Connectez-vous S'inscrire






Archives

Arche de Zoé : Idriss Déby envisage la grâce dans 'moins d'un mois'

| Vendredi 7 Mars 2008

Jeudi 6 mars, le président tchadien Idriss Déby Itno a déclaré qu'il envisageait de grâcier les six Français membres de l'association Arche de Zoé dans "moins d'un mois", ce délai devant lui permettre de "trouver une solution" quant à l'indemnisation des familles des 103 enfants tchadiens.



Le président tchadien Idriss Déby
Le président tchadien Idriss Déby
"La procédure de grâce est lancée, cela prendra comme je l'ai dit moins d'un mois", a déclaré le président tchadien Idriss Déby Itno, dans une interview accordée hier jeudi 6 mars à la chaîne internationale France 24.

Se disant "prêt à accepter la demande de grâce" des six membres Français de l'association Arche de Zoé, Idriss Déby a cependant souligné le fait qu'il restait un problème "qui n'a pas encore été évoqué" à résoudre, celui de l'indemnisation des familles des 103 enfants tchadiens, soit 8 millions d'euros.

"Ces familles, qui va les indemniser ? Est-ce que c'est la France ? Est-ce que ce sont les membres de l'Arche de Zoé ? C'est une question qui est importante et pour laquelle il faut trouver une solution. Ce n'est pas lié mais il faut trouver une solution avant d'élargir", a déclaré le président tchadien. Précisant qu'il avait déjà évoqué le sujet avec le président français Nicolas Sarkozy, Idriss Déby a affirmé que ce dernier lui "a dit qu'il allait nous assister".

"Evidemment, on ne peut pas abandonner ces enfants comme cela. Si d'aventure les membres de l'Arche de Zoé n'ont pas de possibilités, l'Etat tchadien serait dans l'obligation d'indemniser les parents de ces enfants et ces enfants, ces 103 enfants", a encore indiqué Idriss Déby, avant d'ajouter : "Nous ne refusons pas non plus une contribution qui nous viendrait de la France ou d'autres partenaires."

Les six membres Français de l'Arche de Zoé ont été condamnés le 26 décembre 2007 par la justice tchadienne à huit ans de travaux forcés pour avoir tenté d'exfiltrer 103 enfants depuis l'est du Tchad vers la France, pour ensuite les confier àdes familles d'accueil.

Rapatriés en France le 28 décembre en vertu d'un accord bilatéral, les membres de l'Arche ont alors vu leur peine commuée par la justice française en huit années de prison. Sachant que leur unique recours pour pouvoir être libérés rapidement résidait dans la grâce du président tchadien, les membres de l'association ont demandé celle-ci. Idriss Déby, après avoir échappé de justesse, et avec l'aide de la France, à une attaque des rebelles tchadiens, avait déclaré le 7 février dernier être "prêt à pardonner" aux six membres de l'Arche de Zoé. Chose faite.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu