Connectez-vous S'inscrire






Economie

Aïcha Fragione : « J’aime la liberté et la possibilité de dire non »

Entrepreneuriat

Rédigé par | Lundi 11 Mai 2009

Celle qui dirige depuis bientôt douze ans La Cosca, un milieu plutôt masculin, a maintenant envie de se plonger au cœur de l'univers féminin. Du secteur de la musique à celui de la beauté... Portrait d'Aïcha Fragione, entrepreneure dans l'âme.



Aïcha Fragione (à dr.), avec Nadia, sa soeur cadette, qui lance la chaîne de télévision sur Internet CoscaNetwork.
Aïcha Fragione (à dr.), avec Nadia, sa soeur cadette, qui lance la chaîne de télévision sur Internet CoscaNetwork.
En pleine garrigue, à quelques kilomètres de la Canebière, dans une bâtisse qui servit de bergerie au début du siècle précédent se trouve un des hauts lieux de production du rap français. C’est là qu’Aïcha Fragione, responsable de la société d’édition musicale La Cosca, exerce depuis douze ans.

« La sortie de Conte de la frustration – l’album au printemps prochain, et le film éponyme de 75 minutes sur France 2 à l’automne –, ce sera mon jubilé ! », prédit-elle d’emblée, avec un large sourire. Parce que la chef d’entreprise veut maintenant rendre son tablier ? « Je m’ennuie très vite : tant que j’apprends, cela m’intéresse, c’est la routine qui me tue. Or j’ai l’impression que j’ai fait le tour du marché du disque. »

Il est vrai que lorsque, en 1997, elle prend la tête de La Cosca, créée deux ans auparavant, Aïcha ne possédait pas de background dans l’édition musicale ni ne vouait une passion particulière pour la musique. « Je n’étais pas destinée à exercer ce métier ni prédestinée à être femme au foyer, raconte cette jeune maman de maintenant trois enfants, qui entend bien allier vie professionnelle et vie de famille. Partant de ce constat, il fallait se bouger ! J’ai donc pris les rênes de l’entreprise sans rien connaître du tout du milieu. Donc quand on veut, on peut ! »

C’est ainsi qu’Aïcha participe de plain-pied à l’aventure entrepreneuriale du rap marseillais.
La Cosca, dont elle est gérante, gère les droits des auteurs-compositeurs.
La société de production, 361 Records, gérée par son beau-frère Fabien Fragione et dont elle est associée, a produit tous les albums d’Akhénaton [autrement dit son époux, Philippe Fragione], le groupe IAM, mais aussi Chiens de paille, L’Algérino, Psy4 de la rime, Soprano, Bouga, Saïd, Coloquinte…, les musiques originales des films Taxi 1, Taxi 2…
Enfin, la dernière-née, Alamut Prodz, société d’images dirigée par Akhenaton et Didier D. Darwin, réalise les clips de 361 Records et ceux d’autres artistes tel le groupe Hocus Pocus. « Compte tenu des contraintes des grandes maisons de disques, si on veut vraiment rester créatifs et indépendants, on n’avait pas d’autre choix que de s’autoproduire. Finalement, on n’est jamais mieux servi que par soi-même… », lance-t-elle, réaliste.

Aïcha Fragione, gérante de La Cosca : « La crise du disque est liée au téléchargement, les majors auraient dû faire leur boulot. »
Aïcha Fragione, gérante de La Cosca : « La crise du disque est liée au téléchargement, les majors auraient dû faire leur boulot. »

Révéler la personnalité de chacun(e)

Les chantiers ne manquent pas. Tandis qu’Akhenaton réalise le film Conte de la frustration (qui réunit les comédiens Leila Bekhti, Roschdy Zem, Omar et Fred…, tous « doublés » par des narrateurs rappeurs tels Shurik’n ou Faf la Rage…) se profile le projet d’une chaîne de télévision, CoscaNetwork, mise en ligne sur le Net, et dont s’occupe Nadia, la sœur cadette d’Aïcha.

Alors, la musique, c’est fini ? « Je me donne encore un an et demi, deux ans », anticipe Aïcha, entrepreneure dans l’âme. Son nouveau créneau ? La beauté de la femme. « Je n’ai pas encore défini les contours précis de l’entreprise. J’aime la mode, mais je ne suis pas une fashion victim. Je veux donner à toutes les femmes accès à la beauté, hors des stéréotypes. Pour moi, toutes les femmes sont belles, il suffit de révéler leur personnalité. »

Celle qui avait fait des études de comptabilité a alors suivi une pléthore de formations : coiffure, esthétique, maquillage… « En tant que chef d’entreprise, je continuerai à m’occuper de la gestion. Mais – c’est ma conviction – on ne peut manager une équipe sans ressentir ce que la personne qui occupe le poste éprouve au bout de 5 heures de coiffure. Pour avoir une bonne gestion, il m’importe d’être plus proche de la réalité. » Et d’ajouter, toujours avec le sourire : « En somme, d’être plus humaine. »



BUSINESS

Nom : La Cosca
Activité : édition musicale
Création : 1995
Dirigeante : Aïcha Fragione
Siège : Marseille





Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu