Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Arabie Saoudite : sommet extraordinaire de l’OCI

Rédigé par La Rédaction | Lundi 13 Août 2012



La 4e session extraordinaire du sommet de l’Organisation de coopération islamique (OCI) doit se dérouler du mardi 14 août au mercredi 15 août, à La Mecque. Les 57 Etats islamiques composant l’organisation ont reçu, à cette occasion, l’invitation du roi saoudien Abdallah Bin Abdelaziz, excepté la Syrie.

Cette dernière a été mise à l’écart en raison des événements locaux en cours qui ont fait depuis leur déclenchement en 2011 plus de 20 000 morts, selon des organisations internationales. De ce fait, la situation syrienne sera parmi les débats que l’OCI entend ouvrir durant les deux jours de session.

A part l’idée de mobiliser le monde musulman en faveur du soulèvement en Syrie, ce sommet cherche à ouvrir un débat sur la situation que vivent plusieurs Etats du monde musulman, de redoubler d’efforts pour plus de solidarité islamique. Le particularisme du sommet de cette année réside dans l’étude des dossiers d'Al-Qods, la question palestinienne et celle de l'épuration ethnique en Birmanie.

Concernant le dossier birman, un pas a déjà été franchi par l’OCI en obtenant l’accord des autorités birmanes depuis samedi 10 août, pour apporter des secours la minorité musulmane des Rohingyas. L’Arabie Saoudite s'est engagée à leur octroyer une aide de 50 millions de dollars.

L’enjeu est de taille, d’où la tenue d’une réunion préparatoire dès ce lundi. En effet, l’OCI est une organisation intergouvernementale, la deuxième d‘envergure mondiale, après l’ONU. Cette 4e session lui permet de s’afficher au premier plan de la scène internationale.

Par ailleurs, la Ligue arabe, aussi soucieuse du sort de la Syrie, a dû reporter la rencontre prévue pour le dimanche 11 août, entre ses ministres des Affaires étrangères. Le but de cette rencontre était de décider le nom du successeur de l'émissaire des Nations unies et de la Ligue arabe, Kofi Annan, qui compte démissionner de son mandat, le 31 août. Toutes les probabilités indiquent le nom de l'Algérien Lakhdar Brahimi, comme devant être le successeur de Kofi Annan.

Lire aussi :
Syrie : le Premier ministre rejoint l'opposition
Syrie : Kofi Annan jette l'éponge
Birmanie : Human Rights Watch dénonce l'attitude de l'Etat dans les violences interreligieuses
Birmanie : l’Etat impliqué dans la persécution des musulmans





Loading














Recevez le meilleur de l'actu