Connectez-vous S'inscrire






Archives

Aprés le PJD au Maroc, l'AKP turques suscite l'espoir de son peuple

Rédigé par Mom Nicolas | Samedi 2 Novembre 2002

Les élections législatives Turques anticipées auront lieu ce dimanche 3 novembre. Suite à un bilan plus que négatif du gouvernement actuel, un parti musulman émerge du paysage politique, et se voit en tête de tous les sondages…



Les élections législatives Turques anticipées auront lieu ce dimanche 3 novembre. Suite à un bilan plus que négatif du gouvernement actuel, un parti musulman émerge du paysage politique, et se voit en tête de tous les sondages…

 

Dimanche 3 novembre aura lieu les législatives anticipé en Turquie. Quarante millions d’électeurs devront élire 550 députés à l’assemblée nationale pour une période de cinq ans. Ces élections  anticipées  ont lieu en un seul tour et seuls les partis qui auront obtenu au moins 10 % du nombre total des voix seront admis au Parlement. Seulement trois des dix huit partis en lice sont susceptibles de dépasser ce score.

 

Un parti musulman favori
La Turquie traverse une grave crise économique. La corruption, les liens entre le monde politique et certaines banques en faillite, ainsi que des années de mauvaise gestion, ont laissé la Turquie exsangue. Malgré des signes timides de reprise, la population continue de souffrir de la récession. Le chômage touche plus de 2 millions de personnes, notamment les jeunes.

Face à cette situation, le gouvernement actuel composé de la coalition du parti démocratique de gauche avec le MHP parti nationaliste et l’ANAP un parti centre droit, a perdu toute crédibilité aux yeux du peuple. Le parti justice et développement (AKP), quant à lui est en train d’exploser dans les sondages, classé en tête des élections. Parti musulman sur fond moderniste, il suscite l’espoir chez les turques. A sa tête Recep Tayyip Erdogan, condamné par la justice turque d’inéligibilité, incarne le renouveau : « quand il a été maire [de 1994 à 1998], il a changé la façade d'Istanbul. Il va faire la même chose avec la Turquie », témoigne un militant.  « Aujourd'hui, nous soutenons l'AKP parce que c'est un parti moderne et ouvert à tous. Les autres formations ont des allergies quand ils voient une femme voilée » explique un jeune à Le Monde. Clamant l’ouverture et la démocratie européenne, l’AKP a l’intention d’œuvrer pour l’intégration de son pays au sein de l’union européenne. Ce qui serait une première si la Turquie, sous un gouvernement musulman, devenait un pays de l’union…

 

Des difficultés s’annoncent

En outre le fait qu’Erdogan soit inéligible par la justice turque (pour avoir réciter un poème religieux en public!),  une procédure judiciaire est intentée auprès de la Cour constitutionnelle pour obtenir la fermeture de l'AKP. Les institutions étatiques demeurent méfiantes à l'égard de ce parti dit conservateur, dont certains subissent le reproche d'avoir un passé de militant islamiste. Cependant des observateurs envoyés sur les lieux par l’OSCE (organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) et le conseil de l’Europe, vont surveiller le bon déroulement des élections, suscitant l’indignation et la colére d’Ankara.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu