Connectez-vous S'inscrire






Communiqués officiels

Banlieue parisienne, le message des 'Grands frères'

| Vendredi 4 Novembre 2005


Après Clichy-sous-Bois et Epinay-sur-Seine, l’agitation urbaine a gagné plusieurs villes de la banlieue parisienne. Argenteuil, Chelles, Sarcelles, Sevran, Bondy, Tremblay-en-France, Neuilly-sur-Marne, Montfemeilles ont connu leurs scènes de violence urbaine cette semaine. Mercredi, un groupe dit de « Grands frères » a distribué le communiqué suivant à la presse.



Communiqué de presse


En reprenant les grands titres de la presse «Sarkozy persiste et signe» et bien sachez que nous aussi nous persistons et nous signons pour que toute la lumière soit faite sur les conditions de la mort Suspecte des deux enfants Bouna et Zied fauchés dans la fleur de l'âge. Il faut aussi savoir que la 3e victime Metin est toujours hospitalisée pour ses graves brûlures et qu'il est toujours en état de choc et nous lui témoignons ainsi qu'à sa famille notre soutien et notre sympathie.
Pour nous trop de zones d'ombres demeurent et les témoins de ce drame n'ont toujours pas été entendus une semaine après.
De plus un lieu de culte musulman a été la cible des forces de l'ordre pendant le mois sacré du Ramadan et aucune déclaration officielle de nos plus hautes instances n'a été faite pour condamner avec fermeté cet acte ignoble et contraire aux valeurs de la république qui nous lient. Nous attendons, de la part des pouvoirs publics, des positions claires et signifiantes par rapport à l'attaque de la mosquée.
Ce sont ces conditions, entre autres, qui peuvent contribuer à ce que nos villes retrouvent la paix et la sérénité.
Malgré tous ces manquements les acteurs sociaux font un travail remarquable pour apaiser la tension avec le peu de moyens à disposition. Il est important de préciser que ce sont les fidèles de la mosquée Bilal de Clichy-sous-bois, victimes (personnes âgées, femmes et enfants) de l'agression par gaz lacrymogène, qui ont œuvré avec l'aide de toutes les personnes se sentant concerné pour le retour au calme et nous condamnons toutes violences.
Lors de notre entretien place Beauvau la nuit dernière, une amorce de dialogue a été établie entre les différents représentants des forces de l'ordre, les acteurs sociaux et les maires des deux villes concernées. Nos revendications sont toujours les suivantes:

– Retrait immédiat des forces de l'ordre implantées au cœur même de la vie des quartiers.
– Présence discrète de ces mêmes forces de l'ordre en périphérie pour éviter toutes provocations.
– Nous exigeons de la Police un respect total et réciproque et l'équilibre de nos droits en tant que citoyen par rapport aux forces de l'ordre.
Nous exigeons:
– Que la vérité soit établie sur les circonstances troublantes de la mort de Bouna Traoré et Zied Benna.
– Que les policiers agresseurs de la mosquée Bilal soient traduits en justice et condamnés.
– Que les représentants politiques assument leur responsabilité.
Suite aux deux entretiens à Matignon et Place Beauvau, nous considérons que notre Premier ministre, Mr De Villepin, est L'HOMME de la situation pour débloquer cette crise sans précédent.




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu