Connectez-vous S'inscrire






Archives

« Aucun pays n’est prêt pour un tel désastre »

Catastrophes Naturelles

Rédigé par La Rédaction | Vendredi 14 Octobre 2005

Sept jours après le terrible tremblement de terre qui a touché le Cachemire pakistanais, ainsi que le nord du Pakistan, les autorités pakistanaises ont décidé de stopper la recherche des corps de survivants, estimant que l’espoir d’en retrouver s’avérerait « très mince ». Pourtant, la gestion du séisme et de ses conséquences reste largement critiquée par une population le plus souvent abandonnée à elle-même.



« Aucun pays n’est prêt pour un tel désastre »
35 000 personnes tuées, des dizaines de milliers de blessés, plus de 200 000 habitations détruites et plus de 2 millions de sans-abri, sans compter les villages entiers rasés de la carte dans le Cachemire. Tel est le bilan du tremblement de terre d’une magnitude de 7,5 sur l’échelle de Richter qui a touché samedi dernier le Cachemire pakistanais et le nord du Pakistan, avec pour épicentre la ville cachemirie de Muzaffarabad. Par ailleurs, dans la nuit de jeudi 13 à vendredi 14 octobre, une nouvelle réplique du séisme, faisant suite à des centaines d’autres depuis samedi, a été ressentie dans le nord du Pakistan, ne faisant cette fois-ci ni victimes ni dégâts.

« Aucun pays n'est prêt pour un tel désastre. C'était le cas pour le Pakistan. Il nous a fallu de huit à douze heures pour collecter l'information. Nous n'avions pas une idée exacte de ce qui était arrivé. Nous avons perdu du temps pour enlever les débris, dégager les corps, évacuer les blessés, procurer des traitements ». Dans une allocution radiotélévisée, et ce six ans après le coup d’Etat qui lui a permis d’accéder au pouvoir le 12 octobre 1999, Pervez Musharraf, le président pakistanais, a exprimé ce qui pourrait paraître et être interprété au pire comme un aveu de faiblesse, au mieux comme une tentative de justification de la conduite et de l’organisation plutôt chaotique, voire inexistante, des secours. Ces manquements ont été imputés aux communications rompues ainsi qu’au déficit d’hélicoptères.

Mais comment donner crédit à de tels propos quand on sait que la région du Cachemire est fortement quadrillée militairement du fait de la guerre que se livrent depuis de longues années le Pakistan et l’Inde pour le contrôle de ce territoire ? « Si l'armée n'a qu'une vingtaine d'hélicoptères, il est temps que nous ouvrions une enquête pour savoir où est passé notre argent ! », a ainsi tempêté Altaf Hussein, le dirigeant du parti des réfugiés arrivés d’Inde après la partition de 1947.

Finalement, ce vendredi, les autorités pakistanaises ont annoncé la fin des recherches de victimes potentiellement encore en vie ou blessées. Il y aurait selon elles « moins de 1% » de chance d’en retrouver. Le commandant Farooq Nasir a précisé que les secours s’attacheraient désormais à l’évacuation des corps ainsi qu’à la reconstruction.




Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu