Connectez-vous S'inscrire






Votre revue de presse

Asma-ul Husna, 5e concours « Les beaux noms d'Allah »

Rédigé par princevaillant@ymail.com | Mardi 22 Septembre 2009



Asma-ul Husna, 5e concours « Les beaux noms d'Allah »
Depuis cinq ans, la Société des designers indépendants d'Iran organise chaque année un concours d'affiches sur les 99 noms d'Allah. S'y expriment des graphistes forts de leur particularisme culturel, de leurs traditions d'images, de calligraphie et de typographie, mais aussi ouverts à toutes les modernités. Coup d'œil sur l'édition 2009. (images: www.todayposters.com)

Voir la galerie photos

Ci-contre : Ali Javaher, Iran. Grand Prix du 5e concours 2009.

Deux Suisses déclinent les 99 noms d'Allah en Iran

Bien connus sur la scène du graphisme helvétique et international, Sabina Oberholzer et Renato Tagli se voient récompensés à Téhéran pour une affiche évoquant les 99 noms que l'islam donne au Dieu unique. Sans arrière-pensée politique, ni vraiment religieuse.

Année faste pour le couple d'artistes tessinois. Coup sur coup, ils se voient plébiscités par le public suisse pour une nouvelle série de timbre-poste destinés aux lettres et aux cartes de vœux et par le jury du 5e concours Asma-ul Husna (« Les beaux noms d'Allah »), organisé à Téhéran par l'IIDS, la Société des designers indépendants d'Iran.

« Ce n'est pas le Grand Prix, juste le 1er Prix, précise modestement Sabina Oberholzer. A vrai dire, on s'attendait à une sélection dans les 40 derniers (sur 1 339 affiches reçues), voire à une mention, mais pas à un prix. Cela dit, on aime toujours notre travail et si on fait un concours, c'est pour gagner naturellement... [rire] »

Très dépouillée, l'affiche primée est volontairement sans rapport avec la tradition calligraphique qui fleurit en terre d'islam. Les 99 noms y sont déclinés en arabe, mais transcrits en caractères romains et répartis sur un cercle au centre duquel brille une lumière dorée et s'épanouissent les pétales d'une sorte de fleur.

« On a beaucoup aimé ces noms, commente Sabina Oberholzer. Il y a le grand, le clément, le miséricordieux, mais aussi le terrible. Ce sont en fait des adjectifs, des qualités, des attributs. Et on a décidé de les mettre tout autour, comme si cela ouvrait le cercle et le fermait en même temps. Un cercle, cela tourne à l'infini ».
En admettant « n'être pas vraiment cultivée sur les religions », cette catholique baptisée - mais non pratiquante – estime avoir conçu avec Renato Tagli une affiche « qui vaudrait pour tous les dieux ».

Certes, les motifs et les couleurs évoquent davantage la mosquée que l'église ou le temple, mais la partie centrale pourrait tout aussi bien se référer au lotus et à l'illumination des bouddhistes ou des hindous.

« Nous sommes ouverts à toutes les cultures et à toutes les religions. Mais notre croyance personnelle va plutôt vers la nature, parce que toutes ses richesses, ses beautés sont pour nous un aspect de Dieu », résume Sabina Oberholzer.

Lire suite de l'article

Auteur : Marc-André Miserez - 21/09/2009
Source : www.swissinfo.ch




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Mai 2011 - 20:37 Yusuf Islam (Cat Stevens) à Paris Bercy


Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu