'emploi, M. Raffarin a annoncé un milliard d'euros de crédits en 2005 pour un programme de 'relocalisations' d'emplois dans les régions de fort chômage. 'Là où le taux de chômage est particulièrement fort, là où il y a des fragilités territoriales et économiques et sociales majeures, nous pourrons engager des moyens pour relocaliser des emplois ou aider à la relocalisation des emplois' selon lui

Il s'est déclaré favorable à ce que la hausse du Smic normalement prévue en 2005 soit reportée pour moitié en 2006, afin de faire des économies sur des allègements de charges dans le budget 2005

L'augmentation normalement prévue en 2005, que le Premier ministre a chiffré à 8%, pourrait être répartie pour moitié (4%) le 1er juillet 2005 et ensuite étalée pour moitié (encore 4%) le 1er juillet 2006.Le report pour moitié de la hausse du Smic devrait donc permettre d'économiser la moitié des 2,4 milliards. Ce qui a toutefois permis à Jean-Pierre Raffarin de déclarer que 'le volume total des allègements de charges en 2005 sera supérieur aux 17 milliards d'euros de 2004'.

Dans le même temps le nombre de fonctionnaires baissera 'd'environ 8.000' dans le budget 2005, a confirmé mercredi l'entourage du Premier ministre à l'issue de la conférence de presse de Jean-Pierre Raffarin à Matignon. Ce chiffre inclut une réduction 'd'environ 3.000' postes au sein de l'Education nationale

Raffarin a quant à lui annoncé une 'croissance de 50%' de la baisse du nombre de fonctionnaires décidée pour 2004 environ près de 4.500 postes. S'agissant de la baisse dans l'Education nationale, plus gros contingent de fonctionnaires, M. Raffarin a précisé que 'les grandes décisions' auraient lieu 'en 2006', après le vote de la loi d'orientation sur l'école.

Les grandes nouveautés

Pour ce qui est de la rigueur, Raffarin. a assuré à l'Assemblée nationale qu'il 'tiendra le cap de la croissance zéro des dépenses de l'Etat' (hors inflation).'Nous réduirons le déficit de plusieurs milliards d'euros en maîtrisant les dépenses', Nous préparons un budget tout entier tourné vers les Français ,nous prendrons également les mesures budgétaires et législatives nécessaires pour rendre du pouvoir d'achat aux Français ' voici entre autre les promessses et engagements de M. Raffarin pour 2005. 

Pour tenir ce gel et respecter ainsi l'engagement européen de ramener en 2005 le déficit public à 3 % du PIB (il atteignait 4,1 % en 2003), l'équation consiste pour Paris à faire d'importantes économies compensant les 11 milliards d'euros d'engagements de dépenses supplémentaires déjà pris pour l'an prochain.

Ce prochain budget portera l'ambition de la relocalisation d'emplois dans notre pays. La lutte contre les délocalisations sera l'une de mes toutes premières priorités du budget 2005', a déclaré M. Raffarin.Les modalités pratiques des mesures ne sont pas arrêtées, il faudra en discuter avec les partenaires sociaux.

Le ministre de l'économie, Nicolas Sarkozy, avait notamment proposé le 10 juillet des exonérations d'impôts et de charges (pour) les entreprises qui relocaliseront des emplois en France dans des zones économiquement dévastées, celles où l'on compte 20 % à 30 % de chômeurs.Les contribuables ayant placé illégalement leur argent à l'étranger pour échapper à l'impôt pourraient le faire revenir en France en acquittant une taxe comprise entre 10 % et 20 %. Cette mesure serait inscrite dans le budget 2005.

Raffarin y tenait et cette mesure pourrait être inscrite dans le projet de loi de finances pour 2005, qui doit être présenté, mi-septembre, au conseil des ministres : les capitaux rapatriés en France, après avoir été illégalement placés à l'étranger pour échapper à l'impôt, bénéficieraient d'une forme d'amnistie fiscale.

L'amnistie fiscale pourrait prendre la forme d'une taxation libératoire (en pourcentage des sommes rapatriées), incitant les détenteurs de capitaux à l'étranger à les réinvestir.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu