Connectez-vous S'inscrire






Sur le vif

Anelka se confie sur sa conversion à l'islam et son amour de l'Algérie

Rédigé par La Rédaction | Lundi 30 Mars 2015



Anelka se confie sur sa conversion à l'islam et son amour de l'Algérie
A 36 ans, celui qui est présenté comme l’enfant terrible du football français a confié ce week-end, dans un entretien exclusif accordé à la chaîne de télévision Al Arabiya, qu'il avait accepté une proposition pour être consultant pour le club NA Hussein Day, à Alger. « J'ai une affinité avec l'Algérie, parce que j'ai grandi avec beaucoup d'amis algériens en banlieue parisienne. Nous avons beaucoup de choses communes, notamment l'islam », explique l’ancien attaquant du PSG. L’occasion était trop belle pour lui de revenir sur sa conversion à l’islam à l’âge de 16 ans.

«Au-delà de l'aspect fraternel, ma conversion n'a pas changé ma vie. Je vivais déjà avec les mêmes principes - être juste, avoir des valeurs… J'avais l'habitude de jeûner pendant le ramadan parce que j'admirais les musulmans autour de moi qui jeûnaient. Je me suis converti car j'avais la certitude que l'islam était pour moi. J'ai senti cette relation avec Dieu. J'ai eu la conviction dans mon cœur que c'était ma religion », a-t-il livré.

« J'avais la certitude que l'islam était pour moi »

L’occasion était trop belle pour lui de revenir sur les discriminations en France et sur l’islamophobie. « Les Français d'origine nord-africaine tentent de réussir, mais la société française les maintient en échec. Il y a beaucoup d'obstacles. (...) C'est seulement en France que vous avez besoin de cacher votre nom et la photo dans l'espoir de trouver du travail », regrette le passionné de l'histoire entre son pays et l'Algérie. « Je suis fasciné par l'histoire coloniale entre la France et l'Algérie et j'ai toujours voulu visiter ce pays. C'est un pays qui m'a toujours impressionné.»

L'ex-star des Gunners compare la philosophie de jeu de l’Algérie à celle du Brésil. Il croit beaucoup au potentiel du football algérien et compte l’aider à le faire grandir. « J'aimerais mettre en place des académies de coaching en Algérie. Les joueurs algériens ont de grandes qualités, surtout leur jeu technique. (...) Je veux tout simplement transmettre mes connaissances aux jeunes Algériens et les inspirer», conclut-il. Celui qui est déjà très respecté par la jeunesse française des quartiers populaires pour son franc parler et son côté « rebelle » est sur le chemin de devenir une icône pour la jeunesse algérienne fan du ballon rond.

Lire aussi :
Dieu Football Club : «Le foot français bloque sur le voile mais a une avance sur la société»
L’islam au pays du football et de la samba




Loading












Recevez le meilleur de l'actu