Connectez-vous S'inscrire






Communiqués officiels

Attaque chimique meurtrière à l’est de Damas : l’équipe de l’ONU doit pouvoir enquêter et l’aide humanitaire doit être autorisée !

Rédigé par Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) | Lundi 26 Août 2013



Le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH) appelle le gouvernement syrien à permettre aux experts de l’ONU d’accéder aux faubourgs de Damas dans la région de Ghouta, à la suite de l’attaque chimique présumée de mercredi. Il exhorte également le gouvernement à ouvrir d’urgence des « couloirs » humanitaires, afin qu’une assistance médicale adéquate puisse être apportée aux civils.

« Cette attaque s’est produite alors que la mission d’enquête de l’ONU sur l’emploi d’armes chimiques en Syrie, dirigée par M. Sellström, était à Damas. Nous appelons donc le gouvernement syrien à garantir l’accès de la mission à la région de Ghouta sans délai. La mission de l’ONU devrait être en mesure de collecter sans attendre toutes les preuves disponibles sur le terrain, dans le but de faire la lumière sur les circonstances exactes qui ont mené à cet événement dramatique, ou alors se retirer de Syrie », a déclaré le président du REMDH, Michel Tubiana.

Le REMDH a recueilli des informations auprès de militants syriens sur le terrain, selon lesquels des roquettes contenant des agents toxiques ont frappé les faubourgs de l’est de Damas (le Ghouta) contrôlés par l’opposition, dans les premières heures de la matinée du mercredi 21 août. Ces roquettes ont été lancées en même temps que des attaques aériennes et des tirs de chars qui ont notamment empêché les habitants de trouver refuge sur les hauteurs et sur les toits pour échapper aux effets du gaz. Des centaines de civils ont été tués lors de l’attaque, dont bon nombre de femmes et d’enfants, en raison des effets du gaz ou du pilonnage de la zone.

« S’en prendre aveuglément à des civils au moyen d’armes de destruction massive est non seulement intolérable mais constitue un crime contre l’humanité. Les auteurs de ces actes doivent être déférés devant la Cour pénale internationale », a ajouté M. Tubiana.

Le REMDH a reçu d’autres éléments de preuve qui indiquent que le gouvernement syrien empêcherait toute aide humanitaire d’arriver auprès des civils. Des médecins et des civils ayant tenté d’accéder à la zone auraient été arrêtés aux barrages. Quelques jours avant l’attaque, des militants de la région avaient diffusé un appel urgent quant à l’aggravation marquée de la crise humanitaire dans les faubourgs de Ghouta, une zone assiégée par les forces de sécurité syrienne depuis plus d’un an. Le REMDH est profondément préoccupé par la situation des civils coupés de tout produit de première nécessité, ainsi que par celle des victimes de l’attaque auxquelles l’aide humanitaire ne peut toujours pas accéder.

« Nous exhortons les autorités syriennes à permettre aux travailleurs humanitaires de mettre en place des hôpitaux de campagne en mesure de prodiguer les soins médicaux nécessaires à Ghouta. Des couloirs humanitaires doivent immédiatement être ouverts à cette fin », a martelé le président du REMDH.

Copenhague, 23 août 2013.




Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu