Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Après l'attentat de Manhattan, Donald Trump en profite pour criminaliser l'immigration

Rédigé par Imane Youssfi | Jeudi 2 Novembre 2017



Après l'attentat de Manhattan, Donald Trump en profite pour criminaliser l'immigration
Sinistre jour d'Halloween pour les New Yorkais. Mardi 31 octobre aux alentours de 15h, une camionnette de location s’engage à contre-sens sur une piste cyclable et percute des piétons. Cette course folle s’étend sur près de 1 500 mètres et entraîne la mort de 8 personnes et en blesse 12 autres. A sa sortie du véhicule, l’assaillant aurait crié « Allah Akbar » (Dieu est grand) en agitant dans ses mains deux armes factices. Des policiers lui tirent dessus pour l’arrêter, blessant l’homme à l’abdomen.

Transporté à l’hopital, l’auteur de l’attaque au camion-bélier s’est dit « satisfait » de son acte et aurait revendiqué son appartenance à l'Etat islamique, selon les enquêteurs. Sayfullo Saipov, un homme de 29 ans d’origine ouzbek, est l’auteur présumé des faits. Une note manuscrite citant l’organisation terroriste aurait été retrouvée dans son véhicule ainsi que des images propagandes de la même organisation sur ses deux téléphones portables.

L’attaque semble préméditée et planifiée « depuis plusieurs semaines » selon John Miller, le chef adjoint de la police de New York. Il aurait choisi le jours d’Halloween « pour être sûr qu’il y aurait beaucoup de gens dans les rues ». Sayfullo Saipov est actuellement poursuivi pour soutien à une organisation terroriste étrangère et violence et destruction de véhicules. Un deuxième suspect âgé de 32 ans, également originaire de l’Ouzbékistan, a été repéré par les autorités.

Donald Trump réclame la peine de de mort et la fin de la loterie

L'actuel président américain a réclamé la peine capitale pour l’auteur de l’attentat dans un tweet aujourd’hui : « Le terroriste de NYC (New York) était satisfait et a demandé à ce que le drapeau de Daesh soit accroché dans sa chambre d’hôpital. Il a tué 8 personnes et en a grièvement blessé 12. Il devrait être condamné à mort ! ».

Quelques semaines après la terrible attaque à Las Vegas, la plus meurtrière aux Etats-Unis, Donald Trump a refusé de remettre en cause la législation sur les armes à feu. Il n'a en revanche pas attendu un jour après l'attentat de Manhattan pour taper - encore - sur le système d'immigration américain.

Donald Trump en a ainsi profité pour mettre en cause le système de loterie qui permet l’attribution de la carte verte (ou green card), qui permet à 55 000 chanceux de s’installer et travailler légalement sur le territoire américain. « Le terroriste est entré dans notre pays grâce au Programme de loterie de visas de diversité, une merveille de Chuck Schumer », a-t-il lâché en attaquant son opposant démocrate au Sénat, lequel avait participé à l’élaboration de ce programme dans les années 1990.

Sayfullo Saipov a en effet acquis légalement le statut de résident américain permanent en 2010, un statut qu’il aurait obtenu grâce au système dit de tirage au sort.

« J'ai demandé au Congrès de se pencher immédiatement sur cette loterie pour y mettre un terme et nous en débarrasser. Nous voulons des gens qui contribuent à la sécurité de notre pays. Nous ne voulons pas de loteries qui amènent de mauvaises personnes », a insisté Donald Trump. Se faisant, il lie à nouveau terrorisme et immigration, laquelle est régulièrement mise en cause par le président comme une des principales sources des crimes et attentats.

Lire aussi :
« Si le tireur avait été musulman » : le ras-le-bol du deux poids-deux mesures aux Etats-Unis
Attentat à la mosquée du Minnesota : quand la Maison blanche justifie le silence de Trump





Loading












Recevez le meilleur de l'actu