Connectez-vous S'inscrire






Aïd al-Adha

Aïd al-Adha : la mosquée de Montreynaud saluée pour son abattoir modèle

Rédigé par Samba Doucouré | Jeudi 8 Septembre 2016

La mosquée de Montreynaud, située dans la ville de Saint-Etienne (Loire), dispose depuis un an de son propre dispositif d'abattage qu'elle active à l'occasion de l'Aïd al-Adha. Un projet qui s'érige en modèle et qui s'est appuyé à la fois sur la collaboration des fidèles et des autorités locales.



L'abattoir temporaire mis en place par la mosquée de Montreynaud à Saint-Etienne (Loire).
L'abattoir temporaire mis en place par la mosquée de Montreynaud à Saint-Etienne (Loire).
A l'approche de l’Aïd al-Adha, et comme souvent à la même période, les abattoirs sont saturés par les commandes. A Saint-Etienne (Loire), les dirigeants de la mosquée de Montreynaud ont trouvé une solution idéale au travers de la mise en place de son propre abattoir temporaire.

En janvier 2015, l’Association cultuelle des musulmans de Montreynaud Saint-Etienne (ACMMSE) lance un appel aux dons pour ce projet ambitieux. Environ 250 000 euros sont récoltés en l’espace de sept mois. Sans le moindre denier public, l’ACMMSE fait l’acquisition de sa propre chaîne d’abattage lui permettant de maîtriser l’ensemble des étapes, depuis la négociation des bêtes et leur vente en direct dans ses propres locaux jusqu’à la remise de la carcasse aux fidèles.

La levée de fonds a également permis de rémunérer des sacrificateurs professionnels pour l'Aïd al-Adha 2015. Près de 1 350 moutons avaient alors été sacrifiés sous le contrôle de la Direction Départementale de la Protection des Populations de la Loire (DDPP), garante d’un abattage dans de bonnes conditions sanitaires. Au total, en 2015, 3 050 moutons et 566 bovins avaient été abattus dans tout le département dans les sites agrées.

Un dispositif salué par le ministère de l’Intérieur

La municipalité de Saint-Etienne, qui a mis à disposition un local pour l’opération, s’est déclaré satisfaite. Pour Gaël Perdriau, le maire de la ville cité par Le Progrès, il s’agissait d’une opportunité « d’éradiquer les abattages clandestins qui étaient couramment pratiqués les années précédentes, faute de places suffisantes dans les abattoirs traditionnels ».

Le guide pratique de l’Aïd el-Kébir, publié conjointement par le ministère de l’Intérieur et le ministère de l’Agriculture, salue l’initiative de la mosquée de Montreynaud. « L’installation de ce site temporaire a supposé la mobilisation maximale des abattoirs pérennes situés dans le département, ce qui a convaincu la chambre régionale d’agriculture de la réalité d’un manque d’offre », peut-on lire dans le guide, qui précise que, « en parallèle de ce dispositif, les collectivités publiques ont mis en place un système de contrôle et de répression en cas d’infraction aux normes en vigueur».

Vers la pérennisation d'un projet modèle

Bien que l’installation de l’abattoir soit provisoire, l’ACMMSE le présente comme un projet pérenne car il fonctionne selon la logique du waqf. « Tous les fruits, les bénéfices qui sont tirés de ce bien serviront à la communauté musulmane pour financer tous les projets que les musulmans veulent développer », explique l’association dans un communiqué. Parmi les futurs investissements envisagés, les aides à l’ouverture d’écoles confessionnelles et à la construction de lieux de culte ainsi que des projets d'ordre humanitaire.

Pour l’heure, la mosquée de Montreynaud compte d’abord rembourser les emprunts et amortir les investissements nécessaires à l’achat du matériel de sa chaîne d’abattage, nous font part ses responsables. Elle s’est fixé, pour l'Aïd al-Adha 2016 qui se déroulera les 12, 13 et 14 septembre, un objectif de 1 500 à 2 000 ovins mis à la disposition des fidèles de Saint-Etienne.





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu