Connectez-vous S'inscrire






Archives

Bavure meurtrière à Falloujah

Rédigé par Zaïri Rachid | Lundi 21 Juin 2004

Une famille entière et plusieurs autres civils ont été massacrés samedi matin à Falloujah en Irak. Un avion américain a bombardé un quartier résidentiel de la ville sunnite, tuant à 26 civils, dont des femmes et des enfants, et détruisant plusieurs maisons. L'armée américaine s'est justifiée en expliquant que les missiles tirés visaient une cache appartenant au réseau d’Abou Moussab al-Zarqaoui. Le responsable des forces locales de police conteste en disant que la cible était tout sauf ce que les américains cherchaient à éradiquer. Il s’agissait d’une famille nombreuse, suite à une inspection des débris. 'Nous n’avons trouvé aucune trace d’une présence armée' a déploré un officier irakien. De son côté, le Premier ministre irakien Iyad Allaoui a affirmé hier qu'il avait été informé de l'attaque aérienne américaine peu avant l'opération tôt samedi…



Une famille entière et plusieurs autres civils ont été massacrés samedi matin à Falloujah en Irak. Un avion américain a bombardé un quartier résidentiel de la ville sunnite, tuant à 26 civils, dont des femmes et des enfants, et détruisant plusieurs maisons. L'armée américaine s'est justifiée en expliquant que les missiles tirés visaient une cache appartenant au réseau d’Abou Moussab al-Zarqaoui. Le responsable des forces locales de police conteste en disant que la cible était tout sauf ce que les américains cherchaient à éradiquer. Il s’agissait d’une famille nombreuse, suite à une inspection des débris. 'Nous n’avons trouvé aucune trace d’une présence armée' a déploré un officier irakien. De son côté, le Premier ministre irakien Iyad Allaoui a affirmé hier qu'il avait été informé de l'attaque aérienne américaine peu avant l'opération tôt samedi…

Samedi matin, dans un quartier résidentiel de Falloujah…

Il s'agit de la première action militaire américaine importante menée dans cette ville sunnite, à 50km à l'ouest de Bagdad, depuis le retrait des Marines fin avril au terme d'un siège de trois semaines.

26 personnes ont alors été tuées dans un raid aérien lancé samedi matin par l'armée américaine contre des habitations dans un quartier résidentiel.

Au moins deux maisons ont été détruites et six autres endommagées au cours du raid. Selon des témoins, une vingtaine de corps, dont ceux d'au moins trois femmes et cinq enfants, ont été emmenés pour être inhumés immédiatement.

'A 9h30, un avion américain a tiré deux missiles sur cette zone résidentielle', a affirmé le chef de la police de Falloujah, Sabbar al-Janabi, en examinant les dégâts.

Suite au premier tir, de nombreuses personnes se sont précipitées sur les lieux du drame afin de porter secours aux victimes. Pris au piège, certains d’entre eux ont été tués lors d’un second bombardement, venant ainsi alourdir le nombre de victimes.

Selon les américains…

Selon un haut responsable militaire américain, ce raid qui visait Abou Moussab al-Zarqaoui, soupçonné d'être instigateur d'une série d'attentats en Irak et mis à prix pour 10 millions de dollars.

'Les forces de la coalition ont lancé un raid contre une cache connue du réseau Zarqaoui, dans le sud-est de Falloujah', a déclaré à la presse le général américain Mark Kimmitt, chef adjoint des opérations militaires en Irak. 'Nous avons de fortes indications laissant croire que Zarqaoui opère à partir de Falloujah', a-t-il indiqué. 'L'opération a été menée avec des armes de précision et a détruit la cache', a-t-il dit, affirmant croire que certains membres du réseau auraient probablement été tués.

Pour le Premier Ministre, la maison détruite était bien un refuge pour terroriste et les Américains - qui lui auraient soumis le projet d'opération - ont bien fait de la cibler. Le chef du gouvernement irakien a par ailleurs annoncé qu'il allait personnellement prendre en charge la lutte contre le terrorisme et qu'il n'excluait pas de déclarer l'état d'urgence dans certaines zones du pays, après le transfert de pouvoir, dans 10 jours.

Selon les irakiens…

La police irakienne de la ville a démenti ces informations, soulignant qu'une habitation civile avait été détruite et que des femmes et enfants ont été tués.

Le responsable des forces locales de police, mises sur pied par les Américains et constituée d'hommes qui ont travaillé sous l'ancien régime, affirme que la cible était tout sauf une d’un réseau d’activistes. Il a précisé que le suspect n°1 de la révolte anti-US ne pouvait être touché parce qu'il n'est pas à Falloujah.

'Nous avons inspecté les débris, nous avons examiné les corps des femmes, des enfants et des personnes âgées. Il s'agissait d'une famille', a déploré un officier irakien, membre de la 'Brigade Falloujah' chargée d'assurer la sécurité dans cette ville. 'Nous n'avons trouvé aucune trace d'une présence armée', a déclaré un capitaine de la police.

Le chef de la police de Falloujah a reproché à l'armée américaine d'avoir mené ce raid. Il estime que cela ne fait que déstabiliser la situation.

En mai déjà, les marines avaient tué une quarantaine d'Irakiens lors de l'attaque d'une habitation dans le désert de l'ouest de l'Irak, près de la frontière syrienne. Les Américains avaient maintenu qu'il s'agissait d'un repaire d'insurgés, les Irakiens assurant qu'il s'y déroulait une simple fête de mariage.  





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu