Connectez-vous S'inscrire






Psycho

Baya, 35 ans : « Mon mari ne m’a jamais rendue heureuse ! »

Rédigé par Lalla Chams en Nour | Samedi 19 Juillet 2014



« Je suis mariée depuis 13 ans, nous avons deux filles et j’ai toujours souffert à cause de mon mari. Il déteste ma famille, est très renfermé sur lui-même, n’a pas d’amis, est au chômage, il ne compte que sur moi au quotidien, et très avare il ne pense qu’à l’argent et le mien en particulier, je l’ai toujours connu comme ça.

Malgré mes conseils, il n’a pas évolué, ne supportant pas les dépenses, qu’elles soient personnelles ou autres ; et moi, je n’arrête pas de lui expliquer que tout a une fin et qu’il faut bien profiter un peu de son argent pour se faire plaisir mais aussi penser à ceux qui n’ont rien ! On est incompatibles !

J’ai tellement souffert mais je patiente car je fais confiance en Dieu ! Je tiens à dire aussi qu’il est extrêmement vulgaire et me manque de respect au quotidien ! Et je m’en remets à Dieu pour qu’il change ! Je vis une vie sans amour ni respect ! Dieu m’a tout donné, al hamdulillah, mais pas un mari respectueux et aimant, et je l’accepte !

Je sais que la vie passe et qu’il rendra des comptes ! Je ne sais pas ce qu’il adviendra de mon sort mais j’ai très peur pour ma santé mentale et celle de mes filles qui assistent presque tous les jours à des disputes !

Pour résumer, il ne reste que pour mon argent, ses intérêts et ses filles (d’ailleurs, c’est moi qui leur achète ce dont elles ont besoin, lui ne voulant presque rien dépenser). Moi, je suis absente dans son esprit ! Il n’admet pas que je sois indépendante financièrement ! Et que je gagne plus que lui, je crois. J’ai tellement pleuré ! Crises de nerf ! Et pas épanouie ! J’ai fait le choix du sacrifice car je m’en remets à Dieu ! La patience est l’une de mes qualités ; j’espère être récompensée, insha Allah ! » Baya

Lalla Chams en Nour, psychanalyste

Chère Baya,

Nous savons bien que Dieu est Tout-Puissant mais ce n’est pas pour autant qu’il ne faut rien faire par soi-même.

Vous abordez beaucoup de choses dans votre lettre : le fait d’avoir accepté dès le début d’être maltraitée, par exemple. Comment se fait-il que vous n’ayez pas cadré votre mode de vie avec cet homme au début de votre mariage ? Ou alors son comportement se serait-il dégradé ? Si c’est le cas, réfléchissez si vous n’avez pas une part de responsabilité dans cette dégradation des relations. Selon vous, il porte toutes les responsabilités. Ce n’est jamais aussi simple.

Son rapport avec l’argent pose en effet problème : il est radin, d’accord. Mais vous dites qu’il est au chômage, donc il dépend entièrement de vous ? Pour un homme, ce n’est pas confortable car, si l’on s’en réfère au Coran, c’est le rôle de l’homme de veiller au confort de son épouse et de ses enfants. Selon la tradition aussi. Ce n’est donc pas très facile pour lui de se retrouver en état d’infériorité.

Vos disputes devant vos filles : en effet, c’est très déstabilisant pour elles. Je reçois souvent à mon cabinet des enfants traumatisés par les disputes incessantes, les cris et les menaces proférées par leurs parents. Vos filles méritent un cadre calme, sécurisant, où l’amour circule.
C’est là le point principal. Y a-t-il encore de l’amour entre vous ? Sans cet amour, rien n’est supportable, ni pour vous, ni pour vos enfants.

Alors, patience, dites-vous. Je veux bien, mais c’est ce que souvent les conseillers recommandent en islam. Mais il y a des limites.

J’en conclus que soit ce courrier envoyé est inspiré par une exaspération passagère, nous sommes souvent moins patients pendant le Ramadan, même si ce n’est pas juste. Et, dans ce cas, l’exaspération passera et les sentiments sont les plus forts.

Soit vous n’en pouvez vraiment plus après des années d’efforts et, dans ce cas, je me demande ce qui vous retient de vous séparer.

La rubrique « Psycho », qu’est-ce que c’est ?

Des psychologues et psychanalystes répondent à vos questions. Musulman(e)s du Maghreb ou de France, professionnel(le)s actif(ve)s exerçant en cabinet, ils réfléchissent à votre problématique et tentent de vous éclairer à travers leur expérience professionnelle et leur pratique spirituelle. Ils peuvent vous aider à y voir plus clair en vous-même ou à mieux décrypter le comportement des personnes de votre entourage.
Ils ne sont pas médecins, même si on les désigne parfois comme des « médecins de l’âme », mais leur rôle est de vous aider à trouver en vous-même la meilleure réponse à vos interrogations sur vos relations aux autres, votre conjoint ou conjointe, vos parents, vos frères et sœurs, vos amis, vos collègues de travail, vos voisins...
Alors, n’hésitez pas, interrogez-les, ils tenteront de vous répondre en s’éclairant des plus belles pensées de l’islam.
Contactez-les (anonymat préservé) : psycho@saphirnews.com






Loading














Recevez le meilleur de l'actu