Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Attaque à Londres : une femme victime de la haine islamophobe après une photo détournée

Rédigé par Benjamin Andria | Lundi 27 Mars 2017



L'image détournée d'une jeune femmes musulmane sur le pont de Westminster après l'attaque de Londres. © SIPA
L'image détournée d'une jeune femmes musulmane sur le pont de Westminster après l'attaque de Londres. © SIPA
L’attaque survenue à Londres mercredi 22 mars sur le pont de Westminster a choqué la Grande-Bretagne. Quatre personnes en sont mortes. Alors que l’événement vient à peine de survenir, une image (plus haut) fait rapidement le tour de la Toile : celle d’une jeune femme musulmane, voile vissée sur la tête, qui marche sur le pont, le téléphone à la main, près d’un blessé, secouru par un groupe de personnes.

Des militants d’extrême droite islamophobe n’ont pas manqué de détourner l’image pour présenter la jeune femme - le visage non flouté comme ici - comme étant indifférente au sort de la personne à terre. Depuis, les insultes ont fusé contre elle, et plus généralement contre les musulmans accusés de se réjouir des attentats. Jamie Lorriman, l’auteur de la photo, n’a pas manqué de prendre sa défense, en arguant qu'il semble « évident qu'elle (était) sous le choc » au moment de la prise des photos.

« A tous ceux qui ont interprété et commenté mes pensées dans cet épouvantable moment, je n'ai pas seulement été dévastée d'assister à cette attaque terroriste choquante, j'ai aussi dû gérer le fait de voir ma photo mise sur les réseaux sociaux par des personnes qui ne regardent pas au-delà de ma tenue et qui tirent des conclusions basées sur la haine et la xénophobie », a fait savoir la jeune femme auprès de Tell Mama, une association britannique de lutte contre l’islamophobie, vendredi 24 mars.

« Ce que l’image ne montre pas, c’est que j’avais parlé aux autres témoins pour tenter de comprendre ce qu’il se passait, pour voir si je pouvais aider, même s’il y avait déjà assez de gens auprès des victimes. J’ai donc décidé d’appeler ma famille pour leur dire que j’allais bien, avant de rentrer chez moi après ma journée de travail. Sur le trajet, j’ai aidé une femme à aller à la station Waterloo. Mes pensées vont à toutes les victimes et leurs familles. Je voudrais remercier Jamie Lorriman, le photographe qui a pris la photo, pour avoir pris ma défense dans les médias », a-t-elle ajouté, tout en veillant à garder l’anonymat.

Lire aussi :
CrossCheck, à la chasse aux rumeurs et fake news pendant la présidentielle
Londres : quatre morts dans une attaque devant le Parlement de Westminster





Loading














Recevez le meilleur de l'actu