Connectez-vous S'inscrire






Archives

Attaques et ripostes en Palestine : la spirale infernale continue

Rédigé par Bamba Amara | Jeudi 12 Juin 2003

Abdel Mohti Chebana, 18 ans, domicilié à Hébron (Palestine), a mené une opération suicide hier dans autobus de Jérusalem. L’explosion a causé au moins 16 morts et une cinquantaine de blessés. Le Hamas a reconnu être l’auteur de cette attaque meurtrière qui s’est déroulée dans la rue Jaffa, l’une des rues les plus fréquentées de Jérusalem-ouest. Le kamikaze, déguisé en juif orthodoxe, a pu franchir les contrôles militaires pour faire exploser la charge qu'il portait sur lui à l’intérieur d'un autobus réservé aux israéliens.



Abdel Mohti Chebana, 18 ans, domicilié à Hébron (Palestine) a mené une opération suicide hier dans autobus de Jérusalem. L’explosion a causé au moins 16 morts et une cinquantaine de blessés. Le Hamas a reconnu être l’auteur de cette attaque meurtrière qui s’est déroulée dans la rue Jaffa, l’une des rues les plus fréquentées de Jérusalem-ouest. Le kamikaze, déguisé en juif orthodoxe, a pu franchir les contrôles militaires pour faire exploser la charge qu'il portait sur lui à l’intérieur d'un autobus réservé aux israéliens.

 

Attaque suicide sur fond de vengeance

Cet attentat intervient au lendemain de la tentative d’assassinat de M. Abdel Aziz Al Rantisi par l’armée israélienne. Le leader palestinien avait échappé à cinq tirs de roquettes lancées contre sa voiture alors qu’il circulait en ville avec l’un de ses enfants. Touché à la jambe, M Rantisi a été opéré. Une trentaine de palestiniens avaient été blessés et trois autres tués dont une fillette qui se promenait à vélo. Le Hamas avait promis de se venger.

Suite à cette attaque de la rue Jaffa à Jérusalem, l’armée israélienne a lancé des hélicoptères contre des cibles à Gaza. Sept personnes ont été tuées et une vingtaine blessées. Selon les sources militaires israéliennes, cette attaque avait pour but de tuer l'artisan des roquettes qu’utilise le Hamas contre l’armée israélienne, Qassam. Cette nuit, des hélicoptères ont à nouveau tiré des roquettes sur une voiture à Gaza, tuant deux Palestiniens.

 

A l'instar de Yasser Arafat, Abu Mazen a demandé la fin de ces hostilités et renouvelé son appel aux deux parties à un cessez-le-feu immédiat. Un appel que le Hamas a rejeté tant que Abu Mazen ne renoncera pas aux engagements pris le 4 juin dernier à Aqaba.

De son côté le Premier ministre Ariel Sharon a annoncé qu’il poursuivrait le processus de paix malgré les derniers regains de violence depuis l’adoption de la « feuille de route » par les deux parties.

 

Embuscades sur la « feuille de route »

La nouvelle tentative de relance de la paix, « la feuille de route », a été conçue conjointement par les USA, l’ONU, l’Europe, et la Russie. Pour la première fois, ce plan de paix énonce explicitement la création d’un Etat palestinien en 2005. Il pose comme préalable d’une part, l’arrêt des opérations armées palestiniennes et, d’autre part, l’arrêt par Israël de l’implantation de petites colonies sauvages.

Le plan est prévu en trois étapes. Chaque étape comprend une série de mesures plus ou moins ambitieuses dont le respect donnerait de meilleures chances à la paix.

 

Néanmoins, des zones d’ombres demeurent sur certaines questions cruciales. Sur quel territoire va-t-on déclarer l’Etat palestinien en 2005 ? Quel devenir les négociateurs prévoient-ils pour les colonies israéliennes ? Qu’en sera-t-il du droit au retour des réfugiés palestiniens chassés de leurs terres en 1948, au moment de la création de l’Etat d’Israël ?

Ces points déjà éludés par les précédents accords demeurent la pierre d’achoppement autour de laquelle les différents acteurs politiques de la vie palestinienne évaluent la « feuille de route ». Ce qui explique leurs doutes voire leur scepticisme face aux propositions de la feuille que le Hamas a exprimé en refusant de rencontrer le Premier ministre palestinien sur cette question.

Le Hamas est aujourd’hui le mouvement politique le plus populaire en Palestine. Inspiré par le mouvement des Frères Musulmans dans les années 70, encouragé par l’Etat d’Israël pour diviser le mouvement palestinien (OLP) dans les années 80, le Hamas est aujourd’hui devenu la force d’opposition majeure au niveau interne sur le plan social, sur le plan politique et sur le plan militaire. Autant pour l’Autorité palestinienne que pour l’occupant israélien, le Hamas est un adversaire, redoutable parce que très proche de la population.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu