Connectez-vous S'inscrire






Archives

Agir Pour Sauver des Gosses

Rédigé par Bamba Amara | Lundi 3 Mars 2003

Pendant que des voix éloquentes et concordantes se succèdent au parlement français pour argumenter contre une Deuxième Guerre à l’Irak, le Parti des Musulmans de France (PMF) pose des actes sur le terrain. Opposé au « Pouvoir des Généraux » dont celui de M. Sadam Hussein, qualifiant la politique américaine «d’impérialisme barbare », M. Mahrez Chabbi, représentant du PMF Paris-Ile-de-France, nous précise le positionnement de son parti peu avant son embarquement pour Bagdad…



Pendant que des voix éloquentes et concordantes se succèdent au parlement français pour argumenter contre une Deuxième Guerre à l’Irak, le Parti des Musulmans de France (PMF) pose des actes sur le terrain. Opposé au « Pouvoir des Généraux » dont celui de  M. Sadam Hussein, qualifiant la politique américaine «d’impérialisme barbare », M. Mahrez Chabbi, représentant du PMF Paris-Ile-de-France, nous précise le positionnement de son parti peu avant son embarquement pour Bagdad…

Saphirnet.info: Dans quelques minutes, vous serez dans un avion pour l’Irak mais vous n’êtes pas seul. Pouvez vous nous parler de la composition de la délégation dont vous faites partie?

Mahrez Chabbi: Cette délégation est internationale. Elle compte environ 60 % d’européens non musulmans qui viennent de Belgique, d’Italie, d’Irlande, d’Angleterre. Le reste du groupe est constitué de musulmans de France auquel il faut ajouter 3 ou 4 musulmans de Belgique et une équipe de médecins en provenance de Tunisie. Ce corps médical comprend six professeurs de médecine qui n’ont pu avoir leur visa d’entrer en France. Ils seront déjà sur place à notre arrivée.

Quelles actions concrètes comptez-vous mener sur place ?
Nous apportons des médicaments dans le circuit normal du Croissant Rouge irakien. Le Croissant Rouge fait partie des ONG internationales musulmanes. Nous allons visiter la cité martyre de Bassora dans le sud, à la frontière irakienne. Nous nous rendrons à Tirfouk par la suite. Nous prévoyons de passer deux jours à Damas et quatre ou cinq jours à Al Manara sur invitation de la télévision du Hezbolllah. Ensuite nous irons au Sud Liban pour témoigner de notre solidarité avec le peuple libanais.

Quelle est la quantité des médicaments que vous emportez ?
La quantité, environ une tonne, est symbolique. Mais l’action est essentielle pour ouvrir d’autres portes. Nous avons incité beaucoup d’associations en France et en Europe à faire le même geste. Les petits ruisseaux font les grands fleuves. Les médicaments que nous leur apportons sont basiques. Contrairement à ce qu’on croit, ils sont inexistants en Irak. L’aspirine, les antibiotiques surtout. Cinq cent mille enfants de moins de cinq ans sont morts après la première guerre du golf. Ces données ne sont pas annoncées pour faire de la propagande. Ce sont les statistiques officielles de l’ONU (Unicef). Dans un pays comme l’Irak, un pays riche, on ne trouve pas d’aspirine. Même pas au marché noir. J’étais à Bagdad il n’y a pas longtemps : c’est dramatique.

On vous reproche de vouloir servir de chair à canon
C’est la reconnaissance que des armées barbares veulent bombarder des gens désarmés. Nous n’y allons pas pour faire de la guérilla. Nous luttons contre les lobbies sionistes qui sont capables de manipuler l’opinion américaine et l’envoyer anéantir une culture millénaire. La Mésopotamie, Bagdad, ce sont quand même des vestiges de la civilisation musulmane. Les Abbassides, Aroun Al Charif… nous ne pouvons pas laisser tout ce pan de notre mémoire à la merci des avions et des missiles américains. Ce n’est pas possible.

Malgré cet aspect humanitaire l’on ne peut oublier que vous représentez un parti politique. Quelle dimension politique donnez-vous à cette intervention en Irak ?
Dans les média arabe et dans les pays musulmans, le PMF est assez connu maintenant. Dieu merci. Il n’y a donc pas de stratégie politicienne derrière notre acte. Nous ne faisons que notre travail de militant. C’est notre boulot. C’est un de nos boulots d’assumer la paix. Quand on milite, dans une démocratie comme la France, contrairement à certains pays du Monde Arabe, il y a un travail à faire. Bien entendu, on ne peut éviter les calculs en politique. Nous les situons au niveau des choix et des alliances. Mais il y a aussi un travail à faire avec sincérité en tant que militant. En cela nous sommes différents des autres partis. Nous ne faisons pas nos calculs pour conquérir des voix. Nous militons de manière sincère, pour des combats sincères, pour le respect de droits comme le droit au logement, le droit des ' sans papiers '. Ces questions nous interpellent plus que d’autres en tant que musulmans et militants politiques. Nous ne sommes pas une association. Nous sommes des musulmans qui ne font pas de religieux, mais qui font de la politique.

Vous participez donc aux élections. Vous avez vos candidats. Quel est votre poids électoral en tant que prétendants à des responsabilités politiques ?
Nous prendrons part aux prochaines élections européennes. Nous aurons nos propres candidats. Notre parti existe depuis cinq ans en Savoie. Depuis un an et demi il est présent dans les régions françaises, particulièrement à Paris où je le représente. Il y a six cent mille musulmans à Paris-Ile-de-France. Nous avons pu mobiliser dix mille personnes par exemple pour la Palestine. Notre poids électoral est assez variable. Il est fonction de la carte électorale. Je me présenterai dans le 20e arrondissement. Et si nous mobilisons bien, nous sommes capables de faire entre 10 et 15 %.

 

Qu’est ce qui vous donne un tel espoir ? Votre parti est si jeune…
Aux dernières présidentielles, nous avons milité pour faire obstacle au Front National. Dans des quartiers comme ' Amandier ', ' Belle ville ' et ' Fougère ', nous sommes à 80% de la population. Nous y avons incité nos militants à s’inscrire dans les mairies (ndr : sur les listes électorales) et dans un second temps cela s’est vérifié : le parti des Verts qui n’existait pratiquement pas dans le 20e arrondissement (il était à 2%), s’est retrouvé tout à coup avec des députés à 22 ou 23%. C’est flagrant ! La démarche actuelle de M. Noël Mamère et des Verts montre qu’ils saisissent l’importance du vote musulman. La population musulmane nous suit. C’est un acte politique. Nous ne visons pas l’installation d’un khalifat musulman en France. Le problème n’est pas à ce niveau. Nous sommes des musulmans pratiquants ou non-pratiquant, nous avons un poids électif, nous ne voulons plus servir de chair à canon pour les autres partis qui, une fois les élections passées, nous oublient et oublient nos problèmes.

 

Pourtant en France, avec les dispositions démocratiques, il est déjà possible de se faire entendre sans avoir besoin de créer un parti de plus.
A titre d’exemple, je ne crois pas que le problème des ' sans papier ' soit correctement pris en compte par le Parti Socialiste. A SOS Racisme, vous ne trouvez pratiquement plus de musulman. Je milite depuis 30 ans dans les rangs des Verts et des socialistes. J’ai fait des marches pour les droits civiques. J’étais membre de la délégation reçue par François Mittérand après la marche pour les droits civiques. Il y était clairement inscrit, à propos de la question des minorités, le droit des ' sans papiers ', le droit de vote des étrangers pour les élections municipales. Trente ans après : où en sommes nous ? C’est du devoir du PMF d’imposer ces idées. De saisir les instances pour que ces idées soient maintenues. Qu’elles soient une question de principe et non une question de politique politicienne. En cela, nous sommes différents des autres. Voilà pourquoi nous devons exister. Autre exemple : le port du foulard à l’école. Nous inscrivons ce combat dans le cadre de la démocratie républicaine. Pour nous, la jeune fille musulmane qui fait le choix de porter le foulard doit être considérée au même titre que l’étudiant juif qui porte la kipa pour se rendre à son université. La revendication vestimentaire comme le choix intellectuel est un choix individuel. En tant que musulman, je pense comme Voltaire qui disait : ' je ne suis pas d’accord avec vous. Mais je me battrai et je suis prêt à mourir pour vous afin que vous puissiez vous exprimer '. C’est le principe du combat pour les libertés.

Avec la création du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM), les thèmes du PMF ne font-ils pas redondance ?
Non, parce que le CFCM a été imposé. Le Ministère de l’Intérieur nous parle d’une grande révolution au niveau du conseil du culte musulman en France. D’un côté nous avons 42 membres élus par les associations. Je dis bien des personnes élues par des associations et non par les pratiquants. De l’autre, il y a 22 membres cooptés et imposés par le Ministère de l’Intérieur. C’est anti-laïc, anticonstitutionnel et ce n’est pas représentatif. Une personne comme M. Soheib Bencheikh qui est un ' imam sans mosquée ' et qui n’a pas bonne réputation ne représente personne. M. Bencheik ne gagnerait aucune élection dans n’importe quelle mosquée. Dans la plus petite des ' caves ' il ne passerait pas si l’on devait voter démocratiquement. Même M. Dhalil Boubacker, recteur de la Mosquée de Paris, est une personne dénigrée au sein de sa propre mosquée où il représente le ' Pouvoir des Généraux ' au même titre que ' les généraux '. Le pouvoir des généraux est inutile. Donc M. Boubacker n’est pas représentatif de ce prétendu Islam en France ou Islam de France… Qu’est ce que cela signifie ? Pour nous, il y a simplement des citoyens musulmans en France qui ont des droits et des devoirs civiques. Le droit de vivre et de mourir pour la France. C’est à ces citoyens de choisir leurs représentants. Est-il normal qu’une mosquée comme la mosquée Omar qui réunit 6 000 personnes chaque vendredi, est-il normal qu’une mosquée comme celle de la rue de Flandre qui réunit, chaque vendredi, 7 000 personnes n’aient pas de représentants ? C’est innommable. Les musulmans de France sont au nombre de six millions de personnes conscientes de leurs devoirs et de leurs droits.

 

Le Ministère de l’Intérieur explique pourtant que son objectif est de faire obstacle à l’intégrisme.
Mais quel intégrisme ? Sur une population de six millions d’âmes, combien étaient volontaires pour aller en Afghanistan (Ndr : pour rejoindre les Taliban)? Six personnes. Trois sont morts et trois autres sont à Guantanamo. Encore là, quel est le problème ? Ces six personnes sont des citoyens français qui ont choisi d’aller se battre pour une cause. Leur choix individuel doit-il condamner les six millions à être mis dans un ghetto au point que l’on puisse se permettre de se prononcer à leur place pour choisir leurs représentants ? Ce Conseil est voué à l’échec. Nous n’avons même pas besoin de nous battre contre lui. Il se dissoudra de façon naturelle. Ce n’est qu’une stratégie de politique politicienne de M Sarkozy pour parvenir au poste de Premier Ministre ; pourquoi pas Président de la République ?

Monsieur Sarkozy n’est quand même pas seul à prendre ces décisions concernant les musulmans. Il a une équipe autour de lui.
Justement : dans la liste des conseillers que M Sarkozy a donnée, vous avez M Gaubert de la LICRA (Ndr : Ligue Contre le Racisme et l’Antisémitisme) qui n’a rien à voir avec l’Islam. Vous avez aussi M. Bernard Henry-Levy qui est un militant anti-musulman, un sioniste primaire qui n’a aucun avis à donner sur la communauté musulmane. Puis vous avez M. Julien Dray (Ndr : député élu de l’Essonne ) un membre du parti socialiste… Pouvez vous l’imaginer ? Sur la liste des conseillers que donne M Sarkozy pour la formulation d’un Conseil pour les musulmans de France, il n’y a aucun musulman. M. Mohamed Latrech (ndr : président et fondateur du PMF en Avril 1997) qui représente des milliers de musulmans en France a refusé d’entrer dans ce Conseil lorsque la demande lui en a été faite. Il a estimé que ce Conseil n’était pas représentatif des musulmans. Pourtant Mohamed Latrech a fait ses preuves : lorsqu’il s’est présenté à Strasbourg, il a fait ' tomber ' Mme Trautmann du Parti Socialiste parce qu’elle était pro-sioniste.

Cette ' politique de la chaise vide ' n’est-elle pas dommageable à la communauté ? Les dirigeants des mosquées que vous citez ont-ils souhaité siéger au Conseil ?
Bien sûr ces dirigeants ont posé le problème comme l’a posé Mohamed Latrech, de manière conforme à la démarche démocratique de la république française : que les croyants votent leurs représentants dans les mosquées en leur âme et conscience et dans l’isoloir. C’est ainsi que l’on va cesser de nous considérer comme une communauté mineure : des gens qui ne savent pas réfléchir. C’est ainsi que l’on va nous considérer comme une communauté majeure. 90% des fidèles de ces mosquées sont capables de faire leur choix dans l’isoloir. Ils savent lire et écrire. L’époque où les populations musulmanes signaient avec leurs empreintes digitales est révolue. Il faut se réveiller. Il faut voir les générations actuelles de musulmans. Notre communauté est une communauté hyper tonique au niveau de la base, au niveau de ses perspectives d’avenir.

Pour en revenir à la Guerre qui se prépare en Irak. Que vous inspire la position du gouvernement français ?
Nous sommes à 100% partie prenante de la position de la France dans la guerre. Nous avons fait des communiqués et nous avons écrit au Président de la République comme nous l’avions fait en réaction à la montée du Front National. La position de l’Etat français l’honore. La position de notre pays est honorable. Et nous sommes fiers d’être des citoyens musulmans vivant en France. Il faut que l’hégémonie impérialiste des Etats Unis d’Amérique sache qu’il y a des gens dans le monde qui ne sont pas d’accord avec elle. J’use là d’un langage communiste, mais Dieu sait que je suis d’un anticommunisme primaire... Parmi ces gens qui ne sont pas d’accord, on compte trois grandes puissances, membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies et qui détiennent le droit de veto. Je suis content que, ces pays pour lesquelles 40.000 musulmans sont morts, réagissent selon des principes basés sur l’honorabilité. Ils montrent que la politique peut avoir un visage humain opposé à la barbarie.

Quel regard portez-vous sur le degré de mobilisation de la communauté musulmane en France contre la Seconde Guerre du Golfe ?
Le système, en France, a voulu que le sentiment d’impuissance s’installe dans la communauté musulmane en France. Mais ceux qui peuvent faire quelque chose le font. Il est admirable de voir que les citoyens ont acquis le réflexe démocratique dans ce pays et qu’ils sont solidaires, non pas avec le système irakien, mais avec les 23 millions d’irakiens qui n’ont rien à voir avec la guerre et que l’on est en train de massacrer. Nous sommes solidaires avec ces gens pour qu’ils sortent de leur mutisme, de leur silence. C’est une position de principe. C’est l’état d’esprit du pays. Ce n’est pas par opportunisme qu’il y a des millions de manifestants contre la guerre. Cela fait des années que nous allons dans le Monde Arabe pour donner l’exemple afin d’aider ces populations à sortir de leur ornière, briser l’engrenage de la répression et de tyrans qui servent des intérêts étrangers. Saddam Hussein en Irak, Ben Ali en Tunisie ou Bouteflika en Algérie sont des monstres de Frankestein. Ces sont des créatures du système capitaliste contre lequel nous luttons.

Quand on regarde les résultats des sondages et quand on lit certains journaux américains et anglais, on se dit que les Anglais et les Américains pourraient attaquer d’un moment à l’autre. Avez-vous donc conscience du risque que vous prenez en vous rendant en Irak ?
Je n’y pense même pas. Nous en avons certes parlé. Mais en tant qu’innocent et martyr cela fait trente ans que le peuple irakien prend des risques qu’il paye cher. Depuis 1991, il prend des risques (long silence)… Il faut que je vous dise : j’ai vu des enfants dans les hôpitaux en Irak… (silence) J'ai vu ces gosses...

Si vous ne reveniez pas de ce voyage, qu’aimerez vous que l’on retienne de vous ?
Que le combat continue.

Propos recueillis par BAMBA Amara





Dans la même rubrique :
< >

Loading










Nos services web

Recevez le meilleur de l'actu