Connectez-vous S'inscrire






Economie

Attijariwafa bank poursuit son expansion en Afrique.

Rédigé par Rachida Douadi | Mardi 12 Août 2008

C’est en Tunisie, d’abord, que le principal groupe bancaire marocain s’est installé pour se hisser en quelques années au rang de leader financier au Maghreb. Parallèlement, en près de deux ans, Attijariwafa bank a opéré un déploiement stratégique sur le marché bancaire de l’Afrique de l’Ouest. En 2008, le groupe de Mohamed El Kettani compte dans son giron, le principal établissement du Sénégal et depuis juillet 2008, la deuxième banque du Mali. A qui le tour ?



Attijariwafa bank poursuit son expansion en Afrique.
Après le Sénégal et la Mauritanie, le principal groupe bancaire du royaume chérifien confirme sa présence en Afrique de l’Ouest. Le 25 juillet dernier, Attijariwafa bank s’est offert pour 60 millions d’euros, d’après la presse marocaine, plus de la moitié du capital de la Banque Internationale pour le Mali (BMI), deuxième banque du pays. L’Etat malien cède ainsi 51% de ses parts à ce « partenaire stratégique » préféré aux quatre autres groupes mis en concurrence en avril dernier lors de l’appel d’offre auquel le français Société Générale avait répondu. Et Réciproquement, dans ses communiqués, le groupe Attijariwafa bank considère le Mali « comme l’un des pays les plus attractifs de la région de l’UEMOA (union Economique et Monétaire de l’Ouest Africain) en terme de potentiel de développement des activités bancaires et d’opportunité d’investissements en Afrique de l’Ouest ».

Pour se donner les moyens de ses ambitions expansionnistes, le premier groupe financier maghrébin, huitième en Afrique, s’est positionné dans la région, dès 2006, en absorbant la banque sénégalo-tunisienne (BST). L’année suivante, Attijariwafa Bank amorçait son entrée dans le capital de la première banque du Sénégal, la CBAO (Compagnie bancaire de l’Afrique Occidentale). L’opération est conclue en avril 2008 par l’acquisition de 79,15% de son capital. Si le choix s’est d’abord porté sur ce pays, cela s’explique, d’après le président du conseil d’administration du groupe, par « des raisons de proximité culturelle, de potentiel du marché, de stabilité politique et de relations profondes entre nos deux pays. Nous cherchons déjà de nouvelles implantations dans d’autres pays de la région. » avait-il déclaré en 2006 (1) . D’ailleurs, l’avenir ne l’a pas contredit, puisque le 6 avril 2008, la banque centrale Mauritanienne donnait son aval à l’implantation d’Attijariwafa bank, à Nouakchott. Quels sont les prochains territoires à conquérir ? La Guinée équatoriale et l’Afrique centrale, entre autres pays de l’union monétaire et économique ouest africaine.







Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu