Connectez-vous S'inscrire






Société

Agression de Dieudonné en plein spectacle

Rédigé par Bouali Houda | Vendredi 6 Février 2004

Le spectacle de l'humoriste Dieudonné jeudi soir à la Bourse du Travail à Lyon, annulé lundi par la mairie mais rétabli mercredi par le tribunal administratif, a été interrompu vers 22h00 après plusieurs incidents.
Peu avant 22h, un spectateur a allumé un feu de bengale qui a diffusé une fumée âcre dans la salle.



 

 

Le spectacle de l'humoriste Dieudonné jeudi soir à la Bourse du Travail à Lyon, annulé lundi par la mairie mais rétabli mercredi par le tribunal administratif, a été interrompu vers 22h00 après plusieurs incidents.

Peu avant 22h, un spectateur a allumé un feu de bengale qui a diffusé une fumée âcre dans la salle.

 

Un humour pris un peu trop au sérieux

Le spectacle de Dieudonné à la Bourse du travail de Lyon a été interrompu jeudi pendant une demi-heure après le jet d'un flacon contenant un produit chimique. Un spectateur a été blessé à l'oeil et deux autres ont été incommodés.
Le produit chimique, qui dégageait une forte odeur de chlore et d'ammoniac, est en cours d'identification.
Une enquête judiciaire a été immédiatement ouverte, a indiqué le directeur départemental de la sécurité publique du Rhône Hubert Weigel. Les policiers ont vérifié jeudi soir l'identité d'une demi-douzaine de personnes. Un suspect a été placé en garde à vue, selon une source policière.
Les pompiers sont intervenus avec huit véhicules, dont la cellule mobile d'intervention chimique. Ils ont demandé l'évacuation de la salle mais le public a refusé, scandant: «le spectacle, le spectacle!».
Après une interruption d'une demi-heure pour permettre l'aération de la salle, le show a repris. Sur scène, Dieudonné a déclaré: «On reste là. La salle est pleine, beaucoup de gens me soutiennent». L'humoriste s'est toutefois étonné qu'un groupuscule ait pu réussir à entrer.
Le spectacle avait débuté vers 21h15, après une manifestation d'environ 300 personnes et quelques échauffourées qui se réclamaient de l’UEJF (union des étudiants juifs de France).

Des personnes qui scandaient, devant l'entrée de la salle de spectacle, agitant des banderoles « La liberté d'expression, oui. Les mots qui tuent: non » ou « Heil Dieudonné ! ». Encadrés par une quarantaine de policiers en civils arborant l'écusson 'police' à leur blouson, les manifestants ont scandé « Dieudo facho ! »

 Dieudonné avait alors proposé, en début de séance, à certains de ses détracteurs de venir s'exprimer sur scène.

'Allumez la lumière ! S'il y a des gens qui veulent s'exprimer, qu'ils s'avancent. On est en démocratie', a alors déclaré l’humoriste. Trois personnes sont venues discuter avec l'artiste, mais le ton est vite monté, et les trois personnes ont été évacuées par le service d'ordre après avoir violemment frappé Dieudonné.

Que l'éditorialiste de l'hebdomadaire Le Point, Claude Imbert proclame urbi et orbi sur les ondes d'une chaîne TV son islamophobie, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel ne trouve rien à y redire, mais qu'un gag de qualité médiocre de l'humoriste Dieudonné mette en scène un rabbin suffit pour déclencher les foudres de cette même Autorité.

 

« Tu n’avais pas qu’à mettre le voile ! »

C’est peu dire que l’intolérance a progressé au cours de ces derniers mois et que notre aptitude au débat a régressé. Depuis le discours du président de la république, on ne peut que constater une certaine « légitimation » des agressions islamophobes. Toujours à  Lyon, quand on sanctionne les propos jugés un peu  trop  antisémites, on  tolère les agressions physiques à caractère islamophobe.

Vendredi 28 janvier 2004, Naïma, une jeune fille de Vénissieux, a été victime, pour la deuxième fois, cette année, de violence en plein centre ville. Celle-ci s’est vue arrachée son voile par  une dame qui n’a pas hésité à la frapper devant une foule de passants. A préciser également qu’un policier qui passait par là  a refusé de venir en aide à Naïma.  « Quand, j’ai demandé au policier d’intervenir, il m’a répondu : tu  n’avais pas qu’à mettre le voile ! »

Et cette jeune dame qui a été déshabillée de force et battue par deux hommes et une  femme sur  un parking. Une humiliation telle que la victime préfère témoigner dans l’anonymat.

Celle-ci a eu 4 cotes cassées,  ainsi que sa mâchoire, et l’oreille droite coupée. Défigurée pour encore un  long moment, la jeune femme se refuse de sortir, seule ou accompagnée : elle est traumatisée. Prise par surprise, elle n’a pu identifier ses agresseurs, armés de battes de baseball ; elle a  néanmoins porté plainte contre X.

 

« Une certaine impunité  malsaine règne dans la réalité des nombreux cas d’islamphobie physique. »  explique Christelle, étudiante en science politique, qui a été agressée, elle aussi, en mai 2003.

Dénonçant un 'débat aussi passionné que confus', Noël Mamère a récusé une 'loi de circonstance', 'd'exclusion sociale' et une loi 'discriminatoire, visant de fait une seule religion', qui 'alimente l'islamophobie ambiante en stigmatisant une fois de trop les musulmans'.

Il a affirmé qu'il n'entrerait pas pour sa part dans des 'considérations ridicules d'ordre grammatical et sémantique'. Selon lui, le 'bénéficiaire' de cette loi est 'le FN auquel nous sommes en train d'ouvrir un véritable boulevard'.

 

 

 

 






Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu